Rédoine Faïd

Modérateur : marathon

marathon
Messages : 6281
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Rédoine Faïd

Messagepar marathon » 02 juil. 2018, 08:15

Ce que l’on sait de l’évasion en hélicoptère de Redoine Faïd

En 2013, Redoine Faïd s’était déjà évadé de la maison d'arrêt de Lille-Sequedin, où il avait fait sauter 5 portes à l'explosif et pris 4 surveillants en otage

Trois hommes armés sont venus l’extraire de la prison de Réau (Seine-et-Marne) dimanche matin avant de prendre la fuite par les airs. Le braqueur multirécidiviste s’était déjà évadé en 2013 de celle de Sequedin.


Condamné en avril à 25 ans de prison, le braqueur multi-récidiviste Redoine Faïd s’est évadé dimanche matin vers 11h15 de la toute moderne prison de Réau, près de Melun (Seine-et-Marne). La procureure, Béatrice Angelelli, doit se rendre sur place tandis qu’un dispositif de recherche a été activé dans toute l’Île-de-France. Le parquet de Paris a ouvert une enquête en flagrance des chefs d’évasion en bande organisée et d’associations de malfaiteurs.

Spectaculaire évasion à la prison de Réau (Seine-et-Marne). Selon nos informations, Redoine Faïd a été extrait d’un parloir de la prison par trois complices lourdement armés, qui l'ont évacué dans l’hélicoptère qu’ils avaient fait poser dans la cour d’honneur de la prison. Cette cour d’honneur est le seul endroit qui ne dispose pas de filins anti-hélicoptère. Il n’y avait par ailleurs que peu de séparations à franchir pour sortir du parloir sans cloison qui sépare les détenus de leurs proches, pour rejoindre la cour.

Kalachnikov et fumigènes. Dans le détail, alors que Redoine Faïd s’entretenait avec son frère Brahim, deux des trois complices débarqués de l’hélicoptère sont entrés, armés de kalachnikov. Ils ont neutralisé les caméras avec des fumigènes et utilisé une disqueuse pour ouvrir les portes et les grilles de protection. Pendant l’évasion, le troisième complice maintenait en joue le pilote, pris en otage. Redoine Faïd est le seul détenu à s’être évadé et il n’y a pas eu de blessés durant l’opération.

L’hélicoptère abandonné à Gonesse (Val-d’Oise). Après s’être envolé de Réau, l’hélicoptère été retrouvé partiellement incendié, à l’intérieur, à Gonesse (Val-d’Oise), le long de la D370. Le pilote-instructeur est actuellement entendu par la police.

Fuite en voitures. Le groupe est ensuite monté dans une voiture pour s’enfuir en direction de l’A1. Une Renault noire brûlée a été retrouvée à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Toujours selon nos informations, le groupe a changé de véhicule, prenant la fuite avec une camionnette de société. Le commando a été filmé sortant du centre-commercial O’Parinor d’Aulnay-sous-bois. Tous les axes routiers alentours ont été placés sous haute surveillance. Notamment dans l’Oise, d’où est originaire le braqueur, et au cas où il partirait vers le Nord.

2e évasion en 5 ans. En 2013, Redoine Faïd s’était déjà évadé de la maison d'arrêt de Lille-Sequedin, où il avait fait sauter 5 portes à l'explosif et pris 4 surveillants en otage. Il était à l’époque resté un mois et demi en cavale, avant d’être rattrapé en pleine nuit dans la chambre numéro 38 d'un modeste hôtel de la grande banlieue parisienne, à Pontault-Combault (Seine-et-Marne).

Condamné à 25 ans. En avril dernier, Redoine Faïd avait été condamné en appel, plus lourdement qu’en première instance, à 25 ans de prison pour un braquage raté qui, en 2010, avait coûté la vie à la policière municipale de Villiers-sur-Marne Aurélie Fouquet. Agé de 45 ans, celui qui a publié un livre en 2010 où il expliquait avoir quitté le monde des braqueurs, est considéré comme «l'organisateur» d'une véritable «opération de guerre» qui aurait dû mener au braquage d'un fourgon blindé.


Source : Le Parisien le 1er juillet 2018

marathon
Messages : 6281
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Rédoine Faïd

Messagepar marathon » 02 juil. 2018, 08:40

Evasion de Redoine Faïd : l’hélicoptère retrouvé, le braqueur et ses complices en fuite


L’hélicoptère de Redoine Faïd et de ses complices a été retrouvé partiellement incendié (à l’intérieur) à Gonesse.



Le braqueur récidiviste est en cavale depuis son évasion de la prison de Réau (Seine-et-Marne) dimanche matin.


Ce qu’il faut retenir

•Le braqueur récidiviste Redoine Faïd s’est évadé ce dimanche matin de la prison de Réau (Seine-et-Marne) avec l’aide de trois complices
•L’hélicoptère avec lequel ils se sont enfuis a été retrouvé à Gonesse (Val-d’Oise)
•Faïd et ses complices ont ensuite pris la fuite en voiture
•Un vaste dispositif de recherche a été mis en place


12h20. Évasion spectaculaire. Redoine Faïd s’est échappé de la prison de Réau, en Seine-et-Marne, vers 11h30.


12h30. Pas de blessés. Selon nos informations, Redoine Faïd est le seul détenu à s’être évadé et il n’y a pas eu de blessés durant l’opération.


12h40. Hélicoptère. Selon nos informations, l’évasion s’est déroulée à bord d’un hélicoptère, qui a atterri dans la cour d’honneur de la prison, qui n’est pas sécurisée par un filet de protection. Après l’évasion, l’appareil a ensuite été retrouvé partiellement incendié à Gonesse (Val-d’Oise).


12h45. « Pas de mesures particulières de surveillance ». Selon Jean-François Forget, secrétaire général syndicat pénitentiaire, l’hélicoptère était immatriculé en Belgique et stationné au Bourget. Interrogé sur BFM TV, il a précisé que le détenu « était en quartier d’isolement mais n’avait pas de mesures particulières de surveillance ».

13 heures. Echange de véhicules. Après avoir partiellement incendié et avoir abandonné l’hélicoptère à Gonesse, le braqueur et ses complices sont montés dans une voiture pour s’enfuir en direction de l’A1. Une Renault noire brûlée a été retrouvée à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Toujours selon nos informations, le groupe a alors changé de véhicule, prenant la fuite avec une camionnette de société. Tous les axes routiers du département ont été placés sous haute surveillance.



13h10. Ouverture d’une enquête judiciaire. Le parquet de Paris a ouvert une enquête en flagrance des chefs d’évasion en bande organisée et d’associations de malfaiteurs et assure que « les dispositifs de recherche ont été mis en place ».

13h30. Redoine Faïd s’entretenait avec son frère. Selon nos informations, Redoine Faïd s’entretenait avec son frère, lorsque deux des trois complices débarqués de l’hélicoptère sont entrés armés de Kalachnikov. Ils ont neutralisé les caméras avec des fumigènes et utilisé une disqueuse pour ouvrir les grilles de protection. Le frère de l’évadé, resté à la prison, est entendu par les enquêteurs.

13h35. Une évasion expresse. Le ministère de la Justice publie un communiqué : « Ce matin, le détenu Redouane Faïd s’est évadé du centre pénitentiaire sud francilien de Réau. Un commando armé s’est posé en hélicoptère dans la cour d’honneur alors que le détenu se trouvait au parloir. L’évasion a duré quelques minutes seulement. Il n’y a pas de blessé ni d’otage. Le parquet a été saisi et les dispositifs de recherche ont été mis en place ».




14h50. « C’est un homme qui aime la liberté, qui en a besoin ». Christian Saint-Palais, un des avocats du braqueur en fuite, s’est confié au Parisien. Selon lui, Redoine Faïd « est un homme fondamentalement libre. Il s’était donné les moyens de reprendre sa liberté une première fois. Et là, il se retrouvait face à la perspective de passer encore de très nombreuses années derrière les barreaux… »



15h43. Creil, sa ville natale, aimerait oublier Redoine Faïd. « Tout le monde ici connaît son histoire. Il n’a rien fait, il a toujours dit qu’il était innocent. C’est normal de vouloir s’échapper », défend un habitant de la cité où Faïd a grandi, dans les colonnes du Parisien.


16h01. « Ça a duré dix minutes en tout », raconte un représentant syndical. Une fois l’hélicoptère posé dans la cour d’honneur « deux individus armés sont descendus munis de disqueuses » et ils ont « lâché des fumigènes dans la cour », a indiqué Martial Delabroye, secrétaire FO du centre pénitentiaire de Réau. Les deux complices, « habillés de noir, portant des cagoules et des brassards de police au bras », étaient équipés d'« armes de fusil d’assaut de type kalachnikov », a-t-il ajouté. Passant par une porte, ils ont gagné « un chemin d’intervention qui n’est normalement emprunté que par les surveillants », et permettant de gagner les parloirs en « une dizaine de mètres », a-t-il ajouté.

Qui est Redoine Faïd ? •Avril 2018 : Faïd condamné à 25 ans de prison en appel pour un braquage raté qui avait coûté la vie à la policière municipale Aurélie Fouquet
•Mars 2017 : Condamné à 10 ans de prison pour son évasion de 2013
•Faïd, caïd un peu trop cathodique
•Avril 2013. Le braqueur Redoine Faïd s’évade de la prison de Sequedin (Nord)



16h07. Redoine Faïd, un détenu sous haute surveillance. Le braqueur était détenu « dans un quartier d’isolement » et « tous ses mouvements étaient accompagnés » explique Martial Delabroye, secrétaire FO du centre pénitentiaire Sud-Francilien à Réau. « Il a été accompagné jusqu’au parloir puis laissé seul dans le box avec son visiteur », ajoute le représentant syndical, précisant que le local compte « entre 30 et 40 box » de parloirs qui « n’étaient pas tous pleins ». Pour surveiller ces parloirs « il n’y avait qu’un surveillant au lieu de deux d’habitude », indique-t-il, estimant malgré tout que « cela n’aurait pas changé grand chose ».

16h39. La prison de Réau. « Il n’y a que les miradors qui sont armés » or ceux-ci n’ont aucune visibilité sur la cour d’honneur où l’hélicoptère des complices de Faïd a atterri. Cette cour est d’ailleurs « le seul endroit pas équipé de filet anti-aérien » car « les détenus n’les enquêteurs. La prison de Réau, ouverte en octobre 2011, compte « entre 600 et 650 détenus pour 230 surveillants environ ».y passent jamais, sauf pour sortir de la prison », explique Martial Delabroye, secrétaire FO du centre pénitentiaire Sud-Francilien. Cet après-midi, tout est bloqué dans la prison, et personne ne sort, y compris les visiteurs qui seraient selon Martial Delabroye en train d’être entendus par les enquêteurs. La prison de Réau, ouverte en octobre 2011, compte « entre 600 et 650 détenus pour 230 surveillants environ ».

16h59. «On ne tente pas une évasion quand on est Redoine Faïd, on la réussit ». Laurent-Franck Liénard, avocat de la famille d’Aurélie Fouquet, cette jeune policière municipale de Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne), abattue en 2010 sur l’autoroute A4 après un braquage raté, confie au Parisien : « Non seulement je savais qu’il retenterait sa chance, mais j’étais persuadé que sa tentative serait couronnée de succès.

17h12. Le frère de Redoine Faïd est entendu en garde à vue. C’est avec lui que se trouvait le braqueur au parloir lorsqu’il s’est évadé.

17h34. Filmé dans un parking avec ses complices. Après avoir abandonné une première voiture dans un parking d’O’Parinor, un centre commercial d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), les suspects ont été filmés par les caméras de vidéosurveillance à bord d’un utilitaire blanc.


18h04. L'hélicoptère serait parti de Fontenay-Trésigny (Seine-et-Marne), selon une source proche de l'enquête.

18h34. L’hélicoptère en vol stationnaire durant l’évasion. On en sait un peu plus sur les circonstances de l’évasion de Redoine Faïd. Selon une source proche du dossier, deux complices se sont embarqués pour un tour en hélicoptère avec un pilote instructeur qu’ils ont pris en otage. L’appareil s’est posé une première fois, sans que l’on sache où, pour récupérer un troisième complice puis le commando s’est dirigé vers Réau. Là, l’appareil est resté en vol stationnaire, le temps pour deux complices d’aller chercher Redoine Faïd, le troisième tenait le pilote en joue.

19h38. Le commando «avait sans doute repéré les lieux avec des drones », selon Nicole Belloubet, ministre de la Justice. Ces drones avaient été repérés «il y a quelques mois » par les services de l’établissement pénitentiaire.

19h41. Une inspection lancée par le ministère de la Justice. Cette mission « nous dira s’il y a eu des défaillances en terme de sécurité passive et sécurité active », annonce la ministre.

Source ; Le Parisien le 1er juillet 2018

marathon
Messages : 6281
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Rédoine Faïd

Messagepar marathon » 11 juil. 2018, 11:26

Evasion de Redoine Faïd: des armes, des vêtements et des cagoules découverts dans l'Oise



Une avancée dans la traque de Redoine Faïd? Plus d'une semaine après l'évasion spectaculaire du braqueur multirécidiviste, un chasseur a découvert deux armes longues, des vêtements, des cagoules et une disqueuse dans une forêt de l'Oise. Des analyses sont en cours pour déterminer si ces effets, retrouvés dans un bois sur la commune de Verneuil-en-Halatte, appartiennent effectivement au commando ayant permis à Redoine Faïd de s'évader de la prison de Réau, a appris BFMTV confirmant une information du Parisien.


Pour mémoire, il y a neuf jours, le 1er juillet, Redoine Faïd, condamné à multiples reprises pour des braquages, s'est enfui du centre pénitentiaire de Réau, en Seine-et-Marne. Lors d'un parloir avec son frère, le voyou de 42 ans, a pu s'évader grâce au concours de trois hommes armés. Après avoir neutralisé les caméras de surveillance, ils ont découpé à la disqueuse les portes de l'établissement menant jusqu'à une cour où un hélicoptère, dont le pilote avait été pris en otage, était stationné.

Deux véhicules abandonnés

Dans sa fuite, le commando a abandonné une voiture noire qui a été utilisée par Faïd et ses complices à leur descente de l'hélicoptère. Elle a retrouvée, incendiée, à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Le commando a pris ensuite la fuite à bord d'un utilitaire blanc, découvert lui-aussi carbonisé le lendemain de l'évasion. L’hélicoptère a été retrouvé brûlé sur la commune de Gonesse, dans le Val-d'Oise.


Près de 3000 hommes de nombreux services des forces de l'ordre sont mobilisés pour tenter de retrouver Redoine Faïd. Policiers, gendarmes, police municipale, CRS mais également police aux frontières sont sur le qui-vive et travaillent activement à son interpellation. "Tous les moyens sont mobilisés pour localiser le fugitif", a déclaré le ministère de l'Intérieur

Source : BFMTV le 10 juillet 2018

marathon
Messages : 6281
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Rédoine Faïd

Messagepar marathon » 25 juil. 2018, 11:42

. Quand Antonio Ferrara se démarque de l'évasion de Redoine Faïd


L'ex-braqueur de fourgons blindés ne s'exprime jamais. Il a décidé de sortir de son silence afin de rétablir certaines vérités après la belle de Redoine Faïd.


Image
Antonio Ferrara, surnommé "le roi de la belle" ne veut pas être mêlé à l'évasion de Rédoine Faïd. 



C'est une démarche pour le moins originale. Un détenu « célèbre » qui souhaite réagir à une retentissante évasion. L'ex-braqueur Antonio Ferrara détenu depuis le mois de juillet 2003, notamment pour sa fracassante évasion de la prison de Fresnes (Val-de-Marne) en mars 2003, n'a pas apprécié de voir son nom associé dans la presse à la belle par hélicoptère de Redoine Faïd, le 1er juillet, de la prison de Réau en Seine-et-Marne. Celui qui est surnommé le « roi de la belle » semble aujourd'hui las de se voir encore renvoyé à des affaires de grand banditisme, alors qu'il n'a plus fait parler de lui depuis sa dernière arrestation. Selon l'un de ses avocats, Antonio Ferrara, âgé de 44 ans, également surnommé « Nino », n'aspire désormais plus qu'à une chose : sortir de prison mais par la grande porte. Le 1er juillet dernier, il se trouvait ainsi à quelques mètres du parloir de Redoine Faïd, dans une unité de vie familiale avec ses proches dans la prison de Réau. « Je venais de quitter la cabine de parloir avec ma belle-sœur et mon neveu afin de regagner ma cellule qui se trouve à une centaine de mètres accompagné d'un gradé, a-t-il fait savoir au Point par l'entremise de son avocat, Me Amar Bouaou. Dans le même moment, j'ai entendu le bruit assourdissant des pales de l'hélicoptère et le message radio du surveillant qui indiquait : une évasion en cours ! J'ai tout de suite saisi ce qu'il se passait, j'ai regardé le brigadier et j'ai couru en direction du bâtiment QMC (quartier maison centrale, NDLR) pour regagner très vite ma cellule. »

Une réaction confirmée au Point par plusieurs sources. « Le fait d'associer le nom d'Antonio Ferrara à l'enquête qui est en cours sur l'évasion de Redoine Faïd et se poser la question de son éventuelle implication est une lubie, et doit prêter un très large sourire aux enquêteurs d'élite de l'Office central de lutte contre le crime organisé (OCLCO) qui l'ont traqué pendant plusieurs années et qui le connaissent parfaitement, estime Me Amar Bouaou. Bien au contraire, l'évasion de Redoine Faïd est un cadeau inespéré fait à Antonio Ferrara. Il lui a, en effet, offert la possibilité de démontrer définitivement aux yeux de l'administration pénitentiaire, de l'autorité judiciaire et policière qu'il ne veut plus s'évader. » Père de deux enfants âgés de 6 ans et 6 mois, « Nino » a pourtant vu sa dernière demande de confusion de peine refusée, au mois de mai dernier, repoussant sa libération conditionnelle à 2025. « La sincérité de son projet de vie est connue de ses proches, poursuit son avocat. Une relation de confiance s'est nouée avec l'administration pénitentiaire à Réau qui le côtoie depuis plus de six ans maintenant. Il ne trahit jamais ses principes et vient de prouver par son attitude exemplaire qu'il n'a pas manqué à l'engagement qu'il s'est assigné. Il reste déterminé et cette détermination n'est dédiée qu'au retour à une vie normale auprès de sa femme et de ses deux jeunes enfants. Il serait grand temps que le fantasme autour de lui se dissipe et qu'il puisse bénéficier dans le cadre de l'exécution de ses peines d'un traitement normal. » Condamné à six reprises et acquitté trois fois au cours des années 2000, Antonio Ferrara avait notamment écopé de 12 ans de réclusion criminelle pour sa spectaculaire évasion de Fresnes.


Source : Le Point le 24 juillet 2018

marathon
Messages : 6281
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Rédoine Faïd

Messagepar marathon » 25 juil. 2018, 11:44

En fuite depuis 24 jours, le braqueur Redoine Faïd aperçu mardi à Sarcelles

Le véhicule a été retrouvé dans le parking du centre commercial My Place de Sarcelles.

Les gendarmes ont poursuivi un véhicule qui refusait de se soumettre à un contrôle, mardi dans le Val-d'Oise. Deux hommes s'en sont échappés, dont l'un a été identifié comme étant le braqueur évadé.


Redoine Faïd, en fuite depuis 24 jours après sa spectaculaire évasion de la prison de Réau, a réussi à échapper à une interpellation mardi après-midi, après une poursuite de gendarmes et de policiers, dans le Val d’Oise.

Des analyses ADN en cours. D’après les informations d’Europe 1, le véhicule a été pris en charge par les gendarmes hier en fin d’après-midi après un refus d’obtempérer. La Laguna, équipée de fausses plaques, a fui en direction de Sarcelles, poursuivie par des gendarmes renforcés par un équipage de BAC, avant de s’engouffrer dans le parking du centre commercial My Place de Sarcelles. C’est là qu’elle a été retrouvée, alors que le conducteur et son passager avaient réussi à prendre la fuite à pied. Ils sont parvenus à s’échapper mais l’un des deux hommes a été identifié comme étant Redoine Faïd. La police judiciaire travaille pour établir avec certitude qu'il s'agit bien du braqueur en fuite, notamment en exploitant la vidéosurveillance et les traces ADN laissées dans le véhicule.

Le centre commercial a été évacué durant plusieurs heures pour intervention des démineurs après la découverte d’explosifs dans le coffre. Les pains de plastic et la matière explosive sont en cours d’analyses. Des jeux de fausses plaques d’immatriculation ont également été retrouvés.


Source : Europe 1 le 25 juillet 2018

marathon
Messages : 6281
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Rédoine Faïd

Messagepar marathon » 28 juil. 2018, 19:57

Redoine Faïd et son frère, confondus par leur ADN, étaient bien à Sarcelles


- Trois semaines après son évasion spectaculaire d'une prison de Seine-et-Marne, le braqueur multirécidiviste a été repéré mardi à bord d'une voiture transportant des explosifs à Sarcelles, dans le Val-d'Oise.


Les enquêteurs avaient vu juste: le braqueur Redoine Faïd, qu'ils pensaient avoir identifié sur des images de vidéosurveillance, était bien à Sarcelles mardi soir. Son ADN ainsi que celui d'un de ses frères ont été retrouvés dans la voiture qu'ils ont abandonnée dans un parking d'un centre commercial après une course-poursuite avec les gendarmes, selon une source policière. À quelques minutes près, les forces de l'ordre auraient donc pu arrêter la cavale du braqueur multirécidiviste qui court depuis 28 jours, après sa spectaculaire évasion de la prison de Réau en Seine-et-Marne le 1er juillet dernier.

Ce jour-là, vers 16h30, les gendarmes avaient repéré un véhicule suspect aux abords d'une station essence, vers la commune de Piscop, dans le Val d'oise. Les deux occupants de la voiture refusant de se soumettre à un contrôle avaient pris la fuite. Une course-poursuite s'était engagée mais les fugitifs avaient réussi à s'échapper à temps, laissant derrière eux leur Renault Laguna et leurs traces ADN. Dans ce véhicule faussement immatriculé, les enquêteurs avaient notamment mis la main sur de fausses plaques d'immatriculation et des pains d'explosifs. En attendant les analyses ADN, les enquêteurs de la police judiciaire de Versailles avaient visionné les bandes de vidéosurveillance et acquis la conviction qu'il s'agissait de Redoine Faïd et d'un de ses frères.




Un frère déjà impliqué

Selon Le Parisien , les enquêteurs auraient reconnu Rachid Faïd, introuvable depuis l'évasion de son petit frère. Cet ancien gérant d'une entreprise BTP de 60 ans est un soutien de longue date du braqueur multirécidiviste. Il rendait régulièrement visite à son frère au parloir et a déjà tenté de l'aider à plusieurs reprises. Déjà en 2004, il avait été arrêté pour avoir participé à la préparation de l'évasion de son frère, alors incarcéré à la centrale de Saint-Maur, dans le département de l'Indre. Depuis le fond de sa cellule, ce dernier pilotait notamment un vaste trafic de voitures volées destiné à financer sa future cavale et auquel s'adonnait, avec d'autres malfrats, son frère Rachid. Des conversations téléphoniques avaient révélé leur combine et l'année suivante, le frère dévoué avait été condamné à trente mois de prison, dont quinze avec sursis.

Plus récemment, au printemps 2017, Rachid Faïd avait tenté, de nouveau, d'aider son frère à s'évader de la prison de Fresnes, dans le Val-de-Marne. Cette fois-ci, comme l'a révélé L'Obs , il était chargé de jouer les intermédiaires et de contacter Jacques Mariani, parrain corse. Car Redoine Faïd voulait lui proposer un marché: que cette figure du grand banditisme organise son évasion et qu'en échange, le «roi de la belle», qui s'est déjà évadé de la prison de Sequedin en 2013, fasse le ménage dans ses ennemis. Le contact avait été établi, plusieurs rendez-vous avaient même été organisés, notamment un durant lequel Mariani et Rachid auraient discuté chiffres et coûts de l'évasion. Mais l'opération n'avait pas abouti. Quelques mois plus tard, Mariani était interpellé et écroué pour extorsion dans une autre affaire. Au même moment, Redoine Faïd, lui, était transféré à la prison de Réau.

Rachid Faïd a-t-il pu jouer un rôle dans l'évasion du 1er juillet? Les enquêteurs sont convaincus qu'il faisait partie du commando, selon Le Parisien. Cette spectaculaire opération a relancé le débat sur la sécurité des prisons françaises. En réponse, la garde des Sceaux Nicole Belloubet a lancé une inspection pour savoir s'il y avait eu des «défaillances» dans la sécurité de la prison de Réau. Remises la semaine dernière, les conclusions de ce rapport devaient être présentées mardi devant la commission des Lois de l'Assemblée nationale, mais affaire Benalla oblige, la présentation de ce rapport a dû être décalée. Selon son entourage, la ministre pourrait en faire une restitution lundi après-midi.


Image




Source :Le Figaro le 27 juillet 2018

marathon
Messages : 6281
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Rédoine Faïd

Messagepar marathon » 08 août 2018, 07:30

Ce que les enquêteurs ont trouvé dans la voiture de Redoine Faïd: "Ce n'est pas très pro"

.

Depuis son évasion spectaculaire de la prison de Réau en Seine-et-Marne (France), Redoine Faïd joue au chat et à la souris avec les enquêteurs. Les éléments retrouvés dans la voiture abandonnée par le fugitif et son frère à Sarcelles laissent supposer qu'il campait dans le véhicule ou dans une tente. " Ce n'est pas très pro et cela fait petite frappe!", commente une source proche de l'enquête relayée par Le Parisien.


La cavale entamée par Redoine Faïd lors de son évasion par hélicoptère le 1er juillet dernier perdure. Les enquêteurs n'ont toujours pas réussi à mettre la main sur le fugitif récidiviste. Ils ont en revanche retrouvé une voiture empruntée par Redoine Faïd et son frère aîné, le 24 juillet dernier dans le parking d'un centre commercial.

Des pains d'explosifs ont été découverts, cela, on le savait déjà. Mais d'autres objets ont été trouvés dans le véhicule. Des effets personnels comme des piles de vêtements, des produits sanitaires, des lingettes jetables et des répulsifs anti-moustiques.

Ressources limitées?
Anecdotique? Pas pour les enquêteurs qui supposent que le détenu évadé vivait dans sa voiture ou dans une tente à l'extérieur. Ses ressources financières et logistiques seraient donc restreintes. Un schéma qui diffère sensiblement de celui de ses précédentes cavales. "Ce n'est pas très pro et cela fait petit frappe!", confie une source proche de l'enquête au Parisien. Une cavale de fortune qui contraste aussi avec l'évasion très organisée, qui a nécessité des moyens financiers importants.

À moins que l'épisode du 24 juillet dernier soit lié à un désir d'adrénaline? Les experts psychiatriques avaient notamment pointé chez Redoine Faïd une "véritable addiction aux émotions et sensations physiques suscitées par la prise de risques, la mise en danger (de soi et d'autrui) dont le sujet parle avec une rare lucidité."


Source: Le Parisien le 7 août 20187

marathon
Messages : 6281
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Rédoine Faïd

Messagepar marathon » 05 oct. 2018, 10:49

Le braqueur Redoine Faïd arrêté dans l'Oise après trois mois de cavale



Image
Redoine Faïd lors de son interpellation mercredi 3 octobre 2018
Crédit : DR


Rédoine Faïd : comment les enquêteurs ont remonté sa piste


Le braqueur Redoine Faïd a été arrêté sans incident dans un appartement de Creil, la ville où il a grandi, avec quatre autres personnes: l'un de ses frères, Rachid Faïd, deux de ses neveux et la "logeuse".


Les policiers ont mis la main sur l'homme le plus recherché de France: mercredi avant l'aube, ils ont interpellé le braqueur Redoine Faïd en cavale depuis sa spectaculaire évasion.


L'évasion

Le 1er juillet au matin, un hélicoptère avec à son bord un commando armé se pose dans la cour d'honneur du centre pénitentiaire de Réau (Seine-et-Marne), alors que Redoine Faïd, 46 ans, est au parloir avec son frère Brahim, 58 ans. Habillés en noir, cagoulés, deux hommes équipés de fusil d'assaut de type Kalachnikov en surgissent et récupèrent le célèbre braqueur qui purge une peine de 25 ans de prison, après sa condamnation en avril en appel pour un braquage raté dans le Val-de-Marne qui avait coûté la vie en 2010 à la policière municipale Aurélie Fouquet.


L'opération spectaculaire ne dure que quelques minutes. L'hélicoptère est retrouvé à Gonesse (Val-d'Oise). Molesté par les malfaiteurs, le pilote de l'appareil pris en otage est découvert en état de choc.



Les débuts de la traque

Le même jour, la police retrouve une Renault Megane noire incendiée sur le parking du centre commercial O'Parinor, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) à bord de laquelle Faïd et ses complices avaient pris la fuite.

Des caméras de vidéosurveillance montrent ensuite le fugitif à bord d'un véhicule utilitaire Kangoo quittant le parking. Le lendemain, la voiture est retrouvée carbonisée à Le Fay-Saint-Quentin dans l'Oise, un département où a grandi Redoine Faïd, originaire de Creil.

Placé en garde à vue le jour de l'évasion, dans les locaux de la police judiciaire de Versailles, son frère Brahim est remis en liberté dans la soirée du 2 juillet. Selon un haut responsable de la police judiciaire, une centaine de policiers spécialisés sont désormais aux trousses de celui surnommé "le roi de l'évasion" et qui est présenté comme "un individu dangereux".

Le 8 juillet, dans une forêt de Verneuil-en-Halatte (Oise), est découvert un sac appartenant au commando et contenant notamment des armes longues, des cagoules et une disqueuse.


Faïd refait surface

Pour le haut responsable, le fugitif n'a pas quitté le territoire national. La suite de l'enquête cet été lui donne raison: le 24 juillet dans l'après-midi, Redoine Faïd échappe de peu aux forces de l'ordre dans le Val-d'Oise.

Une course-poursuite avec des gendarmes se termine dans le parking d'un centre commercial de Sarcelles où le braqueur et un complice qui sera identifié comme l'un de ses frères, Rachid, abandonnent leur voiture et réussissent à s'enfuir.

Des fausses plaques d'immatriculation et des explosifs factices sont découverts dans le véhicule. "Ça s'est joué à quelques secondes", confie une source policière.

Faïd envisageait-il de remonter rapidement au braquage? C'est plus que probable, estiment des sources spéculant sur la situation financière d'un malfaiteur confronté à une cavale de longue durée et forcément coûteuse.

Belloubet et les "failles de sécurité"

Rendu public le 30 juillet, un rapport de l'Inspection générale de la justice sur l'évasion spectaculaire de Redoine Faïd met en lumière une "conjonction de failles de sécurité", selon la garde des Sceaux Nicole Belloubet.

Dans la ligne de mire: l'absence de filins anti-hélicoptère dans la cour d'honneur de la prison de Réau et un "problème" sur le dispositif d'appel d'urgence des forces de l'ordre. Jugée "insuffisamment réactive", l'administration centrale pénitentiaire va également être réorganisée.

L'entourage du fugitif perquisitionné

Le 5 septembre, à l'aube, une cinquantaine de policiers de la PJ de Versailles et de l'Office central de lutte contre le crime organisé (OCLCO) débarquent chez des proches de Redoine Faïd, principalement dans l'Oise mais aussi à Paris. Six lieux sont perquisitionnés.

Plus de deux mois après l'évasion de l'homme le plus recherché de France, la police est à la recherche de nouveaux indices.

L'arrestation

Le braqueur est arrêté sans incident dans un appartement de Creil, la ville où il a grandi, avec quatre autres personnes: l'un de ses frères, Rachid Faïd, deux de ses neveux et la "logeuse". Deux autres complices sont interpellés en région parisienne. L'assault de Creil a été donné vers 04H00 par les policiers de brigade de recherche et d'intervention (BRI), et des armes ont été retrouvées sur place.


Source : PM le 3 octobre 2018

marathon
Messages : 6281
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Rédoine Faïd

Messagepar marathon » 05 oct. 2018, 10:51

Redoine Faïd se serait fait arnaquer avec de faux explosifs

Lors de sa cavale, Redoine Faïd aurait cherché à commettre un nouveau braquage pour avoir de l'argent. Les enquêteurs pensent qu'il s'est fait arnaquer en voulant se procurer des explosifs.

Redoine Faïd préparait-il un nouveau braquage pendant sa cavale ? Le parquet de Lille a lancé cet été une enquête préliminaire pour le vérifier, selon des sources concordantes citées par Le Parisien.

Le braqueur multi-récidiviste, qui s'était échappé de prison début juillet, avait fait l'objet d'un contrôle routier au milieu de l'été avec son frère dans le Val-d'Oise. Ils avaient réussi à prendre la fuite, mais les enquêteurs ont retrouvé dans leur véhicule des pains d'explosif factices en plastique. Une découverte qui leur fait penser que Redoine Faïd et son frère se sont probablement fait arnaquer en voulant se procurer des explosifs.

Le fugitif avait besoin de se procurer de l'argent. Une cavale coûte cher, et tout laisse à penser que Redoine Faïd était sur la paille. Dans la voiture contrôlée fin juillet, les enquêteurs avaient également retrouvé des duvets, kits de survie et produits antimoustiques, qui, selon Le Parisien, laissent à penser qu'il vivait "dans des conditions précaires en extérieur".

Source : RTL le 5 octobre 2018

marathon
Messages : 6281
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Rédoine Faïd

Messagepar marathon » 08 oct. 2018, 08:39

Cavale de Redoine Faïd : trois complices présumés mis en examen et écroués


Ils sont poursuivis notamment pour association de malfaiteurs.


Trois complices présumés du braqueur Redoine Faïd pendant sa cavale, qui étaient en garde à vue depuis mercredi, ont été mis en examen et placés en détention provisoire dimanche, a-t-on appris de source judiciaire.

Les trois suspects sont poursuivis notamment pour association de malfaiteurs, selon cette source. Parmi eux figure une jeune femme, suspectée d’avoir logé le braqueur multirécidiviste, qui s’était évadé de la prison de Réau (Seine-et-Marne) le 1er juillet par hélicoptère avant d’être arrêté mercredi 3 octobre.


Elle avait été interpellée dans son appartement situé dans un quartier HLM de Creil (Oise) en même temps que Redoine Faïd, ainsi que le frère et le neveu de celui-ci, Rachid et Ishaac H. Trois autres personnes, un autre neveu – Liazid F. – et les deux autres mis en examen ont été interpellés dans d’autres villes de l’Oise.

C’est notamment elle qui a mené les enquêteurs sur la piste du fugitif: grâce à un important travail de surveillance téléphonique, la jeune femme de 28 ans avait été identifiée comme étant une de ses complices.

Selon le procureur de la République de Paris François Molins, elle avait été vue à plusieurs reprises avant l’interpellation prenant à bord de son véhicule une personne vêtue d’une burqa "dont l’allure laissait supposer qu’il pouvait s’agir d’un homme", en l’occurrence Redoine Faïd.

Selon une source proche de l’enquête, c’était la petite amie d’Ishaac, 25 ans. Elle était adjointe de sécurité à la police aux frontières (PAF) à l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle jusqu’en 2016 et son casier était jusque-là vierge.

Le 1er juillet, Redoine Faïd, condamné en appel en avril à 25 ans de réclusion criminelle pour son rôle d’"organisateur" dans un braquage raté en 2010 qui avait coûté la vie à une policière municipale, s’était fait la belle en hélicoptère, aidé par un commando armé qui avait auparavant pris en otage le pilote. L’appareil s’était posé dans la cour d’honneur du centre pénitentiaire, dépourvue de filins de sécurité.
Mis en examen mercredi, notamment pour "évasion en bande organisée", "enlèvement et séquestration en bande organisée", "association de malfaiteurs en vue de la commission de crimes" et pour "transport d’armes ou d’engin explosif", il a été de nouveau incarcéré, cette fois-ci dans la prison de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais), l’une des plus sécurisées de France.

Son frère Rachid a quant à lui été placé en détention provisoire à Fleury-Mérogis (Essonne) et ses deux neveux, Liazid F. et Ishaac H., à Bois d’Arcy (Yvelines) et Meaux (Seine-et-Marne).



Source : Sud Ouest le 7 octobre 2018


Retourner vers « Europe »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité