Haute-Saône : disparition inquiétante d’une joggeuse de 29 ans

Modérateur : marathon

marathon
Messages : 6551
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Haute-Saône : disparition inquiétante d’une joggeuse de 29 ans

Messagepar marathon » 12 juil. 2018, 07:23

Affaire Jonathann Daval: le beau-frère et la soeur d'Alexia témoignent





Grégory Gay et son épouse, Stéphanie Gay, sœur d'Alexia Daval, ont accordé à notre journaliste Ruth Elkrief un entretien que nous diffusons dans son intégralité ce jeudi soir à 19h. Accusé par son beau-frère Jonathann Daval d'avoir tué Alexia, Grégory Gay réagit.



Fin juin, Jonathann Daval, qui avait avoué en janvier dernier avoir tué son épouse Alexia au mois d'octobre précédent, tout en assurant qu'il s'agissait d'un accident et qu'il n'avait pas brûlé le corps, est revenu sur ses aveux. Face au juge d'instruction le 27 juin, il déclarait désormais que son épouse avait été étranglée par son beau-frère Grégory Gay, au domicile de ses parents.

Grégory Gay et son épouse Stéphanie, sœur d'Alexia, ont accordé un entretien à BFMTV depuis Gray, la commune de Haute-Saône au centre de ce fait-divers.
*

•"Je suis là pour dénoncer ces fuites odieuses"


Lors de cet échange, Stéphanie Gay expose tout d'abord l'état d'esprit qui a été le leur en apprenant la semaine dernière de la bouche du juge d'instruction quelle était à présent la version défendue par Jonathann Daval:


"C’est l’ahurissement, c’est la consternation, on n’est pas préparé pour ça. On n’a jamais envisagé ça. L’ahurissement dure pendant toute notre audition. Il y a seulement quelques heures où on commence à réaliser ce qu’il se passe, la portée de ce qu’il a dit."

Grégory Gay intervient pour expliquer le sens de cette prise de parole médiatique.


"Cette histoire n’aurait jamais dû sortir dans aucun média. Je suis là pour dénoncer ces fuites odieuses. Ça dépasse les petites fuites qu’on avait déjà pu connaître, c’est extrêmement grave car c’est de la
dénonciation calomnieuse à notre encontre et à moi en particulier parce qu’il m’a quand même donné un sacré rôle dans cette histoire", dit-il.

Il affirme que plusieurs personnes ont selon lui concouru pour que ce revirement soit connu:


"Jonathann n’aurait jamais pu faire sortir ça seul de sa petite prison. Les fuites, c’est plusieurs personnes." Il poursuit:


"Notre entretien avec le juge il était normal qu’il ait lieu. Il avait des questions à nous poser, c’était normal qu’on y réponde. C’était désagréable mais c’était normal qu’on y réponde, c’était la procédure. Les personnes qui s’amusent à orchestrer ces fuites, je ne sais pas à quoi elles jouent mais je suis là pour les combattre."

•"Ce que j'ai dit aux enquêteurs a pu lui faire peur"


Quant à savoir pourquoi Jonathann Daval a avancé de tels propos, qu'il réfute, Grégory Gay a son idée. Il en a même deux. Il livre sa première hypothèse:


"Il a l’air d’être assez narcissique. Ma première hypothèse, c’était qu’il puisse m’en vouloir d’être aujourd’hui le seul gendre de la famille Fouillot. Ça peut lui être très désagréable." Il donne ensuite la seconde:


"La deuxième hypothèse que j’ai eue, depuis que j’ai compris qu’il a pu avoir accès à mes PV d’auditions auprès des enquêteurs, il a donc pu en voir le contenu, moi je sais très bien ce que j’ai dit, peut-être qu’il y a vu quelque chose qui lui a fait peur. Peut-être que j’étais sur la bonne voie dans mes hypothèses, et c’est pour ça qu’il a voulu me charger."

•"Il y a un complice quelque part"


Grégory Gay est persuadé que son beau-frère a bénéficié d'une complicité.


"Tout ce que je sais c’est que Jonathann était capable de nous mentir de manière précise, efficace. Dans tous ses aveux, il y a une constante : il ne nous dit pas qu’il a brûlé le corps. Ce qui laisse entendre qu’il y a forcément quelqu’un qui l’a fait, ce qui laisse sous-entendre qu’il y a un complice quelque part", développe-t-il.

Son épouse, Stéphanie Gay, abonde également en ce sens:


"Il y a l’incendie qu’il a toujours nié, on en vient à se demander si ce n’était pas prévu. Dans notre questionnement, c’est est-ce que le scénario était construit depuis plus longtemps ?"



Source : BFMTV le 12 juillet 2018

marathon
Messages : 6551
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Haute-Saône : disparition inquiétante d’une joggeuse de 29 ans

Messagepar marathon » 13 août 2018, 10:39

Ces « experts » qui croient tout savoir de l’affaire Daval

Médiums, « experts » en tout genre et « psys » autoproclamés aux méthodes plus ou moins baroques s’immiscent dans les affaires criminelles pour proposer leurs lumières aux enquêteurs. L’affaire Daval ne fait pas exception.

André Laurain, ancien colonel des sapeurs-pompiers, est intarissable sur « la fausseté » des larmes de Jonathann Daval, sa « tristesse surjouée », son « visage contracté ».

Passons sur les nombreux voyants qui, scrutant le ciel ou le marc de café, ont cru déceler dans le positionnement des planètes un contexte « extrêmement défavorable », pour le mis en cause… André Laurain, 88 ans, fut durant vingt ans expert à la cour d’appel de Nancy. Sa spécialité : les incendies, explosions et autres risques majeurs. « Malgré [son] âge », cet ancien colonel des sapeurs-pompiers se sent « légitime » pour livrer son intime conviction, mieux, sa « lecture » de l’affaire Daval. « Je ne suis pas psy mais je m’y connais en morphopsychologie », assure cet homme aux états de service impeccables, qui se damnerait pour « interroger Jonathann les yeux dans les yeux ». Il s’en est d’ailleurs fallu de peu pour qu’il téléphone au magistrat instructeur, afin de lui offrir ses « services ». « Dans le cadre de mes fonctions d’expert, relate-t-il, j’ai conduit plus de 200 interrogatoires et j’ai eu de très bons résultats sur des incendies prétendument accidentels qui, au bout du compte, se sont révélés criminels. » Son secret ? « Le regard » qui, comme chacun sait, est « le reflet de l’âme ». Le moins que l’on puisse dire est que celui de Jonathann Daval ne lui dit rien qui vaille. L’ancien officier est intarissable sur « la fausseté » des larmes du meurtrier présumé, sa « tristesse surjouée », son « visage contracté ». « Je l’ai vu dans le journal, il n’est pas dans l’axe, il rentre constamment son cou dans ses épaules et ne vous regarde jamais en face. Il n’est pas franc, le garçon ! », croit déceler André Laurain. Autant d’indices qui, selon lui, « ne trompent pas ». « Je sais que ça n’a rien à voir mais son regard fuyant me fait penser à celui de Didier Deschamps. » Bigre !


« Psychanalyse guidée »

Sylvain Loye se présente comme le fondateur de la « psychanalyse guidée », une méthode pour laquelle il a déposé un « brevet », fondée sur « la compréhension des structures corticales du cerveau ». Lui aussi s’est proposé « d’éclairer notre lanterne ». Il a « bien analysé » les versions successives que l’informaticien graylois a livrées à la justice. Pour lui, la cause est entendue : le « scénario substitutif disculpant » de Jonathann relève d’un « transfert », comparable à un « déplacement phobique », dont le but est « d’étouffer les impressions mnésiques traumatisantes du sujet ». Bref, Jonathann Daval aurait inventé toutes ces fadaises pour sauver sa peau.



Sylvain Loye s’y connaît : il a « lu Freud » et a même « affiché » le portrait du maître viennois dans son « cabinet ». « Tout, dans la dernière version de Daval, relève du transfert », insiste-t-il. « Il y a bien eu dispute au départ, simplement, celle-ci n’éclate plus chez lui mais au domicile de ses beaux-parents ; le coupable est bien le gendre mais pas lui, l’autre ; quant aux beaux-parents, le pacte qu’ils auraient prétendument scellé vient se substituer au secret de sa culpabilité. » Bref, Jonathann a trouvé « un compromis intrapsychique censé détourner les dynamiques pathogènes psycho-affectives » qui l’assaillent.

« Cela n’engage que moi mais oui, je suis sûr à 100 % de sa culpabilité », conclut tout de go notre « analyste ». Deviser sur la culpabilité d’un mis en examen, est-ce bien là le rôle d’un psy ? « Je ne suis pas dans l’analyse d’une personnalité mais dans l’étude contextuelle d’une séquence traumatique. Nul besoin de discuter avec l’intéressé pour comprendre ce qui se joue », affirme Sylvain Loye, qui se dit prêt à « aider la justice avec sa méthode ».

Soit. Mais on va tout de même attendre de connaître ce que diront les experts que la justice aura réellement désignés pour se forger une opinion.



Source : l'Est Républicain le 11 août 2018

marathon
Messages : 6551
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Haute-Saône : disparition inquiétante d’une joggeuse de 29 ans

Messagepar marathon » 23 août 2018, 12:29

Affaire Daval: accusé par Jonathann, son beau-frère riposte



Affaire Daval : le beau-frère de Jonathann Daval contre-attaque après avoir été mis en cause



Grégory Gay et son épouse ont choisi Me Gilles-Jean Portejoie comme nouvel avocat. Lors de ses derniers aveux, Jonathann Daval avait accusé son beau-frère d'être le meurtrier de sa femme.

Dans l'affaire Daval, la défense de Grégory Gay et de son épouse change.


Afin de faire face aux accusations de Jonathann Daval, le beau-frère d'Alexia Daval, assassinée dans la nuit du 27 au 28 octobre en Haute-Saône, a choisi un nouvel avocat, Me Portejoie. Ce dernier remplace Me Jean-Marc Florand, qui reste l'avocat des parents d'Alexia. "Jonathann a quatre avocats, il fallait rétablir l'équilibre face à cette situation, donner plus de force à notre partie civile. On a donc fait appel à ce pénaliste de renom", explique Grégory Gay au Parisien. "Ils veulent pleinement assumer leur statut de parties civiles. Être informés régulièrement de l'évolution de la procédure pour pouvoir réagir et peser sur elle", relate Me Gilles-Jean Portejoie.

Cette décision fait suite aux revirements de Jonathann Daval. Tout d'abord veuf effondré, ce dernier avait avoué avoir tué sans le vouloir son épouse Alexia lors d'une dispute. Fin juin, Jonathann avait modifié sa version face aux juges. S'estimant innocent, il avait accusé son beau frère Grégory Gay d'avoir étranglé Alexia le 27 octobre. Jonathann avait également évoqué un complot familial, mais aussi reconnu qu'il avait bien transporté le corps de son épouse. "Des accusations ridicules et machiavéliques", selon Grégory Gay. Présumé innocent, Jonathann Daval a été placé en détention provisoire le 30 janvier dernier et est pris en charge dans un service psychiatrique.


Source : 6 Médias le 23 août 2018

marathon
Messages : 6551
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Haute-Saône : disparition inquiétante d’une joggeuse de 29 ans

Messagepar marathon » 10 oct. 2018, 10:28

Jonathann Daval va demander sa remise en liberté

Les avocats de Jonathann Daval vont demander très prochainement sa remise en liberté.

Nouveau rebondissement dans l'affaire Alexia Daval. Son mari, principal suspect du meurtre de la jeune femme, devrait demander prochainement sa remise en liberté, a révélé lundi 1er octobre, l'Est Républicain.


Une information confirmée par son avocat Randall Schwerdorffer, qui précise que cette demande interviendra "dans les jours à venir".

Après avoir avoué le 30 janvier dernier avoir étranglé son épouse, soit trois mois après sa disparition, Jonathann Daval était revenu sur ses aveux début juillet, accusant cette fois son beau-frère, Grégory Gay, du meurtre. Un changement de version qui "implique naturellement une demande de mise en liberté, qui est en cours de préparation", a précisé Me Schwerdorffer à l'Est Républicain.

Le 28 octobre 2017, Jonathann Daval avait signalé la disparition de sa femme, Alexia. Trois mois plus tard, en garde à vue, il avait alors avoué s'être disputé avec elle et l'avoir étranglée en voulant la maîtriser. Le corps de la jeune femme avait alors été retrouvé calciné dans un bois de Gray-la-Ville (Haute-Saône). Mis en examen pour "meurtre sur conjoint", Jonathann Daval est depuis incarcéré à la maison d'arrêt de Dijon.



Source : 6Médias le 2 octobre 2018

marathon
Messages : 6551
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Haute-Saône : disparition inquiétante d’une joggeuse de 29 ans

Messagepar marathon » 10 oct. 2018, 10:39

Meurtre d'Alexia Daval : une expertise psychiatrique décrit Jonathann Daval comme "dangereux sur un plan criminologique"

Franceinfo a pu consulter les expertises psychologiques de Jonathann Daval, principal suspect du meurtre de son épouse Alexia il y a un an. Un homme décrit par les experts comme colérique et manipulateur, ce que conteste son avocat.



Selon une expertise psychiatrique datée du 12 juillet 2018 que franceinfo a pu consulter jeudi 4 octobre, Jonathann Daval est un homme "dangereux sur le plan criminologique". Mis en examen pour le meurtre de sa femme, Alexia Daval, il peut aussi "transformer la réalité", souligne par ailleurs une expertise psychologique datée du 6 juin 2018 à laquelle franceinfo a eu accès.

"L’intéressé ne présente pas, pour ma part, un état dangereux sur le plan psychiatrique. Mais il est dangereux sur le plan criminologique", explique l'expert psychiatrique dans son rapport, notamment car il "s'inscrit dans un secret, dans un espace entre le dit et le non-dit" qui "cache au final assez mal une propension à la toute puissance et la dangerosité qu’elle peut impliquer". De son côté, l'expert psychologique de Jonathann Daval estime que "nous sommes en présence d’une personnalité très complexe qui ne semble pas être ce qu’il paraît".


”Sous un aspect fragile, dépendant, soumis, les tests mettent en lumière un homme déterminé, plutôt dominant, qui peut, le cas échéant devenir colérique, voire agressif”
— Rapport d'expertise


Alors que le trentenaire, après avoir avoué le meurtre de sa compagne, affirme désormais qu'elle a été tuée par son beau-frère, Grégory Gay, l'expert psychologique le décrit comme "un sujet mal structuré qui peut s’adapter ou transformer la réalité en fonction des circonstances".


”Il peut devenir simulateur pour préserver son ego et éviter que son image soit détruite au regard d’autrui”
— Rapport d'expertise


"Son discours paraît varier en fonction des éléments portés à sa connaissance, s’adapter et semble en contradiction avec l’objectivité des faits relatés", continue l'expert dans son rapport.

Des expertises contestées par l'avocat

"Il n’y a pas un élément dans le dossier qui permette d’affirmer que Jonathann Daval était quelqu’un de colérique", a réagi sur franceinfo son avocat, Maître Randall Schwerdorffer.


”Il n’y a pas un élément dans le dossier qui permette de dire que Jonathann Daval était capable d’accès de violence. C’est totalement péremptoire”
— Avocat de Jonathann Daval
à franceinfo


"Le travail de l’expert, ce n’est pas de chercher la vérité de ce qui s’est passé le jour de la disparition d’Alexia, on a l’impression que c’est ce qu’il essaie de faire", déplore Maître Randall Schwerdorffer. Les avocats de Jonathann Daval déposeront vendredi une demande de mise en liberté de leur client.

Le beau-frère d'Alexia demande à être confronté à Jonathann Daval

Après avoir reconnu avoir tué de sa femme, Jonathann Daval était revenu sur ses aveux, fin juin, niant être l'auteur du meurtre et accusant, contre toute attente, son beau-frère, Grégory Gay. "Monsieur Gay souhaite aujourd’hui faire face à son accusateur", a déclaré son avocat Maître Renaud Portejoie, jeudi 4 octobre à franceinfo. Grégory Gay "est partie civile, il n’a pas souhaité dans un premier temps réagir aux nombreuses versions qui ont été livrées à l’institution judiciaire", explique l'avocat.


”Aujourd'hui, il souhaite réagir de façon extrêmement ferme et indiquer qu’il trouve ce positionnement indécent et abject, et cette demande de remise en liberté du même acabit”
— avocat de Grégory Gay
à franceinfo


Dans la lettre de demande de confrontation datée du 1er octobre 2018 et adressée au tribunal de grande instance de Besançon, que franceinfo a pu se procurer, la dernière version du trentenaire est qualifiée de "particulièrement odieuse" pour la famille de la victime. "Si l’invraisemblance de ces allégations et le caractère totalement farfelu des indications données dans cette dernière phase a conduit mes clients à prendre du recul sur les accusations ainsi portées par le mis en examen, sa persistance dans cette odieuse version et surtout la persévérance de ses conseils à répandre cette théorie sur les plateaux télévisés, à destination du grand public, rendent désormais indispensable l’organisation d’une confrontation entre Jonathann Daval et mes clients", explique Maître Gilles-Jean Portejoie qui signe la lettre. L'avocat précise par ailleurs que ses clients "se réservent également la possibilité d’un dépôt de plainte pour dénonciation calomnieuse".


Source : France Info le 4 octobre 2018

marathon
Messages : 6551
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Haute-Saône : disparition inquiétante d’une joggeuse de 29 ans

Messagepar marathon » 10 oct. 2018, 10:39

Affaire Daval : "C'est juste insupportable à vivre", témoigne la sœur d'Alexia



"Il faut que Jonathann Daval prenne ses responsabilités", lance ce dimanche la sœur d’Alexia Daval, Stéphanie Gay, sur BFM TV. "On ne va pas se laisser marcher sur les pieds plus longtemps", ajoute son mari Grégory Gay, incriminé par Jonathann.


Le meurtre d’Alexia Daval est une affaire à double face. Deux réalités, deux temporalités distinctes. Celle attachée à l’enquête, aux preuves objectives, à l’instruction, scellée par un (relatif) secret, et celle rythmée par sa considérable exposition médiatique, où se mêlent formules ’’choc’’ et stratégies d’avocats. Deux mondes parfois parallèles.

Comme souvent en pareil cas, le procès public a lieu avant le procès aux assises. Et les temps de paroles se succèdent. Séquences de communication, attaques, contre-attaques, fuites ''organisées'' dans la presse : le dossier Daval a pris d'étonnantes proportions.




Le dernier épisode a été intense. Face aux accusations verbales de Jonathann Daval et à sa récente demande de remise liberté, les proches d’Alexia ont réagi, tant dans le dossier d’instruction que dans les médias, en réclamant une confrontation au juge. « Pour mettre les points sur les’’i’’ », expliquait à L’Est Républicain Grégory Gay, le beau-frère de Jonathann. Dans le même temps étaient révélées les conclusions des expertises’’psy’’, défavorables au mari d’Alexia.



« La bataille pour la vérité n’a pas l’air d’intéresser » les avocats de Jonathann Daval

Grégory Gay et son épouse Stéphanie, la sœur d’Alexia, ont accordé ce dimanche un second entretien télévisé à BFM TV, après celui du 12 juillet dernier, pour redire leur colère et leur peine. Ponctuant ainsi une semaine chargée sur le plan médiatique.

« Au quotidien, tout ce qu’on peut lire, voir et entendre de la part des avocats de Jonathann Daval est juste insupportable à vivre », confie Stéphanie Gay, « On a envie de dire ’’on est là, nous aussi’’. Ce qui nous intéresse, c’est la vérité. C’est ce qui manque dans le discours de ses conseils […]. La bataille pour la vérité n’a pas l’air de les intéresser. On a l’impression qu’ils veulent provoquer des chamailleries qui n’ont rien à voir avec cette vérité. »

Nommément mis en cause dans l’ultime version livrée par Jonathann Daval, Grégory Gay revient sur sa demande de confrontation : « Je n’attends pas forcément la vérité de sa part, il nous a déjà tellement menti, mais je fais aussi ça pour mettre de la pression : peut-être qu’il finira par craquer ? Il faut qu’il comprenne qu’on ne va pas se laisser marcher plus longtemps sur les pieds. Le jeu que jouent ses avocats à entretenir cette théorie fumeuse, il n’y a pas de raison que ça dure. »


« Jonathann Daval est en train de s’assurer la peine maximale » estime Grégory Gay

Le beau-frère de Jonathann insiste : « Ses auditions ne collent jamais avec la réalité scientifique établie dans le dossier. C’est juste ridicule. Il est en train de s’assurer la peine maximale en faisant ça. Il devrait s’en tenir à la vérité. » Même ligne du côté de Stéphanie : « Il faut qu’il prenne ses responsabilités. Il y a une vérité, mais ce n’est pas celle qu’il a donnée. »

Les expertises psychologique et psychiatrique de Jonathann Daval, qui le dépeignent comme "dangereux", "manipulateur" ou "caméléon", ont par ailleurs ébranlé le couple Gay. « On m’aurait dit la même chose il y a quelques mois en arrière (Ndlr : avant l’interpellation de Jonathann Daval, fin janvier), je ne l’aurais pas cru une seconde. On a tous été victimes de son jeu de manipulation. Ces expertises sont révélatrices de ce qu’on a vécu ces derniers mois. Jonathann a toujours donné une image très lisse, très consensuelle. C’est quelqu’un qui veut tout faire pour être apprécié, pour donner une belle image de lui, sans pour autant être honnête », estiment tour à tour Stéphanie et Grégory.


''Je ne suis pas profondément touché par les ragots''

Dans la région grayloise, des rumeurs - souvent plus folles les unes que les autres - se nourrissent des zones d’ombre émaillant encore le dossier d'instruction. Grégory et Stéphanie en sont très conscients. « Ça ne me touche pas, je sais qui je suis, ce que je fais, ce que je ne fais pas, je ne suis pas profondément touché par les ragots. Mais c’est vrai que c’est très désagréable », confie à ce sujet Grégory Gay.

« La position de mes parents est plus délicate. Ils sont commerçants, ils font partie du cœur de la ville de Gray et sont très exposés. Ces ragots, ils les ''prennent'' tous les jours. Ça pèse très lourd sur leurs épaules. C’est très difficile », complète Stéphanie, la sœur d’Alexia.


Source : L'Est Républicain le 8 octobre 2018

marathon
Messages : 6551
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Haute-Saône : disparition inquiétante d’une joggeuse de 29 ans

Messagepar marathon » 10 oct. 2018, 10:42

Affaire Alexia : la confrontation entre Jonathann Daval et son beau-frère acceptée

Le juge d'instruction a accepté la demande de confrontation entre Grégory Gay et son épouse Stéphanie, et leur beau-frère Jonathann Daval, a-t-on appris ce mardi.

Grégory Gay et son épouse Stéphanie, la sœur d'Alexia Daval, ont annoncé ce mardi soir dans "L'Heure du crime" sur RTL que leur demande de confrontation avec leur beau-frère Jonathann Daval, mis en examen pour le meurtre de son épouse, avait été acceptée.

Principal suspect du meurtre, mis en examen fin janvier, le mari de la victime a changé plusieurs fois son récit pour finir par incriminer Grégory Gay, fin juin, lors d'une audition chez le magistrat instructeur.

Le mis en examen avait expliqué que lors d'une soirée raclette en famille, le 28 octobre, Alexia aurait eu une crise d'hystérie. Le ton serait monté entre elle et sa sœur Stéphanie. À l'étage de la maison familiale, Stéphanie et son époux Grégory essayent de calmer la jeune femme. Selon le récit de Jonathann Daval, son beau-frère aurait alors avoué avoir étranglé Alexia.

"Marre qu'on soit les seuls à prendre des coups"

L'avocat du couple Gay avait formulé la demande de confrontation le 4 octobre dernier.

"Je n'attends pas spécialement la vérité de Jonathann Daval. Il nous a déjà tellement menti que je ne vais pas me faire d'illusions. Mais il en a marre que l'on soit les seuls à se prendre des coups. Il était important qu'on lui en donne un petit peu", a expliqué Grégory Gay à RTL.

La confrontation "ne se déroulera pas dans les prochaines semaines", a précisé Me Gilles-Jean Portejoie, l'avocat de Grégory et Stéphanie Gay.

Les parents d'Alexia Daval ont également demandé de leur côté à être confrontés à Jonathann Daval.


Source : L'Est Républicain le 9 octobre 2018

marathon
Messages : 6551
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Haute-Saône : disparition inquiétante d’une joggeuse de 29 ans

Messagepar marathon » 17 oct. 2018, 11:00

Meurtre d’Alexia Daval: La demande de remise en liberté de Jonathann rejetée, son avocat fera appel

ENQUETE Déposée début octobre, la demande de remise en liberté de Jonathann Daval, soupçonné du meurtre de sa compagne Alexia Daval, a été rejetée, en attendant la confrontation avec son beau-frère…


La demande de remise en liberté a été déposée début octobre. Elle a été formulée par son avocat, trois mois après que Jonathann Daval est revenu sur ses aveux. Et juste avant la contre-attaque de Stéphanie Gay, la sœur d’Alexia Daval, et son mari Grégory Gay, accusé par Jonathann Daval. Ces derniers ont, eux, demandé une confrontation.

Si Stéphanie et Grégory Gay ont obtenu gain de cause, Jonathann Daval, lui, a vu sa demande rejetée « sans surprise » par le juge des libertés et de la détention, selon l’annonce du parquet de Besançon à l’AFP lundi. « Le premier motif de rejet est la nécessité de conserver les preuves ou indices matériels », prolonge le procureur.

L’avocat de Jonathann Daval veut faire appel

Etienne Manteaux ajoute que la décision repose sur une volonté de laisser le suspect à disposition de la justice, d’éviter les troubles à l’ordre public mais aussi sur un souhait « d’assurer la sécurité » de Jonathann Daval, mis et examen incarcéré à Dijon fin janvier à la suite de ses aveux, formulés après trois mois à se présenter en veuf éploré.

En réaction, Me Randall Schwerdorffer, défenseur de Jonathann Daval, a annoncé vouloir « interjeter appel » de cette décision du juge néanmoins peu surprenante. « C’est une décision tellement surveillée et attendue par l’opinion publique qu’on se doute qu’il faut avant tout ne pas heurter l’opinion publique », commente-t-il notamment auprès de l’AFP.


Source : 20 Minutes le 16 octobre 2018

marathon
Messages : 6551
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Haute-Saône : disparition inquiétante d’une joggeuse de 29 ans

Messagepar marathon » 20 oct. 2018, 11:34

Meurtre d'Alexia Daval : "Je ne croirai jamais que c'est Jonathann", assure la mère du suspect

Martine Henry, mère de Jonathann Daval, prend pour la première fois la parole pour défendre son fils, et rejeter l'image qu'en fait l'expertise psychiatrique.


Près d'un an après la mort d'Alexia en octobre 2017, la mère de Jonathann Daval, époux de la victime et principal suspect, témoigne en exclusivité pour France 3. Après avoir avoué les faits, il est revenu sur cette version, accusant désormais son beau-frère. Martine Henry n'arrive pas à croire que son fils ait pu être l'auteur d'un tel geste. "On se dit c'est pas possible, c'est pas lui. Il n'est pas comme ça. C'est très dur", confie-t-elle émue.

"Tout ça, c'est pas vrai"

"Jamais, je ne le croirai jamais que c'est Jonathann", assure-t-elle. "C'était trop dur. Je préfère ne pas en parler, c'était très dur", explique Martine Henry la gorge serrée, à l'évocation de sa première visite à son fils en prison. "Menteur, manipulateur, colérique. Tout ça, c'est pas vrai", rejette la mère à l'évocation des résultats de l'expertise psychiatrique accablante de son fils

Concernant le changement de version de son fils, Martine Henry, dit le croire… “Toute sa famille y croit (…) J’ai entièrement confiance en lui. En la justice aussi d’ailleurs”.

Source : France 3 le 19 octobre 2018

marathon
Messages : 6551
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Haute-Saône : disparition inquiétante d’une joggeuse de 29 ans

Messagepar marathon » 22 oct. 2018, 10:32

Meurtre d’Alexia Daval. Une nouvelle expertise met à mal la défense de Jonathann



Jonathann Daval nie avoir tué son épouse Alexia. Un rapport scientifique contredit sa version des faits.

Une nouvelle expertise contredit sa version des faits de Jonathann Daval : seul son ADN a été retrouvé sur le corps de son épouse Alexia.


Selon un rapport d’expertise scientifique auquel France 3 a eu accès, seul l’ADN de Jonathann Daval a été retrouvé sur le corps de son épouse et sur les lieux où a été retrouvée la victime. Voilà qui met à mal la stratégie de défense du principal suspect de l’affaire Alexia Daval.

Mis en examen en janvier pour le meurtre de son épouse, Alexia, en octobre 2017, Jonathann Daval avait d’abord admis avoir tué sa femme, et déclaré l’avoir étranglée « par accident ». En juillet, il revient sur ses aveux et accuse son beau-frère : Grégory Gay, le mari de la sœur d’Alexia, aurait tué la victime alors qu’elle faisait une crise d’hystérie, en tentant de la maîtriser


Ce nouvel élément qui met à mal la défense de Jonathann Daval

Ce sont deux indices qui pourraient mettre à bas la défense de Jonathann Daval. D’un côté, une bombe aérosol entamée et sans bouchon découverte chez lui. De l’autre, un capuchon, retrouvé près du corps brûlé de sa femme.

La demande de remise en liberté de Jonathann Daval a été rejetée par le juge des libertés, lundi 15 octobre.

Source : Le Télégramme le 19 octobre 2018


Retourner vers « Europe »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité