Disparition de Marilyn Bergeron

Modérateur : marathon

marathon
Messages : 8464
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Disparition de Marilyn Bergeron

Messagepar marathon » 20 avr. 2019, 02:30

Disparition de Marilyn Bergeron : 10 ans plus tard, l'enquête policière piétine

Image
Marilyn Bergeron

Depuis 10 ans, la famille de Marilyn Bergeron a l'impression que l'enquête policière piétine et elle se sent livrée à elle-même. Sa mère, Andrée Béchard, veut faire en sorte que le traitement des disparitions, surtout les disparitions d'adultes, soit révisé.


« Nous, ça fait 10 ans que l’on vit la disparition de Marilyn et nous trouvons que notre système n’est pas encore assez efficace pour retrouver les adultes qui disparaissent », déplore Mme Béchard.

Avant sa disparition en février 2008, Marilyn Bergeron avait été filmée dans un guichet d'une caisse populaire de Loretteville. C'est un des derniers endroits où la jeune femme de 24 ans a été vue. Mais pour mettre la main sur l'enregistrement, il aura fallu un an, faute de mandat.

Le travail des autorités diffère lorsqu'il s'agit d'adultes.

« Un grand obstacle lorsqu'on traite une disparition d'adulte, c'est au niveau de la confidentialité. Les lois auxquelles font face même les policiers, s'il n'y a pas d'élément criminel, c'est très difficile de demander à une entreprise, par exemple, de libérer des transactions qui ont été faites », explique la directrice générale du Réseau Enfants-Retour, Pina Arcamone.

La famille a demandé à de nombreuses reprises au ministère de la Sécurité publique, au cours de la dernière année, que la Sûreté du Québec prenne le dossier en main dans le but d'avoir un regard neuf sur le sujet, mais elle a toujours essuyé un refus.

Initialement, la police de Québec, qui est responsable de l’enquête, a exploré la thèse d’une disparition volontaire suivie d’un suicide.


« On se sent abandonnés. Il est peut-être arrivé quelque chose de tragique à notre fille... Qui dit qu’elle n’a pas été assassinée? »

— Andrée Béchard

La famille de Marilyn Bergeron se questionne, car elle a du mal à comprendre que les disparitions soient traitées différemment des homicides au Québec.

Le mystère demeure entier

Les proches de Marilyn Bergeron et leur avocat, Marc Bellemare, ont déposé un document regroupant les faits saillants et les démarches qui ont été entreprises au cours des 10 dernières années afin de retrouver la disparue.

Dans les jours précédant sa disparition, la jeune femme semblait inquiète et craintive. Elle venait d'ailleurs de quitter Montréal pour revenir vivre chez ses parents.

De retour à Québec le 16 février 2008, Marilyn Bergeron avait quitté la résidence de ses parents le lendemain pour aller marcher, seule.

Après son passage au guichet automatique, la jeune femme a par la suite été aperçue au Café Dépôt du secteur de Saint-Romuald, à Lévis. C'est à cet endroit que Marilyn Bergeron, âgée de 24 ans à l'époque, a été vue pour la dernière fois. Sa famille ignore toujours comment elle s'est rendue à Lévis.



Source : Radio Canada le 18 février 2018

marathon
Messages : 8464
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Disparition de Marilyn Bergeron

Messagepar marathon » 20 avr. 2019, 02:35

Disparition de Marilyn Bergeron : la CAQ doit « passer de la parole aux actes »

« Tout n'a pas été fait pour retrouver ma fille », se désole la mère de Marilyn Bergeron, disparue il y a 11 ans. Andrée Béchard demande au gouvernement de la Coalition avenir Québec de « passer de la parole aux actes » en mettant sur pied une brigade mixte dédiée à la recherche de personnes disparues.


La proposition de créer une escouade composée d’enquêteurs affectés à temps plein à la recherche de personnes disparues avait été appuyée l’an dernier par le député de Lévis, François Paradis, lors d'une marche commémorative.

François Paradis a pris la parole lors de la marche commémorative soulignant les 10 ans de la disparition de Marilyn Bergeron en avril 2018.


Maintenant que la Coalition avenir Québec (CAQ) est au pouvoir, la famille Bergeron tient à rappeler cet engagement. « On ne voudrait pas que ça tombe aux oubliettes », affirme Mme Béchard.

Marilyn Bergeron est portée disparue depuis le 17 février 2008. Elle a été vue pour la dernière fois au Café Dépôt du secteur Saint-Romuald à Lévis.

Elle venait alors de quitter Montréal pour revenir vivre chez ses parents à Québec. C’est pourquoi le Service de police de la Ville de Québec a été chargé de l’enquête.


« Nous on demande un nouveau regard et c'est par la Sûreté du Québec qu'on le veut. Après 11 ans de disparition, je pense que c'est légitime. »

— Andrée Béchard, mère de Marilyn Bergeron.

« Maintenir la structure en place »

Le ministère de la Sécurité publique (MSP) répond qu’une équipe spécialisée pour les disparitions a été mise en place et est dirigée par la SQ.



« Cette équipe a créé un mécanisme avec d’autres corps policiers et jusqu’à maintenant, ceci fonctionne très bien. La SQ recommande de maintenir la structure en place, ce que le MSP a approuvé », a répondu le ministère par courriel.

Cette équipe ne comprend toutefois pas d'enquêteurs d'autres services de police. Le MSP ajoute que tous les corps de police au Québec ont la capacité de mener des enquêtes de disparition.

La mère de Marilyn Bergeron soulève toutefois que cette équipe mise sur pied en 2013 n'est pas chargée de l'enquête sur la disparition de Marilyn Bergeron. Le Service de police de la Ville de Québec peut collaborer avec la SQ, mais n'a pas cette expertise à l'interne.

« Il n'y a pas d'enquêteur qui travaille que sur les disparitions. Ça prend une expertise différente parce que plus vous travaillez des dossiers de disparition plus vous devenez des experts », soutient Andrée Béchard.

Me Marc Bellemare au téléphone dans son bureau de Québec.
Me Marc Bellemare aide la famille Bergeron dans ses démarches Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Me Marc Bellemare, qui aide la famille dans ses démarches, croit pour sa part que la Sûreté du Québec devrait être saisie automatiquement des cas d’enlèvement ou de disparition suspecte.

« La ministre de la Sécurité publique devrait faire ce que François Paradis avait promis lors de la marche de la famille Bergeron. C’est-à-dire que c’est la SQ, qui sera aux affaires dans les cas d'enlèvement et dans les cas d'assassinats. Ce sont les crimes les plus sévèrement punis dans le Code criminel », mentionne l’avocat.

« Pas une simple disparition »

Dans les jours précédant sa disparition, la jeune femme de 24 semblait inquiète et craintive selon les témoignages de ses proches. Me Bellemare croit qu’un acte criminel a été commis.

« Nous savons que Marilyn, dans les semaines qui ont précédé sa disparition, se sentait menacée, elle avait vu ou assisté à un crime. Elle avait été témoin de quelque chose de grave. Elle se sentait menacée », rappelle l’avocat de Québec.

Me Bellemare estime donc que ce dossier ne doit pas être traité comme « simple disparition ».


« À mon avis, il n'est pas normal qu'un corps de police municipale qui n'a pas nécessairement l'expertise, l'expérience, les budgets et les ressources, les techniques d'enquête, soit seul dans la recherche d'une personne disparue. »

— Me Marc Bellemare, avocat.

Le rapport familial sur la disparition non résolue de Marilyn Bergeron.
La famille de Marilyn Bergeron a multiplié les démarches pour faire avancer l'enquête sur sa disparition. Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

L’exemple de l’Ontario

En 2006, La Police provinciale de l’Ontario a mis sur pied l’Unité des personnes disparues et des corps non identifiés, soit une équipe d’enquêteurs à temps plein pour les personnes disparues.

En 2010, l’unité avait élucidé 41 cas de disparitions suspectes pour ainsi faire passer le taux de résolutions de 20 % à 30 %.

Des données de l’Association des familles de personnes assassinées ou disparues notent qu’au Québec ce taux ne dépassait pas 15 % en 2009.




Source : Radio Canada le 11 avril 2019


Retourner vers « Amérique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité