Premiers meurtres en série à Chypre

Modérateur : marathon

marathon
Messages : 8238
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Premiers meurtres en série à Chypre

Messagepar marathon » 25 avr. 2019, 17:19

Premiers meurtres en série à Chypre


Les cadavres de deux Philippines ont été découverts dans un puits de mine à Chypre, a annoncé lundi le chef de la police nationale, les médias évoquant les premiers "meurtres en série" dans cette île méditerranéenne.


La police est toujours à la recherche de la fille de l'une des victimes, âgée de six ans et portée disparue, près d'un lac aux environs de la capitale Nicosie.

Un officier chypriote de l'armée âgé de 35 ans a été arrêté et a avoué le meurtre des deux femmes, qui travaillaient à Chypre, ont indiqué les enquêteurs. Il est soupçonné d'avoir également tué la fillette portée disparue.

Les médias locaux ont estimé qu'il s'agit des "premiers meurtres en série" de Chypre.

"La police et la société chypriote sont confrontées à un type de crime sans précédent à Chypre", a déclaré à la presse le chef de la police Zacharias Chrysostomou.

La première victime, dont le cadavre a été découvert le 14 avril, était âgée de 38 ans. Elle et sa fille -toujours recherchée par la police- avaient été signalées comme disparues auprès des forces de l'ordre en mai 2018.

Le corps d'une autre femme, âgée de 28 ans, a également été retrouvée durant les recherches dans la mine de Mitsero, à 30 km au sud de Nicosie. Son cadavre décomposé a été retrouvé attaché et enveloppé de la même manière que la première victime.

L'affaire a choqué l'île où le taux de criminalité est relativement faible, et les autorités ont été critiquées pour leur manque d'action.

Le principal parti d'opposition Akel a appelé à la démission du chef de la police et du ministre de la Justice.

Source : Belga le 22 avril 2019

marathon
Messages : 8238
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Premiers meurtres en série à Chypre

Messagepar marathon » 30 avr. 2019, 09:31

La police cherche dans deux lacs les victimes d'un tueur en série présumé

La police chypriote a mené vendredi des recherches dans deux lacs pour retrouver les restes de plusieurs étrangères qu'un tueur en série présumé dit avoir jetées dans les eaux, selon un journaliste de l'AFP.

Dans cette affaire qui fait grand bruit sur l'île méditerranéenne, le suspect, un militaire chypriote âgé de 35 ans, a avoué avoir tué sept femmes et jeunes filles étrangères, selon des sources policières.

Le président Nicos Anastasiades s'est dit «choqué» par ces «meurtres perpétrés contre des femmes étrangères et des enfants innocents».


Le chef de l'État exprime «l'indignation de la société chypriote face à des meurtres qui semblent avoir visé spécifiquement des femmes étrangères venues travailler dans notre pays, ce qui est contraire aux valeurs, aux traditions et à la culture» de Chypre, a indiqué son bureau.


Depuis le 14 avril, les enquêteurs ont déjà retrouvé les corps de trois femmes, toutes Philippines qui travaillaient à Chypre comme employées de maison selon des médias locaux.

Le dernier a été retrouvé jeudi après que le suspect eut montré aux enquêteurs où il avait jeté la victime, dans un puits près d'un champ de tir, dans les environs de la capitale Nicosie.

Vendredi, le chef des pompiers de Chypre, Marcos Trangolas, ainsi que de hauts responsables de la police, se sont rendus près de deux lacs au sud-ouest de Nicosie, afin de superviser de nouvelles recherches pour retrouver les corps des quatre autres victimes que le militaire --dénommé Nicos Metaxas selon les médias locaux-- affirme avoir tuées.

Selon les médias locaux, le suspect dit avoir tué quatre Philippines, dont une femme et sa fille --dont le corps n'a pas encore été trouvé--, ainsi qu'une Roumaine et sa fille, et une femme qui n'a pas été identifiée.

Un plongeur est descendu dans le lac Memi, dans la commune de Xyliantos.

«Nous examinons des endroits où le robot-caméra n'a pas pu avoir d'image claire. Nous faisons les recherches mètre par mètre grâce aux plongeurs», a indiqué à l'AFP le porte-parole du chef des pompiers Andreas Kettis.

Selon lui, le suspect est venu sur les lieux des fouilles plus tôt dans la journée afin de guider les équipes de plongeurs et d'enquêteurs.

À quelques kilomètres de là, dans la localité de Mitsero, des recherches devaient également être menées avec des robots dans le lac Rouge.

Le site d'informations Kathimerini Chypre a publié une lettre d'excuses aux victimes.

«La tragédie autour de ces meurtres en série n'est pas seulement un crime contre les victimes et leurs familles. Il s'agit d'un crime contre le pays perpétré par un assassin (...) mais aussi par un Etat et une société qui montrent des tendances xénophobes et des attitudes racistes», écrit ce média.

L'affaire a choqué dans cette île très touristique où le taux de criminalité est relativement faible, et les forces de l'ordre ont été accusées de n'avoir pas réagi avec suffisamment de sérieux aux disparitions de ces femmes étrangères.

De nombreux immigrés d'Asie et de Roumanie sont employés à Chypre, notamment comme employés de maison ou dans l'agriculture.

C'est un touriste allemand qui a découvert le premier cadavre alors qu'il prenait des photographies d'un puits de mine de 150 mètres de profondeur. Le corps a été ramené à la surface après des pluies diluviennes.

Plusieurs centaines de personnes, des Chypriotes et des employées de maison asiatiques, se sont rassemblées vendredi devant le palais présidentiel en hommage aux victimes.

Lissa Jataas, qui dirige un groupe de solidarité avec les employées de maison à Chypre, a estimé que cette affaire avait eu un effet «dévastateur» au sein de la communauté philippine.

«Maintenant, tout le monde a peur», a déclaré de son côté la présidente de la fédération des organisations philippines à Chypre, Ester Beatty, tenant une bougie et appelant à la «vigilance» au sein de sa communauté.

Pour la militante Maria Mappouridou, qui avait lancé l'appel à la manifestation, ces morts devraient servir de sonnette d'alarme.

«C'est énorme. Ces femmes avaient disparu depuis des années et personne n'a demandé où elles étaient passées», s'est-elle indignée.

«Quelqu'un doit endosser la responsabilité pour ça», a-t-elle ajouté.


Source : AFP le 26 avril 2019

marathon
Messages : 8238
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Premiers meurtres en série à Chypre

Messagepar marathon » 30 avr. 2019, 09:55

Serial Killers Center Chypre: une nouvelle victime d'un tueur en série


Image
Nicos Metaxas soupçonné d'être un serial killer



La police chypriote a retrouvé les restes d'un corps humain dans le cadre d'une enquête sur un meurtrier en série qui aurait assassiné sept personnes sans éveiller l'attention des autorités pendant une période de trois années.

Le suspect, un officier de l'armée chypriote, a avoué les assassinats de cinq femmes et des fillettes de deux d'entre elles, âgées de six et huit ans. Le tueur prenait contact avec ses victimes sur des sites de rencontre sur internet. Pour l'instant, trois corps ont été retrouvés.

Ce dimanche, le corps d'une femme en état de décomposition a été découvert dans une valise repêchée dans un lac pollué par les activités d'une mine abandonnée à l'ouest de la capitale Nicosie, ont indiqué des sources policières. Des témoins ont vu le suspect escorté par la police se rendre sur ce lac samedi tandis que des enquêteurs de la police scientifique y ont entamé des recherches.

Le premier cadavre d'une victime a été retrouvé par hasard il y a deux semaines par des touristes dans le puits d'une mine désaffectée. Les victimes du meurtrier seraient une mère et sa fille originaires de Roumanie disparues en septembre 2016 et les cinq autres seraient originaires des Philippines disparues autour du mois d'août 2018

Source : Le Figaro le 28 avril 2019

marathon
Messages : 8238
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Premiers meurtres en série à Chypre

Messagepar marathon » 02 mai 2019, 07:35

Chypre: La police britannique appelée en renfort pour pister un tueur en série présumé

CHYPRE Le suspect, qui a dit avoir tué cinq femmes et deux fillettes étrangères, a affirmé avoir jeté trois de ses victimes dans un lac


Des experts de la police britannique collaborent avec leurs homologues chypriotes dans le cadre de l’enquête sur les « premiers meurtres en série » à Chypre, après la découverte ces deux dernières semaines des restes de quatre femmes, toutes étrangères.

Constituée entre autres d’un médecin légiste et d’un psychologue clinicien, l’équipe britannique a rencontré le chef de la police chypriote Zacharias Chrysostomou, selon le porte-parole de la police, Andreas Angelides. « Il y a eu une rencontre avec les enquêteurs, lors de laquelle les avancées, les détails et le contexte (de l’enquête) ont été présentés », a-t-il déclaré mardi aux journalistes.

Les experts britanniques se sont ensuite rendus au sud-ouest de Nicosie, à la mine de Mitsero, où les enquêteurs mènent des recherches dans son « Lac rouge » – une étendue d’eau très toxique au coeur de la mine – pour retrouver les corps des victimes du tueur en série présumé.


Des victimes d’origine asiatique et roumaine

Le suspect, qui a dit avoir tué cinq femmes et deux fillettes étrangères, selon des sources policières, a affirmé avoir jeté trois de ses victimes dans le Lac rouge, après avoir placé leur corps dans des valises. Dimanche, une valise contenant un corps en état de décomposition et un bloc de béton a été repêchée, portant à quatre le nombre de corps découverts dans cette affaire considérée comme celle des « premiers meurtres en série » de l’île méditerranéenne. Les recherches se sont soldées mardi sans avancées, selon Andreas Angelides.

Les enquêteurs fouillent également le lac Memi, non loin de là, à Xyliantos, dans une région qui abritait jadis des mines, où pourrait se trouver le corps d’une des fillettes. Les victimes sont d’origine asiatique et roumaine, ont indiqué les médias locaux. Trois des victimes seraient philippines, selon eux.

L’affaire a choqué dans cette île très touristique où le taux de criminalité est relativement faible. Les forces de l’ordre ont été accusées de n’avoir pas réagi avec suffisamment de sérieux face aux disparitions de ces femmes étrangères. De nombreux immigrés d’Asie et de Roumanie travaillent à Chypre, notamment comme employés de maison ou dans l’agriculture. C’est un touriste allemand qui a découvert le premier cadavre alors qu’il prenait des photographies d’un puits de mine de 150 mètres de profondeur. Le corps avait été ramené à la surface après des pluies diluviennes.


Source : 20 Minutes le 1er mai 2019


marathon
Messages : 8238
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Premiers meurtres en série à Chypre

Messagepar marathon » 05 juin 2019, 11:30

Le corps d’une 6eme victime présumée du «tueur en série» a été retrouvé à Chypre



La police de l’île de Chypre, qui poursuit ses recherches pour retrouver les restes de sept femmes et fillettes dont un « tueur en série » présumé a avoué le meurtre, a annoncé mardi avoir découvert un sixième corps dans une valise au fond d’un lac.


Arrêté le 18 avril, Nicos Metaxas, un officier chypriote-grec de 35 ans, n’a pas encore été inculpé pour ces homicides que la presse locale a qualifiés de « premiers meurtres en série » de l’histoire de l’île méditerranéenne.

Depuis le 14 avril, les enquêteurs avaient retrouvé les corps de cinq victimes, dont deux dans une valise jetée dans un lac à Mitsero, non loin de la capitale Nicosie. Ils étaient à la recherche d’une troisième valise que le suspect avait dit avoir jeté au même endroit.

« Une valise a été retrouvée dans le lac, et, selon un premier examen, elle contient ce qui apparaît être les restes d’un corps en décomposition », a déclaré mardi à la presse le porte-parole de la police, Andreas Angelides.

« Il s’agit là d’un développement important (…). Nous allons maintenant procéder à l’identification du corps », a-t-il ajouté.

Le corps serait celui de la Philippine Maricar Valdez, âgée d’une trentaine d’années.

Le nouveau chef de la police, Kypros Michaelides, évoquant l’affaire, a affirmé n’avoir jamais vu une telle « barbarie » en 42 ans de services.

Les enquêteurs mènent également des recherches dans le lac de Memi, non loin de celui de Mitsero, pour retrouver les restes d’une fillette philippine de six ans, alors que ceux de la mère, également une victime, ont déjà été retrouvés.

Les autorités ont indiqué la semaine dernière qu’elles pourraient vider ce lac pour tenter de retrouver le corps de la fillette, après plusieurs semaines de recherches infructueuses.

Le suspect a avoué avoir tué quatre Philippines, dont une femme et sa fille, ainsi qu’une Roumaine et sa fille, et une femme qui pourrait être Népalaise, selon des sources policières.

Cette série de meurtres a choqué Chypre, et les forces de l’ordre ont été accusées de n’avoir pas mené d’enquête sérieuse après les premiers signalements de disparitions il y a trois ans.

La police a indiqué avoir reçu près de 500 témoignages sur les activités du suspect. Le tollé provoqué par l’affaire a déjà entraîné le limogeage du chef de la police et la démission du ministre de la Justice.



Source : AFP le 4 juin 2019

marathon
Messages : 8238
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Premiers meurtres en série à Chypre

Messagepar marathon » 05 juin 2019, 18:15

Les découvertes macabres secouent l’île de Chypre

Un soldat de 35 ans a avoué avoir tué cinq femmes et deux petites filles. La recherche de leurs corps dure depuis six semaines. Une troisième valise contenant un corps vient d’être découverte, dans un lac, près d’une mine de cuivre abandonnée.


L’affaire a été révélée le 14 avril, lorsque le corps de Mary Rose Tiburcio, une femme philippine âgée de 33 ans a été retrouvé par hasard dans un puits. La police a pu déterminer, grâce aux relevés d’appels téléphoniques, qu’elle avait été en contact avec le militaire, ce qui a permis son arrestation.

Victimes étrangères


Le meurtrier présumé a avoué avoir tué au moins cinq femmes au cours des trois dernières années. Toutes sont des femmes de ménage étrangères, originaires des Philippines, du Népal et de Roumanie. Il les avait rencontrées via un site de rencontre. L’homme a également avoué avoir tué les deux enfants d’une de ces femmes.

Les corps cachés dans des valises

Quelques jours après la première découverte, un deuxième corps a été retrouvé dans le même puits, celui d’Arian Palanas Lozano, 28 ans, également originaire des Philippines. Suivant les instructions du suspect, des fouilles ont été effectuées dans un puits utilisé par l’armée et dans une mine abandonnée, à seulement 20 kilomètres de la capitale Nicosie. Les restes de quatre autres victimes ont été ensuite retrouvés dans des valises jetées à la mer.

La septième victime introuvable

La police est toujours à la recherche de la septième victime, la fille de Mme Tiburcio, âgée de six ans. Des plongeurs fouillent actuellement un lac de déchets toxiques, près d’une mine de cuivre abandonnée.

Onde de choc


Le sujet a secoué la population de l’île, qui se dit choquée, mais aussi indignée face au manque de réaction de la part de la police chypriote après les disparitions de ces femmes étrangères. Les habitants sont descendus dans les rues pour dénoncer cette indifférence. Le chef de la police et le ministre de la Justice ont depuis démissionné.

La police n’aurait jamais ouvert une enquête si aucun corps n’avait été retrouvé”


Source: VRT le 5 juin 2019

marathon
Messages : 8238
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Premiers meurtres en série à Chypre

Messagepar marathon » 13 juin 2019, 10:34

Chypre : après l’arrestation du tueur en série, le corps d’une fillette découvert

Le corps a été retrouvé au fond d’un lac près de Nicosie.

Retrouvé par des plongeurs, le corps était enveloppé dans un tapis et lesté avec un bloc de ciment.


C’est l’issue de plusieurs semaines de recherches. La police chypriote a retrouvé mercredi au fond d’un lac près de Nicosie le corps d’un enfant. Il pourrait s’agir d’une fillette philippine, la septième victime d’un tueur en série présumé.

Arrêté le 18 avril, Nikos Metaxas, un officier de l’armée de 35 ans, a avoué avoir tué quatre Philippines, dont une femme et sa fille, ainsi qu’une Roumaine, sa fille et une femme qui pourrait être Népalaise, selon des sources policières. La presse locale avait vu dans ces homicides les « premiers meurtres en série » de l’histoire de l’île méditerranéenne.


L’arrestation du suspect était intervenue quatre jours après la découverte au sud-ouest de Nicosie, par hasard, par un touriste, du cadavre d’une femme qui a été identifiée comme étant Mary Rose Tiburcio, une Philippine de 38 ans. Depuis, cinq autres corps avaient été retrouvés dans la même région, dont trois dans un autre lac.

Portées disparues depuis mai 2018

Le porte-parole de la police Andreas Angelides a déclaré mercredi à la presse qu’un « petit corps » en état de décomposition avait été trouvé dans le lac de Memi, dans la localité de Xyliatos, à six mètres de profondeur. Les enquêteurs pensent que le corps est celui de Sierra-Graze, âgée de six ans, et fille de Mary Rose Tiburcio. Toutes deux étaient portées disparues depuis mai 2018.

Selon la radio publique, le corps retrouvé par des plongeurs était enveloppé dans un tapis et lesté avec un bloc de ciment. Le site d’informations Philenews indique que le suspect se trouvait mercredi sur les lieux pour donner des détails sur l’endroit exact où il avait jeté la fillette. « Je suis satisfait et en même temps ému », a déclaré aux journalistes le chef des pompiers Marcos Trangolas.

Les frais pris en charge par l’Etat

Les funérailles de la Roumaine et de sa fille auront lieu jeudi dans un village près de Nicosie. Le gouvernement a annoncé qu’il prendrait en charge tous les frais pour les enterrements des sept victimes.

Cette série de meurtres a choqué Chypre, et les forces de l’ordre ont été accusées de n’avoir pas mené d’enquête sérieuse après les premiers signalements de disparitions il y a trois ans. L’association d’aide aux migrants Kisa a estimé que le manque d’enquête sur les disparitions de ces femmes étrangères reflétait la façon dont elles étaient traitées en général par l’administration.

Démission

De nombreux immigrés d’Asie et de Roumanie travaillent à Chypre, notamment comme employés de maison ou dans l’agriculture. Le président chypriote Nikos Anastasiades avait dénoncé « un manquement au devoir de la police » dans l’enquête. Le tollé provoqué par l’affaire avait entraîné le limogeage du chef de la police et la démission du ministre de la Justice.



Source : Le Parisien le 12 juin 2019


Retourner vers « Europe »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités