Haute-Saône : disparition inquiétante d’une joggeuse de 29 ans

Modérateur : marathon

marathon
Messages : 6098
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Haute-Saône : disparition inquiétante d’une joggeuse de 29 ans

Messagepar marathon » 12 juil. 2018, 07:23

Affaire Jonathann Daval: le beau-frère et la soeur d'Alexia témoignent





Grégory Gay et son épouse, Stéphanie Gay, sœur d'Alexia Daval, ont accordé à notre journaliste Ruth Elkrief un entretien que nous diffusons dans son intégralité ce jeudi soir à 19h. Accusé par son beau-frère Jonathann Daval d'avoir tué Alexia, Grégory Gay réagit.



Fin juin, Jonathann Daval, qui avait avoué en janvier dernier avoir tué son épouse Alexia au mois d'octobre précédent, tout en assurant qu'il s'agissait d'un accident et qu'il n'avait pas brûlé le corps, est revenu sur ses aveux. Face au juge d'instruction le 27 juin, il déclarait désormais que son épouse avait été étranglée par son beau-frère Grégory Gay, au domicile de ses parents.

Grégory Gay et son épouse Stéphanie, sœur d'Alexia, ont accordé un entretien à BFMTV depuis Gray, la commune de Haute-Saône au centre de ce fait-divers.
*

•"Je suis là pour dénoncer ces fuites odieuses"


Lors de cet échange, Stéphanie Gay expose tout d'abord l'état d'esprit qui a été le leur en apprenant la semaine dernière de la bouche du juge d'instruction quelle était à présent la version défendue par Jonathann Daval:


"C’est l’ahurissement, c’est la consternation, on n’est pas préparé pour ça. On n’a jamais envisagé ça. L’ahurissement dure pendant toute notre audition. Il y a seulement quelques heures où on commence à réaliser ce qu’il se passe, la portée de ce qu’il a dit."

Grégory Gay intervient pour expliquer le sens de cette prise de parole médiatique.


"Cette histoire n’aurait jamais dû sortir dans aucun média. Je suis là pour dénoncer ces fuites odieuses. Ça dépasse les petites fuites qu’on avait déjà pu connaître, c’est extrêmement grave car c’est de la
dénonciation calomnieuse à notre encontre et à moi en particulier parce qu’il m’a quand même donné un sacré rôle dans cette histoire", dit-il.

Il affirme que plusieurs personnes ont selon lui concouru pour que ce revirement soit connu:


"Jonathann n’aurait jamais pu faire sortir ça seul de sa petite prison. Les fuites, c’est plusieurs personnes." Il poursuit:


"Notre entretien avec le juge il était normal qu’il ait lieu. Il avait des questions à nous poser, c’était normal qu’on y réponde. C’était désagréable mais c’était normal qu’on y réponde, c’était la procédure. Les personnes qui s’amusent à orchestrer ces fuites, je ne sais pas à quoi elles jouent mais je suis là pour les combattre."

•"Ce que j'ai dit aux enquêteurs a pu lui faire peur"


Quant à savoir pourquoi Jonathann Daval a avancé de tels propos, qu'il réfute, Grégory Gay a son idée. Il en a même deux. Il livre sa première hypothèse:


"Il a l’air d’être assez narcissique. Ma première hypothèse, c’était qu’il puisse m’en vouloir d’être aujourd’hui le seul gendre de la famille Fouillot. Ça peut lui être très désagréable." Il donne ensuite la seconde:


"La deuxième hypothèse que j’ai eue, depuis que j’ai compris qu’il a pu avoir accès à mes PV d’auditions auprès des enquêteurs, il a donc pu en voir le contenu, moi je sais très bien ce que j’ai dit, peut-être qu’il y a vu quelque chose qui lui a fait peur. Peut-être que j’étais sur la bonne voie dans mes hypothèses, et c’est pour ça qu’il a voulu me charger."

•"Il y a un complice quelque part"


Grégory Gay est persuadé que son beau-frère a bénéficié d'une complicité.


"Tout ce que je sais c’est que Jonathann était capable de nous mentir de manière précise, efficace. Dans tous ses aveux, il y a une constante : il ne nous dit pas qu’il a brûlé le corps. Ce qui laisse entendre qu’il y a forcément quelqu’un qui l’a fait, ce qui laisse sous-entendre qu’il y a un complice quelque part", développe-t-il.

Son épouse, Stéphanie Gay, abonde également en ce sens:


"Il y a l’incendie qu’il a toujours nié, on en vient à se demander si ce n’était pas prévu. Dans notre questionnement, c’est est-ce que le scénario était construit depuis plus longtemps ?"



Source : BFMTV le 12 juillet 2018

marathon
Messages : 6098
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Haute-Saône : disparition inquiétante d’une joggeuse de 29 ans

Messagepar marathon » 13 août 2018, 10:39

Ces « experts » qui croient tout savoir de l’affaire Daval

Médiums, « experts » en tout genre et « psys » autoproclamés aux méthodes plus ou moins baroques s’immiscent dans les affaires criminelles pour proposer leurs lumières aux enquêteurs. L’affaire Daval ne fait pas exception.

André Laurain, ancien colonel des sapeurs-pompiers, est intarissable sur « la fausseté » des larmes de Jonathann Daval, sa « tristesse surjouée », son « visage contracté ».

Passons sur les nombreux voyants qui, scrutant le ciel ou le marc de café, ont cru déceler dans le positionnement des planètes un contexte « extrêmement défavorable », pour le mis en cause… André Laurain, 88 ans, fut durant vingt ans expert à la cour d’appel de Nancy. Sa spécialité : les incendies, explosions et autres risques majeurs. « Malgré [son] âge », cet ancien colonel des sapeurs-pompiers se sent « légitime » pour livrer son intime conviction, mieux, sa « lecture » de l’affaire Daval. « Je ne suis pas psy mais je m’y connais en morphopsychologie », assure cet homme aux états de service impeccables, qui se damnerait pour « interroger Jonathann les yeux dans les yeux ». Il s’en est d’ailleurs fallu de peu pour qu’il téléphone au magistrat instructeur, afin de lui offrir ses « services ». « Dans le cadre de mes fonctions d’expert, relate-t-il, j’ai conduit plus de 200 interrogatoires et j’ai eu de très bons résultats sur des incendies prétendument accidentels qui, au bout du compte, se sont révélés criminels. » Son secret ? « Le regard » qui, comme chacun sait, est « le reflet de l’âme ». Le moins que l’on puisse dire est que celui de Jonathann Daval ne lui dit rien qui vaille. L’ancien officier est intarissable sur « la fausseté » des larmes du meurtrier présumé, sa « tristesse surjouée », son « visage contracté ». « Je l’ai vu dans le journal, il n’est pas dans l’axe, il rentre constamment son cou dans ses épaules et ne vous regarde jamais en face. Il n’est pas franc, le garçon ! », croit déceler André Laurain. Autant d’indices qui, selon lui, « ne trompent pas ». « Je sais que ça n’a rien à voir mais son regard fuyant me fait penser à celui de Didier Deschamps. » Bigre !


« Psychanalyse guidée »

Sylvain Loye se présente comme le fondateur de la « psychanalyse guidée », une méthode pour laquelle il a déposé un « brevet », fondée sur « la compréhension des structures corticales du cerveau ». Lui aussi s’est proposé « d’éclairer notre lanterne ». Il a « bien analysé » les versions successives que l’informaticien graylois a livrées à la justice. Pour lui, la cause est entendue : le « scénario substitutif disculpant » de Jonathann relève d’un « transfert », comparable à un « déplacement phobique », dont le but est « d’étouffer les impressions mnésiques traumatisantes du sujet ». Bref, Jonathann Daval aurait inventé toutes ces fadaises pour sauver sa peau.



Sylvain Loye s’y connaît : il a « lu Freud » et a même « affiché » le portrait du maître viennois dans son « cabinet ». « Tout, dans la dernière version de Daval, relève du transfert », insiste-t-il. « Il y a bien eu dispute au départ, simplement, celle-ci n’éclate plus chez lui mais au domicile de ses beaux-parents ; le coupable est bien le gendre mais pas lui, l’autre ; quant aux beaux-parents, le pacte qu’ils auraient prétendument scellé vient se substituer au secret de sa culpabilité. » Bref, Jonathann a trouvé « un compromis intrapsychique censé détourner les dynamiques pathogènes psycho-affectives » qui l’assaillent.

« Cela n’engage que moi mais oui, je suis sûr à 100 % de sa culpabilité », conclut tout de go notre « analyste ». Deviser sur la culpabilité d’un mis en examen, est-ce bien là le rôle d’un psy ? « Je ne suis pas dans l’analyse d’une personnalité mais dans l’étude contextuelle d’une séquence traumatique. Nul besoin de discuter avec l’intéressé pour comprendre ce qui se joue », affirme Sylvain Loye, qui se dit prêt à « aider la justice avec sa méthode ».

Soit. Mais on va tout de même attendre de connaître ce que diront les experts que la justice aura réellement désignés pour se forger une opinion.



Source : l'Est Républicain le 11 août 2018

marathon
Messages : 6098
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Haute-Saône : disparition inquiétante d’une joggeuse de 29 ans

Messagepar marathon » 23 août 2018, 12:29

Affaire Daval: accusé par Jonathann, son beau-frère riposte



Affaire Daval : le beau-frère de Jonathann Daval contre-attaque après avoir été mis en cause



Grégory Gay et son épouse ont choisi Me Gilles-Jean Portejoie comme nouvel avocat. Lors de ses derniers aveux, Jonathann Daval avait accusé son beau-frère d'être le meurtrier de sa femme.

Dans l'affaire Daval, la défense de Grégory Gay et de son épouse change.


Afin de faire face aux accusations de Jonathann Daval, le beau-frère d'Alexia Daval, assassinée dans la nuit du 27 au 28 octobre en Haute-Saône, a choisi un nouvel avocat, Me Portejoie. Ce dernier remplace Me Jean-Marc Florand, qui reste l'avocat des parents d'Alexia. "Jonathann a quatre avocats, il fallait rétablir l'équilibre face à cette situation, donner plus de force à notre partie civile. On a donc fait appel à ce pénaliste de renom", explique Grégory Gay au Parisien. "Ils veulent pleinement assumer leur statut de parties civiles. Être informés régulièrement de l'évolution de la procédure pour pouvoir réagir et peser sur elle", relate Me Gilles-Jean Portejoie.

Cette décision fait suite aux revirements de Jonathann Daval. Tout d'abord veuf effondré, ce dernier avait avoué avoir tué sans le vouloir son épouse Alexia lors d'une dispute. Fin juin, Jonathann avait modifié sa version face aux juges. S'estimant innocent, il avait accusé son beau frère Grégory Gay d'avoir étranglé Alexia le 27 octobre. Jonathann avait également évoqué un complot familial, mais aussi reconnu qu'il avait bien transporté le corps de son épouse. "Des accusations ridicules et machiavéliques", selon Grégory Gay. Présumé innocent, Jonathann Daval a été placé en détention provisoire le 30 janvier dernier et est pris en charge dans un service psychiatrique.


Source : 6 Médias le 23 août 2018


Retourner vers « Europe »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité