16 morts dans une fusillade au Canada, la plus meurtrière de l’histoire du pays

Modérateur : marathon

marathon
Messages : 10645
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

16 morts dans une fusillade au Canada, la plus meurtrière de l’histoire du pays

Messagepar marathon » 20 avr. 2020, 10:47

16 morts dans une fusillade au Canada, la plus meurtrière de l’histoire du pays

Un homme armé a tué au moins 16 personnes, parmi lesquelles une policière, pour une raison encore inconnue dans la nuit de samedi à dimanche en Nouvelle-Ecosse (Canada), lors de la pire tuerie de ce genre qu’ait connu le Canada.

L’homme de 51 ans, un prothésiste dentaire selon les médias, a été tué dimanche en fin de matinée à l’issue d’une vaste chasse à l’homme d’une douzaine d’heures dans toute la province de l’est du Canada.


Lors de sa cavale meurtrière, Gabriel Wortman a notamment circulé au volant d’une voiture semblable à celles de la police, portant au moins une partie d’un uniforme de policier. Il a semé la mort en plusieurs endroits, dans des circonstances et pour une raison encore mystérieuses qui ont choqué le pays. Les fusillades de masse sont rares au Canada, contrairement au voisin américain.


La responsable nationale de la Gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale), Brenda Lucki, a indiqué à plusieurs chaînes que le bilan était d’au moins 13 morts, avant d’annoncer en milieu de soirée un nouveau bilan d’au moins 16 morts, en plus du tueur, selon les chaînes CBC et CTV.Les motivations de Gabriel Wortman doivent encore être éclaircies par l’enquête.



“Il est trop tôt pour parler de motivation”, a expliqué lors d’un point presse le responsable des enquêtes criminelles de la police fédérale de Nouvelle-Écosse Chris Leather, qui avait dans un premier temps fait état de “plus de 10 morts”.

“Pas un acte spontané”


Plusieurs victimes “ne semblent pas avoir de lien avec le tireur”, a-t-il noté. Mais “le fait que cet individu disposait d’un uniforme et d’une voiture de police laisse certainement penser que ce n’était pas un acte spontané”.


Mme Lucki a pour sa part indiqué que cet acte n’était pas considéré à ce stade comme de nature terroriste. La tuerie a commencé samedi en fin de soirée dans la petite commune rurale de Portapique, une bourgade d’une centaine d’âmes à environ 130 kilomètre de la capitale Halifax. Plusieurs victimes ont été découvertes devant et à l’intérieur d’une maison où la police a été appelée après des signalements de coups de feu.


L’auteur présumé de ces meurtres avait pris la fuite à l’arrivée de la police, déclenchant une vaste chasse à l’homme. Les habitants de la région, déjà confinés par l’épidémie de coronavirus, ont été priés de s’enfermer chez eux par les autorités.


L’homme en fuite est “armé et dangereux’”, avait prévenu la police, conseillant même aux habitants de se réfugier dans leur sous-sol si possible.

“Violence insensée”


Gabriel Wortman a été tué lors de son arrestation dimanche en fin de matinée. Une agence indépendante chargée d’enquêter sur les incidents graves impliquant la police, l’Équipe d’intervention en cas d’incidents graves de la Nouvelle-Écosse, a annoncé dans un communiqué avoir ouvert une enquête après la mort du suspect, abattu par la police à Enfield, près de l’aéroport de Halifax en fin de matinée.


Une policière, Heidi Stevenson, 23 ans d’ancienneté et mère de deux enfants, a été tuée dimanche et un policier a été blessé, a précisé la police.


“C’est avec tristesse que j’ai appris l’acte de violence insensé qui a été perpétré en Nouvelle-Écosse et a coûté la vie de nombreuses personnes, y compris celle d’une membre de la Gendarmerie royale du Canada”, a réagi le Premier ministre, Justin Trudeau, dans un communiqué.


Selon les médias canadiens, Wortman était propriétaire d’un cabinet d’orthodontie à Dartmouth, près de Halifax. La police a indiqué qu’elle tenterait de déterminer si ce massacre avait un lien quelconque avec l’épidémie de coronavirus, qui a entraîné la fermeture des activités non essentielles dans tout le pays.

Pire tuerie du pays


Cette tuerie, dont le bilan pourrait encore s’alourdir selon la police, est d’ores et déjà la pire de ce genre que le Canada ait connu de toute son histoire.


Le 6 décembre 1989, un homme avait tué par balles 14 femmes à l’école Polytechnique de Montréal avant de se donner la mort, provoquant ce qui était à l’époque la pire tuerie de masse -et le premier féminicide- de l’histoire du pays.


Le 23 avril 2018 à Toronto, le conducteur d’une camionnette de location avait tué huit femmes et deux hommes qu’il avait volontairement percutés sur un trottoir d’une artère du centre-ville.


Le Premier ministre de Nouvelle-Ecosse, Stephen McNeil, a pour sa part dénoncé “un des actes violents les plus insensés de l’histoire de notre province” atlantique, qui vit surtout de l’exploitation du bois et de la pêche. C’est l’une des provinces les moins peuplées du pays -qui en compte dix- avec moins d’un million d’habitants.


Source : 7 sur 7 le 20 avril 2020

marathon
Messages : 10645
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: 16 morts dans une fusillade au Canada, la plus meurtrière de l’histoire du pays

Messagepar marathon » 21 avr. 2020, 11:09

Tuerie au Canada : passionné par la police, l’étrange profil du tireur



Ce week-end, au moins 16 personnes ont été tuées au Canada au cours de la fusillade la plus meurtrière de l’histoire du pays. Le suspect a été abattu par la police. Son profil se dessine peu à peu.


Pendant pratiquement douze heures, les autorités ont mis en garde les habitants de Nouvelle-Ecosse, au Canada, contre un homme armé et dangereux. Un homme qui semblait-il, conduisait une voiture de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et portait un costume de policier. Son identité a rapidement été dévoilée alors qu’il était toujours en fuite après la découverte de premiers cadavres dans une maison de Portapique. Après une longue chasse à l’homme et seize morts, Gabriel Wortman a été abattu sur le parking d’une station-service, vers 11 heures 40, dimanche.


Peu à peu, le portrait de cet homme se dessine. Auteur de la fusillade la plus meurtrière de l’histoire du pays, Gabriel Wortman était pourtant à première vue un homme sans histoire. Agé de 51 ans, prothésiste dentaire, à Dartmouth, il est décrit par beaucoup comme un homme sympathique. «Nous sommes très choqués de penser que quelqu’un que nous connaissons depuis si longtemps, un bon voisin, un voisin toujours prêt à aider, très gentil, puisse faire quelque chose de si tragique», a commenté Lillian MacCormack, une voisine citée par CTV. «Nous ne savons jamais ce que les autres vivent en privé et pourquoi ils prennent certaines décisions. C’est très triste et tragique et je pense à toutes les familles touchées», a commenté un ancien camarade de lycée sur Facebook, rappelant qu’à l’époque, Gabriel Wortman était toujours disponible pour aider les autres. En 2014, il était d’ailleurs passé à la télévision, sur CTV, pour annoncer qu’il allait fournir gratuitement des soins dentaires à un malade du cancer.


De son côté, Candy Palmater, qui était amie avec lui à l’Université, a rappelé qu’il avait «une tristesse en lui». «Il était un peu différent, comme je le suis, mais il était beau à l’intérieur et il avait un grand cœur, mais il était la cible des moqueries de tout le monde», a-t-elle commenté, citée par «The Chronicle Herald». «J’ai toujours senti qu’il n’était pas bien dans sa peau, mais je pensais qu’en mûrissant, il aurait appris à s’aimer plus», a raconté un autre ami d’enfance.

"Ce n’était pas un acte fait au hasard"

Depuis toujours, Gabriel Wortman avait une passion : la Gendarmerie royale du Canada, à tel point que sa demeure a été décrite comme un «sanctuaire» en son honneur, a déclaré un témoin, auprès du «Globe and Mail». Un ancien client de sa clinique a écrit sur Facebook que Gabriel Wortman aimait «acheter de vieilles voitures de police et les réparer». D’après lui, il en possédait deux.

Sur le carnet d’étudiants, qui marque la fin du lycée au Canada, il était indiqué dans une note sous sa photo qu’il deviendrait peut-être officier de la GRC. Il était également fasciné par les armes à air comprimé avec lesquelles il s’entraînait à tirer sur des cibles. «Le fait que cet individu portait un uniforme et avait un véhicule à sa disposition montre que ce n’était pas un acte fait au hasard», a expliqué dimanche le superintendant de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), Chris Leather. Si les motifs de Gabriel Wortman ne sont pas encore connus, les autorités ont fait savoir dimanche que les services antiterroristes n’étaient pas mobilisés dans cette enquête. D’après certains voisins, il était particulièrement affecté par la fermeture de la clinique d’Halifax en raison du coronavirus. Il souffrait aussi de problèmes d’alcool.



Source : PM le 20 avril 2020

marathon
Messages : 10645
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: 16 morts dans une fusillade au Canada, la plus meurtrière de l’histoire du pays

Messagepar marathon » 21 avr. 2020, 11:15

Le Canada sous le choc après une fusillade sans précédent : 18 morts


Gabriel Wortman aurait maquillé sa voiture pour qu’elle ressemble à un véhicule de police.

Le tireur, âgé de 51 ans, un prothésiste dentaire, est décédé.


Une fusillade a fait 18 morts, dont une jeune policière, dimanche, dans la province de Nouvelle-Écosse, sur la côte Est du Canada, selon un bilan encore provisoire, annoncé lundi par le Premier ministre Justin Trudeau.

Le suspect, Gabriel Wortman, un homme de 51 ans, a trouvé la mort dans des circonstances qui n’ont pas été précisées par les autorités. Selon la chaîne de télévision CTV, il a été abattu par des officiers de la Gendarmerie royale canadienne (RCMP) lors de son arrestation


Source : Midi Libre le 21 avril 2020

marathon
Messages : 10645
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: 16 morts dans une fusillade au Canada, la plus meurtrière de l’histoire du pays

Messagepar marathon » 21 avr. 2020, 19:31

Deux nouvelles victimes se sont ajoutées mardi matin à la liste des personnes tuées lors de la fusillade de ce week-end dans la campagne de la Nouvelle-Écosse. Et le nouveau bilan de 20 morts de ce qui est l'un des pires massacres de l'histoire du Canada pourrait encore grimper.


Le tueur, abattu dimanche, a laissé 16 scènes de crime dans son sillon, dont cinq résidences incendiées

Source : Radio Canada le 21 avril 2020

marathon
Messages : 10645
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: 16 morts dans une fusillade au Canada, la plus meurtrière de l’histoire du pays

Messagepar marathon » 22 avr. 2020, 12:42

Fusillade au Canada : la police continue à trouver des cadavres sur les scènes de crime


Le bilan de la fusillade survenue le week-end dernier au Canada continue de grimper alors que de nouveaux corps sont découverts sur les scènes de crime.


Depuis samedi soir, chaque journée qui passe révèle son lot de découverte tragique. Le bilan de la fusillade survenue le week-end dernier au Canada est désormais de 22 morts. Les autorités ont annoncé avoir découvert les corps de nouvelles victimes sur les scènes de crime incendiées par le tueur. Ce dernier a mis le feu à au moins cinq maisons et véhicules lors de son périple meurtrier qui a duré plus de 12 heures en Nouvelle-Ecosse. Il a été abattu dimanche en fin de matinée sur le parking d’une station-service, portant le nombre total de décès à 23. Les autorités ont indiqué que Gabriel Wortman connaissait certaines de ses victimes mais pas toutes. Les liens qui les unissaient n’ont pas été dévoilés.

Le superintendant de la GRC, Chris Leather, a expliqué lundi en conférence de presse que l’enquête pourrait prendre des mois, et qu’obtenir les réponses aux questions que les Canadiens se posent «serait long et compliqué». CTV rapporte que les autorités ne peuvent pas confirmer à cent pour cent aux familles sans nouvelles de leurs proches qu’ils font partie des victimes. «Je veux juste savoir si mes parents sont dans la maison… c’est tout», a expliqué mardi à la chaîne canadienne Justin Zahl, ajoutant : «J’ai besoin d’une confirmation». Lundi en fin de journée, il a appris que la maison de ses parents était l’une des scènes de crime et avait été incendiée, probablement avec ses parents John et Elizabeth à l’intérieur. Au total, les enquêteurs ont déjà trouvé 16 scènes de crime différentes, étalées sur au moins 150 kilomètres. La plus jeune des victimes est une adolescente de 17 ans, tuée chez elle avec ses parents.

Dans la nuit de samedi à dimanche, les autorités avaient mis en garde la population contre un homme dangereux, habillé en tenue de policier et conduisant une voiture ressemblant à celles de la GRC. «Sa capacité à se déplacer a été certainement aidée par le fait qu’il se trouvait dans une voiture qui ressemblait à un véhicule de police et qu’il portait un uniforme», a commenté lundi Chris Leather. Rapidement, le profil du meurtrier a révélé qu’il était passionné par la police canadienne et qu’il possédait de nombreux objets en lien avec la GRC. Gabriel Wortman, un riche prothésiste dentaire, n’avait pas de casier judiciaire.

La pire tuerie de l'histoire du Canada

La reine Elisabeth II, chef d'Etat en titre du Canada, a dit avoir appris avec «une profonde tristesse (...) l'horrible tragédie survenue en Nouvelle-Écosse» et a offert ses condoléances aux familles des victimes, comme l'avait fait la chancelière allemande Angela Merkel la veille. Cette tuerie est la pire de ce genre que le Canada ait connu de toute son histoire. Le 6 décembre 1989, un homme avait tué par balles 14 femmes à l'école Polytechnique de Montréal avant de se donner la mort, provoquant ce qui était à l'époque la pire tuerie de masse -et le premier féminicide- de l'histoire du pays.



«La tragédie n'aurait jamais dû se produire. La violence n'a jamais sa place dans notre pays», a jugé lors de son point-presse quotidien Justin Trudeau, Premier ministre d'un pays où les fusillades de masse sont rares, contrairement au voisin américain. «C'est arrivé dans des petites villes -Portapique, Truro, Milford et Enfield- des endroits où les gens sont fortement enracinés, où les gens connaissent leurs voisins, s'occupent les uns des autres», a-t-il ajouté sombrement, annonçant qu'une «veillée virtuelle» nationale en hommage aux victimes se tiendrait en ligne vendredi en fin de journée sur Facebook, épidémie de coronavirus oblige.


Source : PM le 22 avril 2020

marathon
Messages : 10645
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: 16 morts dans une fusillade au Canada, la plus meurtrière de l’histoire du pays

Messagepar marathon » 25 avr. 2020, 13:27

Pire tuerie au Canada: le tireur a d’abord agressé sa conjointe


La pire tuerie de l’histoire du Canada a débuté le week-end dernier quand le tireur a violemment agressé sa conjointe, ce qui pourrait avoir servi de « catalyseur » pour les 22 meurtres sordides qui ont suivi, a indiqué vendredi la police fédérale canadienne.

Un responsable de la Gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale), Darren Campbell, a fourni une chronologie de la vaste chasse à l’homme qui s’est alors enclenchée samedi soir en Nouvelle-Ecosse, dans l’est du pays, et qui a connu son dénouement treize heures plus tard lorsque le suspect a été abattu.

Ses motivations restent à ce jour un mystère, a-t-il dit.

M. Campbell a toutefois ajouté que l’agression samedi soir par le tueur de sa conjointe, qui a réussi à s’échapper et à passer la nuit cachée dans les bois, « pourrait très bien avoir été le catalyseur de cette chaîne d’événements ».

C’est cette femme qui a informé la police dimanche matin que le suspect portait un uniforme de la Gendarmerie royale et qu’il se déplaçait à bord d’une réplique de voiture de patrouille.

Le fait que la femme ait réussi à s’enfuir après avoir été violemment « attaquée » a peut-être enragé le tueur, a laissé entendre le policier.

Le suspect abattu a été identifié comme étant Gabriel Wortman, un prothésiste dentaire âgé de 51 ans


Source : Sud Info le 24 avril 2020

marathon
Messages : 10645
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: 16 morts dans une fusillade au Canada, la plus meurtrière de l’histoire du pays

Messagepar marathon » 21 mai 2020, 11:15

Fusillade en Nouvelle-Ecosse : le tueur, un "sociopathe paranoïaque"



Gabriel Wortman a été abattu après avoir tué 22 personnes.


Plus d’un mois après la fusillade en Nouvelle-Ecosse qui a coûté la vie à 22 personnes, de nouveaux documents viennent mettre en lumière le caractère dangereux du tueur.


A première vue, Gabriel Wortman était un homme sans histoire. Prothésiste dentaire en Nouvelle-Ecosse au Canada, discret, proche de ses patients, il a pourtant commis l’irréparable en avril dernier en tuant 22 personnes au cours d’une fusillade qui s’est étalée sur plusieurs heures à travers la région. Cette semaine, de nouveaux éléments viennent mettre en lumière le caractère dangereux de cet homme. D’après le rapport dévoilé mardi, l’homme avait montré avant de passer à l’acte des signes de paranoïa et d’agressivité. Sept témoins qui l’ont croisé ont tous raconté à quel point il semblait troublé et de plus en plus violent. Il se serait même présenté au travail, dans sa clinique de Dartmouth, avec des armes. D’après l’un des témoins interrogé, il se comportait comme un «sociopathe» qui gardait chez lui un fusil sur sa cheminée. Un ancien collègue a également expliqué que la pandémie de coronavirus l’avait rendu de plus en plus paranoïaque.


La police a découvert que la nuit du 18 avril, le tireur a utilisé des accélérateurs pour allumer des incendies dans cinq collectivités de la Nouvelle-Écosse et a tiré sur des personnes avec quatre armes semi-automatiques qu'il n'était pas autorisé à posséder alors qu'il roulait dans une réplique de voiture de police. Treize des victimes ont été tuées par balles et neuf sont mortes dans des incendies, selon la police. Il a été abattu après plusieurs heures de chasse à l’homme, au matin du 19 avril.

Le mobile reste inexpliqué

Depuis toujours, Gabriel Wortman avait une passion : la Gendarmerie royale du Canada, à tel point que sa demeure a été décrite comme un «sanctuaire» en son honneur, a déclaré un témoin, auprès du «Globe and Mail». Un ancien client de sa clinique a écrit sur Facebook que Gabriel Wortman aimait «acheter de vieilles voitures de police et les réparer». D’après lui, il en possédait deux. Sur le carnet d’étudiants, qui marque la fin du lycée au Canada, il était indiqué dans une note sous sa photo qu’il deviendrait peut-être officier de la Gendarmerie royale du Canada.

Il était également fasciné par les armes à air comprimé avec lesquelles il s’entraînait à tirer sur des cibles. «Le fait que cet individu portait un uniforme et avait un véhicule à sa disposition montre que ce n’était pas un acte fait au hasard», avait commenté après le drame le superintendant de la Gendarmerie royale du Canada. Le mobile de cette tuerie reste toujours inexpliqué.



Source : PM le 20 mai 2020


Retourner vers « Amérique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité