DOSSIER : L'affaire Stéphane Dieterich

Modérateur : marathon

marathon
Messages : 8315
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

DOSSIER : L'affaire Stéphane Dieterich

Messagepar marathon » 13 janv. 2019, 17:41

Affaire Dieterich : comment deux émissions de télé ont permis de résoudre un meurtre vieux de plus de 20 ans

L'assassin présumé de Stéphane Dieterich a été placé en garde à vue mardi 15 décembre. Il est passé aux aveux dès le lendemain.

Stéphane Dieterich, étudiant de 24 ans, a été assassiné ;le 4 juillet 1994.



Ce soir du 4 juillet 1994, il pleut à Belfort. Stéphane Dieterich, brillant étudiant en histoire de 24 ans, reçoit un appel de son ami Christophe Blind, avec qui il doit partir en vacances le lendemain. Il avait prévu de passer la soirée devant un match de football mais répond à la demande de son ami et quitte le domicile familial. Sa famille ne le reverra jamais. Son corps est retrouvé le lendemain dans la forêt qui sépare les communes d'Essert et de Cravanche, dans le Territoire de Belfort, lardé de 11 coups de couteau.

Placé en garde à vue, Christophe Blind prétend alors avoir déposé son ami à une fête foraine toute proche. C’est la dernière personne à avoir vu Stéphane vivant. Son témoignage ne paraît pas suspect aux enquêteurs et le jeune homme est innocenté. Pourtant, de nombreuses zones d’ombre persistent : Stéphane ne serait jamais allé seul à la fête foraine... Il avait également affirmé à sa mère sortir pour "un quart d’heure" et tandis qu’il pleuvait, il est sorti légèrement vêtu.

Vingt-et-un ans plus tard, Christophe Blind est à nouveau placé en garde à vue. Jeudi 16 décembre, il a avoué le meurtre de son ami, comme le révèle France 3 Franche-Comté. Notamment grâce à deux émissions de télévision, qui ont permis de faire avancer l'enquête sur ce meurtre.

Une information judiciaire rouverte en 2013

Dans les deux années qui suivent le drame, les investigations piétinent. Les enquêteurs soupçonnent Christophe Blind, le meilleur ami de la victime, puis des forains et "finalement l’enquête conclut à une mauvaise rencontre", rapporte L'Est républicain. En 1995, un épisode de l'émission "Témoin numéro 1" sur TF1 est consacré à l'affaire mais n'apporte aucun élément nouveau. Malgré les efforts de Sylvain Dieterich, le frère aîné de la victime, qui se rend à l’Elysée et au ministère de la Justice, le dossier est sur le point d’être refermé par la justice.

En janvier 2013, un numéro de l'émission "Non élucidé", diffusée sur France 2, passe en revue les différentes pistes explorées jusque-là dans l’affaire. Après la diffusion, deux personnes se manifestent auprès des enquêteurs. Ils ont reconnu Christophe Blind, le meilleur ami de la victime, sur l’une des photos diffusées dans l'émission. "Ces deux personnes étaient élèves dans le lycée où l’accusé était pion. L’un des deux s’est souvenu d’une demande spécifique de Blind à ce moment-là pour 'tuer quelqu’un'", se souvient le frère de Stéphane.

Des accusations prises très au sérieux par les enquêteurs : le parquet de Montbéliard rouvre alors une information judiciaire. Les enquêteurs exploitent à nouveau tous les éléments de l'enquête, notamment les traces ADN. Ce travail "a permis de resserrer les éléments à l'encontre" du suspect, indique aujourd'hui le parquet à l'AFP.

Un témoignage inédit dans "Crimes en direct"

Le deuxième acte se joue le 8 juin 2015 avec la diffusion de l'émission "Crimes en direct" présentée par Jean-Marc Morandini sur NRJ12. La rédactrice en chef de l’émission, Lucile Martin, enquête pendant plusieurs semaines et parvient à retrouver Christophe Blind dans le sud de la France, où il a refait sa vie. Il commence par refuser l’interview mais la journaliste continue de poser ses questions en caméra cachée.

"On cherchait à le voir pour qu’il nous raconte sa version des faits en tant que dernière personne à avoir vu Stéphane. On pensait qu’il avait des choses à dire qu’il nous cachait", explique-t-elle à francetv info. Très mal à l’aise, "il a commencé à trembler dès que j’ai dit que j’étais journaliste". Le meurtrier présumé se perd un peu dans le fil de son histoire et affirme que c’est la victime elle-même qui l’aurait appelé. "Là, on se rend compte qu’il contredit la version qu'il a donnée aux enquêteurs à qui il avait expliqué que c'est lui qu'il avait appelé, raconte Lucile Martin. Et puis quand je lui ai dit qu’une famille souffrait depuis 20 ans, il m’a répondu que lui aussi souffrait."

Les enquêteurs sont alertés par le témoignage parfois incohérent de cet homme de 46 ans qui ne s’était pas exprimé sur cette affaire depuis plus de 20 ans. En novembre, ils demandent la totalité de l’entretien à la journaliste. "Cette interview et la diffusion des images ont dû avoir un impact psychologique sur ce garçon", suppose la journaliste. Forts de ces nouveaux éléments en plus de leur enquête initiale, les enquêteurs placent Christophe Blind en garde à vue mardi 15 décembre. Le lendemain, il passe aux aveux.

Des aveux en garde à vue

"Depuis le début, je sentais que son discours n'était pas clair, confie Sylvain Dieterich, le frère de la victime, à francetv info. Quand je lui ai demandé, il a été incapable de refaire le parcours qu’il avait fait avec Stéphane. Après l’enterrement, il a cessé tout contact avec notre famille puis il a changé de région. Mais on ne pouvait pas imaginer que cette personne avait commis l’irréparable. Il faisait partie du cercle d’amis de Stéphane." "Aujourd’hui, il est dans l’état d’esprit d’un homme qui avait un fardeau trop lourd à porter, explique Nelly Rouzet, son avocate. Il paraît soulagé de s’en être déchargé."

Christophe Blind a été mis en examen pour "assassinat" et placé en détention provisoire. De nouvelles auditions devraient avoir lieu et l'instruction suivre son cours. Sylvain Dieterich et sa mère attendent désormais le procès de l'accusé pour comprendre comment et pourquoi Stéphane est mort sous les coups de couteau de son ami. Selon le parquet, cité par France 3 Franche-Comté, il pourrait s'agir d'un "motif passionnel".


Source : France Info

marathon
Messages : 8315
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: DOSSIER : L'affaire Stéphane Dieterich

Messagepar marathon » 13 janv. 2019, 17:42

DOSSIER : L'affaire Stéphane Dieterich

L'affaire Dieterich devant les assises de Vesoul du 14 au 18 janvier 2019


L'affaire Dieterich sera jugée devant la cour d'assises de Vesoul du 14 au 18 janvier prochain. Stéphane Dieterich, étudiant belfortain, avait été assassiné de onze coups de couteau dans la nuit du 4 au 5 juillet 1994. Son meilleur ami de l'époque était passé aux aveux en 2015.

Ce sera le procès de l'année 2019. Il se tiendra du 14 au 18 janvier prochain à Vesoul. L'affaire Stéphane Dieterich sera jugée devant la cour d'assises de la Haute Saône et du Territoire de Belfort. Cet étudiant belfortain avait été assassiné de onze coups de couteau dans la nuit du 4 au 5 juillet 1994. Son corps avait été retrouvé à demi nu dans la forêt de Cravanche.



Le combat d'une famille

Pour les proches de Stéphane Dieterich, c'est la fin d'une très longue attente. Le procès va pouvoir se tenir plus de trois ans après les aveux de celui qui, à l'époque, était présenté comme le meilleur ami de la victime. Christophe Blind est passé aux aveux le 15 décembre 2015, dans les bureaux du SRPJ de Besançon, après une journée de garde à vue. "Il a simplement voulu soulager sa conscience car il ne supportait plus le poids de son silence" expliquait à l'époque son avocate.

Des circonstances encore floues

Après être sorti à la fête foraine au Fort Hatry à Belfort le 4 juillet 1994, le corps de Stéphane Dieterich avait été retrouvé lardé de 11 coups de couteau dans le bois de Cravanche. Les circonstances de la mort restent encore floues. Mais Sylvain, son frère a toujours été convaincu de l'implication de Christophe Blind, aujourd'hui âgé d'une cinquantaine d'années, car il était la dernière personne à avoir vu son frère vivant. L'assassin présumé avait depuis refait sa vie dans le sud de la France.

Pour la famille Dieterich, ce procès est l'aboutissement d'un long combat judiciaire. Le but ultime, connaitre toute la vérité et pourquoi Stéphane a perdu la vie.



Source : France Bleu Belfort-Montbéliard le 7 novembre 2018

marathon
Messages : 8315
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: DOSSIER : L'affaire Stéphane Dieterich

Messagepar marathon » 13 janv. 2019, 17:43

Affaire Stéphane Dieterich : 21 ans après, un suspect passe aux aveux


21 ans après les faits, le meurtrier présumé de Stéphane Dieterich est passé aux aveux. Devant les enquêteurs, cet homme de 46 ans a reconnu avoir tué Stéphane dont le corps lardé de 11 coups de couteaux avait été retrouvé dans le bois de Cravanche le 5 juillet 1994


A t-il été rongé par les remords, ou les preuves étaient-elles trop évidentes ? Difficile de le dire aujourd'hui, mais une chose est sûre, l'assassin présumé de Stéphane Dieterich, qui avait refait sa vie dans le Sud de la France, n'a finalement pas mis longtemps pour passer aux aveux. Après une journée de garde à vue, il a reconnu les faits. Présenté mardi soir devant le juge des libertés et de la détention de Montbéliard, il a été mis en examen pour assassinat et incarcéré, 21 ans après la mort de l'étudiant belfortain de 24 ans. Son corps, frappé de onze coups de couteau avait été retrouvé le 5 juillet 1994, dans la forêt de Cravanche, à une poignée de kilomètres de Belfort.



Il a soulagé sa conscience"

En revanche, sur les faits et les raisons qui ont provoqué la mort de Stéphane Dieterich dans la nuit du 4 au 5 juillet 1994, l'assassin présumé ne s'est pas montré très bavard, "il a simplement voulu soulager sa conscience et se sent aujourd'hui
libéré" affirme son avocate Me Nelly Rouzet, "j'ai eu face à moi un homme qui n'était plus le même que celui qu'il était il y a une vingtaine d'années, et surtout un homme qui ne supportait plus le poids de son silence. C'est la raison pour laquelle il voulu libérer sa conscience, et ce, même si les éléments n'étaient pas suffisants pour considérer qu'il était coupable" .


L'aboutissement d'un incroyable combat judiciaire"

Mais pour Sylvain Dieterich, le frère de la victime, c'est avant tout l'aboutissement d'un combat judiciaire qui aura duré 21 ans, un combat mené dans les médias mais aussi auprès de la chancellerie pour que le dossier ne soit jamais fermé, comme cela a failli être le cas en 2013. "J'ai toujours su que l'assassin présumé était impliqué dans ce drame, car c'était la dernière personne à avoir vu Stéphane vivant" ,affirme t-il. Un frère et toute une famille qui attendent désormais le procès pour connaître enfin la vérité et les raisons qui ont poussé le meilleur ami de Stéphane Dieterich à le tuer.

Source : France Bleu Belfort-Montbéliard le 16 décembre 2018

marathon
Messages : 8315
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: DOSSIER : L'affaire Stéphane Dieterich

Messagepar marathon » 13 janv. 2019, 17:43

DOSSIER : L'affaire Stéphane Dieterich

TEMOIGNAGE - Sylvain Dieterich : "J’ai toujours pensé qu’on retrouverait l’assassin de mon frère"


Par Sébastien Germain, Le meurtre de Stéphane Dieterich à Belfort pourrait être résolu, 21 ans après les faits. Le meilleur ami de l'étudiant belfortain vient de passer aux aveux. Sylvain Dieterich, le frère de la victime était notre invité ce jeudi à 7h45.

Le 4 juillet 1994, Stéphane Dieterich, jeune étudiant de 24 ans disparaît d’une fête foraine à Belfort. Son corps est retrouvé le lendemain, il a reçu onze coups de couteau. C'est 21 ans après ce crime non élucidé que le coupable vient peut-être d’être démasqué.

Le meurtre de Stéphane Dieterich à Belfort pourrait être résolu, 21 ans après les faits. Le meilleur ami de l'étudiant belfortain vient de passer aux aveux. Sylvain Dieterich, le frère de la victime était notre invité ce jeudi à 7h45.



L’aboutissement d’un combat »

Sylvain Dieterich, le frère de la victime, n’a jamais lâché. Malgré le temps qui passe, malgré les doutes, il a toujours espéré découvrir le meurtrier de son frère. Un homme, qui était le meilleur ami de Stéphane Dieterich, vient de passer aux aveux : « C’est l’aboutissement d’un combat. Encore le week-end dernier, plus de 20 ans après les faits, les gens me soutenaient alors que j’étais sur un marché pour essayer d’obtenir des fonds pour l’association. Je me disais, c’est fou, on ne nous oublie pas. Au fond de moi-même, j’ai toujours pensé qu’on retrouverait l’assassin ».


Je ne trouvais pas cet homme chaleureux avec moi »

Comment expliquer que cet homme avoue le meurtre, 21 ans après les faits ? Sylvain Dieterich a une explication : « Je pense que c’est la pression médiatique qui l’a fait avouer. Une journaliste l’a retrouvé et il lui a répondu un peu tout et n’importe quoi. Il n’arrivait pas à répondre précisément à des questions importantes. Il y a 21 ans, il faisait partie
des proches de mon frère. Je le trouvais sympathique, intelligent, mais pas chaleureux avec moi. »


Hâte que le procès commence »

L’homme est mis en examen, un procès va avoir lieu. Sylvain Dieterich l’attend avec impatience : « Je ne sais pas pourquoi il a tué mon frère. Mot pour mot, je regarderai ce qui va être dit et je serai très attentif à ce qu’il va répondre. On attend avec impatience le procès maintenant »


Source : France Bleu Belfort-Montbéliard le 17 décembre 2018

marathon
Messages : 8315
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: DOSSIER : L'affaire Stéphane Dieterich

Messagepar marathon » 13 janv. 2019, 17:44

DOSSIER : L'affaire Stéphane Dieterich

Affaire Stéphane Dieterich : la thèse du crime passionnel privilégiée

L'enquête se poursuit, mais on en sait un peu plus sur l'assassinat de Stéphane Dieterich, ce jeune étudiant belfortain mort en juillet 1994. Selon le parquet de Montbéliard, il s’agirait d’un drame passionnel.

Il a gardé le silence pendant 21 ans, mais face aux enquêteurs, Christophe Blind, 46 ans, a finalement donné sa version des faits. Il explique qu'à l'époque, il entretenait depuis deux ans une relation amoureuse avec Stéphane Dieterich, son meilleur ami. Une relation que le meurtrier présumé n'arrivait pas à assumer.


Il achète un couteau pour tuer Stéphane

Le 4 juillet 1994, Christophe Blind appelle Stéphane Dieterich, il ne le dépose pas à la fête foraine comme il l'avait indiqué dans un premier temps, mais au bois Joly à Cravanche. Aux enquêteurs, il raconte qu'il avait prévu de commettre son crime ce soir-là après avoir acheté un couteau, c’est avec cette arme qu'il a frappé sa victime à dix reprises. Le corps de Stéphane Dieterich sera retrouvé le lendemain. Pour Carine Greff, procureure de la République de Montbéliard, la préméditation ne fait aucun doute : "il ressort de l’enquête que le mis en examen a volontairement attiré la victime, qu’il s’était muni d’une arme qu’il avait acheté préalablement pour tuer Stéphane Dieterich, d’où la qualification de meurtre avec préméditation".


Une relation passionnelle

Autre élément à charge, c’est ce témoignage d'un homme, adolescent à l'époque des faits. Après avoir vu à la télévision une émission consacrée au meurtre de Stéphane Dieterich, il va reconnaître Christophe Blind qui était alors son surveillant au lycée Aux enquêteurs, il raconte que l’assassin présumé l’avait sollicité pour tuer Stéphane. Confronté à ce témoin clé, Christophe Blind finira par craquer et passer aux aveux.

Reste la question du mobile. Pour Carine Greff, la thèse du crime passionnel ne fait pas de doute : "il entretenait une relation passionnelle et homosexuelle avec la victime, une relation très complexe, houleuse et empreint de rupture, mais ne supportant plus cette relation, il a fini par tuer son meilleur ami, des aveux qu’il a confirmé devant le juge d’instruction, et le juge des libertés et de la détention".

Malgré ces aveux, l’enquête se poursuit, les policiers vont devoir vérifier les dires de Christophe Blind et surtout approfondir sa personnalité. Le procès pourrait avoir lieu d’ici un an.



Affaire Dieterich: "Le meurtrier a du construire une digue pour oublier sa culpabilité"

21 ans après le meurtre, le meilleur ami de Stéphane Dieterich est passé aux aveux. Ce vendredi matin nous avons voulu comprendre comment on peut vivre avec un tel secret aussi longtemps. Eléments de réponse avec Christian Cladène, expert psychiatre à la cour d'appel de Besançon.


Il était son meilleur ami de l'époque. 21 ans après les faits, l'homme a avoué le meurtre de Stéphane Dieterich. Il a craqué sous la pression des questions des enquêteurs. Entre temps, comment a t-il fait pour vivre avec sa culpabilité?

Selon Christian Cladène, expert psychiatre à la cour d'appel de Besançon: "il a du composer avec cette culpabilité, essayer de se poser en victime, de se donner

une bonne raison pour justifier le meurtre commis. Il a établi, un pare-feu, une digue suffisamment puissante pour faire la politique de l'autruche et oublier cette culpabilité “
Le secret devient trop lourd"

"Cette culpabilité continue de frapper à la porte, elle est étouffante. Quand on vit un secret aussi lourd. On se coupe du monde, des autres, après 21 ans, il n'a pas pu davantage résister à cette position". "Il a fini par revenir parmi les autres".


Le procès c'est une réparation symbolique pour les victimes"

Du côté des parties civiles, c'est à dire la famille de Stéphane Dieterich, le procès sera important. "Tant que l'auteur n'est pas trouvé, il y a toujours un sentiment d'injustice, d'amertume". "La conclusion, c'est à dire le procès, fini par apporter une réparation symbolique en trouvant justement des éléments de réponse, et surtout les motivations du tueur. Ce qu'on appelle le mobile".


Source : France Bleu Belfort-Montbéliard le 18 décembre 2018

marathon
Messages : 8315
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: DOSSIER : L'affaire Stéphane Dieterich

Messagepar marathon » 13 janv. 2019, 17:44

L’affaire Stéphane Dieterich jugée en janvier à la cour d’assises du Territoire de Belfort à Vesoul



25 ans après les faits, le procès du meurtrier présumé de Stéphane Dieterich aura lieu du 14 au 18 Janvier devant la cour d'assises de Haute-Saône et du Territoire de Belfort à Vesoul. Le corps de cet étudiant belfortain de 24 ans avait été retrouvé poignardé dans la forêt de Cravanche

C'est la fin d’une très longue attente pour la famille et les amis de Stéphane Dieterich. Christophe Blind, le meurtrier présumé de cet étudiant belfortain retrouvé mort, lardé de 11 coups de couteau dans la forêt de Cravanche le 5 juillet 1994, sera jugé du 14 au 18 janvier par la cour d’assises de Haute-Saône et du Territoire de Belfort à Vesoul.



Une affaire hors norme confirme Pascal Chevillot, journaliste à l’Est Républicain, et spécialiste police justice : « c’est en effet une affaire hors norme déjà par la longueur de la procédure, par ses multiples rebondissements, mais aussi parce que l’enquête a été au départ un peu bâclée. Les policiers sont partis sur de mauvaises hypothèses comme par exemple de dire que le corps avait été déplacé et que la mort n’avait pas eu lieu au bois-joli. Or il s’avère que la mort a bien eu lieu à cet endroit »

La fausse piste des forains

Dès le début de l’enquête, les policiers se focalisent sur le témoignage d’une foraine qui affirme avoir entendu des cris la nuit du drame, et avoir vu des forains se promener avec des couteaux et partir dans le bois du fort Hatry. « Il s’agira finalement d’une fausse piste puisque quelques jours plus tard, la foraine reviendra sur ses déclarations devant le juge d’instruction » précise Pascal Chevillot.

Les aveux de Christophe Blind

Pendant des années, l’enquête va piétiner jusqu'à ce coup de tonnerre. Le 15 décembre 2015, plus de 21 ans après les faits, un homme passe aux aveux. Il s'agit de Christophe Blind, aujourd’hui âgé de 49 ans, et qui était le meilleur ami de Stéphane Dieterich. « Ces aveux c’est un vrai tournant » affirme Pascal Chevillot.

«Finalement l’hypothèse la plus simple était la plus réaliste, c’est-à-dire l’ami qui soi-disant avait amené Stéphane Dieterich à la fête foraine et l’avait laissé là-bas avec une somme de 500 francs. Lors de son audition à l’époque des faits, Christophe Blind avait expliqué qu’il avait abandonné son ami pour régler des petits problèmes avant de partir en vacances le lendemain ».

21 ans plus tard, il expliquera devant les enquêteurs du SRPJ de Besançon qu'il ne supportait plus le poids de son silence, et qu'il tenait à soulager sa conscience.

Le combat incessant de Sylvain Dieterich pour connaître la vérité

Pour les proches et les amis de Stéphane Dieterich, ce procès aux assises sera donc la fin d’une très longue attente, et notamment pour Sylvain, le frère de la victime, qui s’est battu pour que cette affaire ne soit pas classée sans suite.

«Beaucoup de choses ont été faites grâce à Sylvain» reconnaît Pascal Chevillot. «Il d’abord créé une association baptisée les amis de Stéphane Dieterich, il multiplie également les émissions de télévision pour parler de ce dossier, il a même rencontré personnellement des conseillers de trois Présidents de la République, _Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande_, mais aussi des gardes des Sceaux pour que l’affaire aille à son terme".

Reste la question du mobile qui demeure encore flou. Ce sera toute la question de ce procès qui se tiendra donc du 14 au 18 janvier prochain devant la cour d’assises de Haute-Saône et du Territoire de Belfort à Vesoul.



Source : France Bleu Belfort-Montbéliard le 1er janvier 2019

marathon
Messages : 8315
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: DOSSIER : L'affaire Stéphane Dieterich

Messagepar marathon » 13 janv. 2019, 18:00

DOSSIER : L'affaire Stéphane Dieterich

- Affaire Stéphane Dieterich : 25 ans d'enquête et d'attente


Christophe Blind comparaît pour assassinat devant la cour d'assises du Territoire de Belfort du 14 au 18 janvier. Ce quadragénaire est accusé d'avoir tué son meilleur ami, Stéphane Dieterich, dans la soirée du 4 juillet 1994, dans un petit bois d'Essert.

Le corps de Stéphane Dieterich a été retrouvé le 5 juillet 1994 dans un bois près de Belfort.


Un procès 25 ans après les faits. La justice fait le grand écart dans l'affaire Stéphane Dieterich : sans l'acharnement de la famille de la victime et celui des enquêteurs, la mort de cet étudiant belfortain aurait pu rester inexpliquée. Il y aura bien un procès, du 14 au 18 janvier, devant la cour d'assises du Territoire, à Vesoul. Christophe Blind, le meilleur ami de la victime, comparaît pour assassinat.

"Maman, j'en ai pour un quart d'heure"

Stéphane Dieterich disparaît dans la soirée du 4 juillet 1994. Ce jeune homme de 24 ans, décrit comme un étudiant brillant, discret et sans histoire, s'apprête à partir en vacances. Alors qu'il se trouve chez ses parents, Stéphane reçoit un coup de téléphone de son ami Christophe Blind et sort. Il prévient sa mère : "Maman, j'en ai pour un quart d'heure, une demi-heure". Mais il ne revient pas.


Le lendemain matin, un appel anonyme prévient les policiers de Belfort de la présence d’un cadavre dans un bois d'Essert. C'est Stéphane Dieterich, partiellement dévêtu, frappé de onze coups de couteau.

Fausses pistes et non-lieu

Interrogé, Christophe Blind confirme qu'il est bien passé prendre Stéphane, mais il explique l’avoir déposé, à sa demande, à la fête foraine du Fort Hatry, non loin du bois où le corps sera retrouvé. Une version qui a toujours parue suspecte à la famille et aux enquêteurs. Christophe Blind est entendu plusieurs fois, placé même en garde à vue, son domicile et sa voiture perquisitionnés, mais aucune preuve ne vient étayer les soupçons.

S’en suivent 21 ans d’enquête et de procédure, 21 ans de fausses pistes, d’échecs et de rebondissements. Outre l'hypothèse Christophe Blind, les enquêteurs partent sur plusieurs pistes, guidés par des témoignages. Ils étudient longtemps la possibilité d'un crime perpétré par des forains forains installés au Fort Hatry. La théorie d’une rencontre homosexuelle est aussi explorée.

En 2003, sur demande de la juge d'instruction, malgré les appels déposés par la famille, un non-lieu est prononcé. Les proches de Stéphane Dietrich, qui ont monté une association pour défendre sa mémoire et la cause des victimes d'affaires criminelles, continuent d'espérer et de mener des démarches pour faire éclater la vérité.


Un nouveau témoignage, des aveux

Dès 2008, de nouvelles investigations sont menées, mais il faut attendre 2014 pour qu'un témoignage fasse avancer l'affaire de façon décisive. Un homme est tombé par hasard sur un tract de l'association des amis de Stéphane Dieterich. Il s'est souvenu qu'à l'époque du collège, en 1994, un surveillant "prénommé Christophe" lui avait proposé de l'argent pour "tuer quelqu'un". En septembre 2014, 20 ans après le meurtre de Stéphane Dieterich, ce nouveau témoin fait ce récit aux gendarmes.

L’affaire est relancée. Christophe Blind, qui s'est installé depuis dans le Sud de la France, est placé en garde en décembre 2015. Confronté au témoin, il craque. Il est mis en examen pour assassinat.

Lors de ses aveux, Christophe Blind parle d'une relation homosexuelle houleuse avec Stéphane Dieterich, relation à laquelle il aurait voulu mettre fin. A l'approche du procès, son avocat parle même d’agressions sexuelles perpétrées dès 1990 sur la personne de Christophe Blind. Cette version est fermement contestée par la famille de la victime. "Cet homme a menti toute sa vie", explique le frère de Stéphane Dieterich, "je ne vois pas pourquoi il dirait la vérité aujourd’hui".


Source : France Bleu Belfort-Montbéliard le 11 janvier 2019

marathon
Messages : 8315
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: DOSSIER : L'affaire Stéphane Dieterich

Messagepar marathon » 13 janv. 2019, 18:00

DOSSIER : L'affaire Stéphane Dieterich

TÉMOIGNAGES – Affaire Dieterich : le combat d’une vie



C’est ce lundi que s’ouvre le procès de l’affaire Dieterich : Christophe Blind est accusé d’avoir tué Stéphane Dieterich dans un bois d’Essert, dans le Territoire de Belfort, le 5 juillet 1994. L’accusé a gardé le silence pendant 21 ans. 21 ans de combat pour la famille de la victime.

"L’association des amis de Stéphane Dieterich" s’est battue pendant 21 ans
"
"On s’est battu" résume Sylvain Dieterich qui a créé "l'association des amis de Stéphane Dieterich". Sans le combat du frère de la victime, sans sa ténacité, la vérité n’aurait peut-être jamais pu être révélée sur le meurtre de cet étudiant de 24 ans, frappé de onze coups de couteau en juillet 1994, près de Belfort. En effet, c’est un tract de l’association des amis de Stéphane Dieterich qui a fait basculer l’affaire.

Un homme, Hamed Rahal, tombe par hasard sur le tract et se souvient que peu avant les faits, un surveillant "prénommé Christophe", lui avait proposé de l’argent pour tuer "quelqu’un". C'est ainsi qu'en 2015, l'assassin présumé passe aux aveux. Christophe Blind, meilleur ami de la victime, comparaît devant la cour d'assises du 14 au 18 janvier. Mais avant que ce témoignage ne permette de résoudre l'affaire, l’association en soutien à la victime s’est battue pendant 21 ans.

Une association pour ne pas oublier Stéphane Dieterich

L’association des amis de Stéphane Dieterich, lancée un an et demi après la mort de la victime, organisait alors chaque année des concerts, des rendez-vous. "Je me suis mobilisée quand il y a eu les concerts, ou que l'on se retrouvait au cimetière tous les ans", témoigne Alexandra Bach, membre de l’association, "il fallait montrer qu’on était toujours présents. C’était très important de les soutenir et de se mobiliser pour que la vérité se sache un jour".


Quand on ne parle plus des personnes, vous êtes seul face à votre chagrin, votre peine" - Sylvain Dieterich

"On s’est battus, beaucoup d’anonymes nous ont rejoints à travers toute la France et au-delà", explique Sylvain Dieterich. "Qu’est ce qui fait mourir un dossier ? C’est quand on ne parle plus des personnes, après vous êtes seul face à votre chagrin, votre peine. Mais quand vous avez des relais d’information, automatiquement il y a une pression qui est faite. Même au plus haut niveau, j’ai rencontré des gardes des sceaux, des présidents de la République, des conseillers. J’ai eu la possibilité de m’exprimer en pensant à mon frère, mais aussi à toutes les familles qui vivaient des drames similaires aux nôtres : vous vous sentez porté et investi d’une mission".

Source : France Bleu Belfort-Montbéliard le 12 janvier 2019


Retourner vers « Europe »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités