Bébé congelé à Vichy

Modérateur : marathon

marathon
Messages : 6318
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Bébé congelé à Vichy

Messagepar marathon » 13 juin 2018, 18:31

Bébé congelé à Vichy : « Je n'ai pas fait de mal à ce bébé », se défend l'accusée


Depuis lundi, une mère de famille est jugée, en appel, en Haute-Loire. Elle assure ne pas avoir tué le bébé découvert en décembre 2011, dans le congélateur de son appartement, à Vichy.



Je ne lui ai pas fait de mal à ce bébé Monsieur

La frêle quadragénaire, rejugée en Haute-Loire, supplie le président de la Cour de la croire. Sanglotante à la barre, elle répète ce qu’elle avait déjà dit quelques mois plus tôt, à son procès. En février, à Moulins, la mère du nouveau-né retrouvé dans le congélateur d’un appartement à Vichy avait écopé de six ans de prison. Elle avait fait appel « pour qu’on ne dise plus (qu’elle) l’a tué ».

En 2008, elle a accouché, seule, dans sa baignoire. L’enfant est né « sur le ventre ».


« Je ne peux pas dire à quoi il ressemblait, je n’ai même pas vu son visage »

L'accusée

Le garçon, dans le bain ensanglanté, « ne bougeait pas. Il ne criait pas. Il flottait ». Elle est persuadée qu’il était mort quand elle a quitté la baignoire « d’un seul coup », « paniquée » par la naissance de ce bébé qu’elle n’attendait pas.


« Je ne comprenais pas ce qu’il venait de se passer », se défend-elle. La serveuse, mère de trois enfants, a quitté la pièce ce soir-là. Elle s’est endormie sur le canapé, puis s’est emparée d’un sac plastique pour y placer le corps de l’enfant. Elle a « honte de l’avoir gardé » avec elle, dans le congélateur.

Décédé « en moins de cinq minutes »

Le garçon pesait 5 Kg. Il mesurait 57 cm. « Son agonie a été de courte durée », détaille le médecin légiste qui a autopsié le corps du nourrisson découvert en décembre 2011. L’expert estime qu’il est décédé « en moins de cinq minutes ». « Par manque d’air ». Dans son rapport, il précise que l’enfant ne s’est pas noyé, qu’il n’était pas mort à la naissance comme le prétend l’accusée que son corps ne portait « pas de traces de violence ». « Le décès n’a pu survenir sans l’intervention de la mère », ajoute-t-il.

Pour l’avocat général, si la mère de famille poursuivie pour homicide volontaire sur mineur de moins de 15 ans n’a pas tué son bébé, il s’avère qu’elle « n’a rien fait pour le sauver ». À la barre, l’accusée acquiesce. Elle n’a pas appelé les secours, n’a pas pris l'enfant dans ses bras, ne l’a pas serré contre elle. « Il n’était pas à moi », explique-t-elle.

La cour d’appel de la Haute-Loire rendra son verdict mercredi soir.



Source : L'éveil de la Haute Loire le 12 juin 2018



Article de Libération du 21 décembre 2011



Bébé congelé à Vichy: la mère mise en examen pour homicide volontaire


Cette femme de 34 ans, déjà mère de trois enfants, a reconnu avoir accouché de ce petit garçon en 2008.


Bébé congelé à Vichy: la mère mise en examen pour homicide volontaire


La femme interpellée dans les Alpes-Maritimes après la découverte du corps d’un bébé dans son congélateur à Vichy (Allier), a été mise en examen pour «homicide volontaire» et a reconnu avoir accouché de ce petit garçon en 2008, a annoncé le parquet mercredi.

Cette femme de 34 ans, déjà mère de trois enfants, a été écrouée à la maison d’arrêt de Riom, après sa mise en examen pour «homicide volontaire sur mineur de quinze ans», a annoncé le procureur de la République à Cusset, Dominique de Bouclans.

«Elle a reconnu avoir accouché en 2008» dans des «conditions qui restent à éclaircir», a-t-il ajouté. Elle aurait accouché dans sa baignoire, assurant aux enquêteurs qu’elle ne savait pas qu’elle était enceinte et avoir été surprise par les contractions.

Mais le bébé retrouvé congelé mesurait au moins 62 cm, laissant à penser qu’il était âgé de deux à trois mois quand il est décédé. «Les premières constatations ne permettent pas de déterminer s'il s'agit d'un nouveau-né ou d'un nourrisson... Il y a des interrogations par rapport aux mensurations de l'enfant», a précisé le procureur.

La jeune femme risque la perpétuité si l'autopsie révélait que l'enfant était vivant ou viable à la naissance. «Il faudra voir comment ce bébé est décédé», a ajouté Dominique de Bouclans. Une autopsie doit être pratiquée les jours prochains sur le cadavre à l'institut médico-légal de Lyon. Le procureur a souligné qu'il était encore trop tôt pour évoquer un déni de grossesse. «Ce qu'elle dit, c'est qu'elle n'avait pas conscience de son état de grossesse... Il est trop tôt pour dire si c'est un déni de grossesse. On en est à 48 heures d'enquête», a-t-il insisté.

«Psychologiquement fragile»

C’est la fille aînée de la femme interpellée qui a fait la découverte à leur domicile de Vichy, dans une impasse proche de la gare, et qui a prévenu samedi le commissariat de police de la ville.

La mère avait quitté l’Allier cet été, souhaitant refaire sa vie à Saint-Laurent-du Var, dans les Alpes-Maritimes, avec son nouveau compagnon, tout en conservant son domicile vichyssois. Sa fille de 15 ans était de retour des Alpes-Maritimes pour passer les vacances de Noël chez sa tante quand elle a décidé de passer dans l'appartement de sa mère.

Selon le journal régional La Montagne, cette mère de famille de condition modeste, dont les deux autres enfants de 14 et 12 ans vivaient avec leur père, est décrite comme étant «psychologiquement fragile». Elle était «employée dans des restaurants» à Vichy avant de partir s'installer à Saint-Laurent-du-Var, où elle «travaillait dans un magasin», selon le parquet.

La jeune femme a «manifestement eu de grosses difficultés dans son enfance», quittant très jeune le domicile familial, a précisé Dominique de Bouclans.

Ses voisins interrogés par l'AFP disent n'avoir jamais remarqué la grossesse de cette femme de grande taille. Le procureur a exclu que la famille ait su pour le bébé congelé. «Il n'apparaît pas que le père ait été au courant d'une quelconque manière». Et «le signalement au commissariat suit de très peu de temps la découverte», a-t-il ajouté.

L'affaire la plus retentissante de bébés congelés est celle de Véronique Courjault, dont le mari découvrit les corps de deux nouveaux-nés dans son congélateur à Séoul. Condamnée à huit ans d'emprisonnement en juin 2009, elle a été libérée en mai 2010.



Article de la Montagne du 3 février 2018


Allier : six ans ferme pour la mère du bébé retrouvé dans un congélateur à Vichy en 2011

La mère d’un bébé retrouvé dans un congélateur en décembre 2011, à Vichy, a été condamnée à six ans de prison ferme par la cour d’assises de l’Allier.



Le verdict a été rendu ce vendredi soir vers 22 heures après quatre heures de délibéré, au terme d’un procès qui s’est tenu durant deux jours à huis clos, à la demande de la défense. Stéphanie A. a été déclarée coupable de meurtre sur un mineur de moins de quinze ans par ascendant, la notion de recel de cadavre n’ayant pas été retenue. Elle a été immédiatement conduite en prison.


L’avocat général avait requis à son encontre une peine de cinq ans de prison dont un an ferme.
Elle devra en outre verser des sommes allant jusqu’à 15.000 € à ses trois filles et sa sœur, qui se sont constituées parties civiles auprès de Me Lardans.


Le 17 décembre 2011, un bébé avait été découvert par l'une des filles de Stephanie A. dans le congélateur d'un appartement situé impasse Gilbert, à Vichy. Elle avait à l'époque reconnu avoir accouchée seule de cet enfant trois ans auparavant.

marathon
Messages : 6318
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Bébé congelé à Vichy

Messagepar marathon » 13 juin 2018, 18:33

Nouvelle hypothèse dans l'affaire du bébé congelé, le procès renvoyé

L’obstétricien de renom cité à la barre, pour la première fois, par les avocats de la défense a fait basculer le procès en appel de la mère du bébé retrouvé dans le congélateur de son appartement, à Vichy, en décembre 2011.



Après avoir longuement examiné les différents rapports d’expertise, le professionnel aux 2.800 accouchements au cours de sa carrière, émet une nouvelle hypothèse : selon lui, le nourrisson serait mort « d’une hémorragie ».

Son témoignage contredit les médecins légistes qui, à l’issue de l’autopsie du corps du nouveau-né, avaient conclu que le garçon de 5 Kg et de 57 cm était décédé « par suffocation », « en moins de cinq minutes ». Ils précisaient que l’enfant était vivant à la naissance, qu’il ne s’était pas noyé, que son corps ne portait « pas de traces de violence » mais que son « décès n’avait pu survenir sans l’intervention de la mère ».

L’hypothèse avancée par l’obstétricien apporte du crédit à la frêle quadragénaire qui clame son innocence depuis lundi. Rejugée en Haute-Loire, elle a répété ce qu’elle avait déjà dit en février, devant la cour d’assises de Moulins, dans l’Allier. « Je ne lui ai pas fait de mal à ce bébé, monsieur », a-t-elle encore déclaré en sanglots, à la barre

Il ne bougeait pas. Il ne criait pas. Il flottait.

L'accusée

En première instance, la serveuse de 41 ans, mère de trois enfants, avait écopé de six ans de prison. Elle avait fait appel « pour qu’on ne dise plus que je l’ai tué ».

Devant la cour d’assises d’appel de la Haute-Loire, l’accusée a réaffirmé que l’enfant qu’elle a mis au monde en 2008, seule, dans sa baignoire, « ne bougeait pas. Il ne criait pas. Il flottait ». Elle est persuadée qu’il était mort quand elle a quitté le bain ensanglanté « d’un seul coup », « paniquée » par la naissance de ce bébé qu’elle n’attendait pas.

Suite aux nouveaux éléments portés à la connaissance de la cour par l’obstétricien, un complément d’expertise a été demandé par l’avocat général. Dans l’attente des résultats, le président de la cour d’assises d’appel de la Haute-Loire a décidé de renvoyer le procès à une date ultérieure. La mère de l’enfant, poursuivie pour homicide volontaire sur mineur de moins de 15 ans, a été remise en liberté. Elle était incarcérée depuis son premier procès, en février 2018.


Source : L'éveil de la Haute Loire le 13 juin 2018


Retourner vers « Europe »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité