Les disparus du village gay de Toronto

Modérateur : marathon

marathon
Messages : 6849
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Les disparus du village gay de Toronto

Messagepar marathon » 18 août 2017, 18:43

Les disparus du village gay de Toronto

Des avis de recherche ont été lancés pour deux hommes gay ou bi au profil similaire, dans le quartier gay de la métropole. D'autres se sont volatilisés ces dernières années.


Image

Un serial killer sévit-il dans le Gay Village de Toronto? La communauté LGBT de la plus grande ville canadienne bruisse de rumeurs après la disparition de deux hommes en moins de quatre mois. Les photos d’Andrew Kinsman et de Selim Esen illustrent des affiches placardées dans la métropole. Le premier, âgé de 49 ans, est une figure connue de la scène, en tant que bénévole dans une association de lutte contre le sida. Il n’est plus réapparu à son domicile depuis un mois, laissant son chat sans soins. Cela «ne lui ressemble pas», selon ses amis, qui l’avaient trouvé «heureux et optimiste» ces derniers temps. Même chose pour Selim Esen, 43 ans, dont ses proches sont sans nouvelles depuis avril. Point commun des deux hommes, outre leur âge et leur orientation: leur utilisation d’apps de drague, comme Grindr et Scruff.

Kinsman et Esen s’ajoutent à une liste d’hommes homosexuels ou bisexuels qui se sont volatilisés entre 2010 et 2012, relève Torontoist. Trois hommes d’âge mur habitués du Gay Village, tous d’origine étrangère et deux d’entre eux menant une double vie. Dans la même période, six autres disparitions dans la communauté LGBT ont été résolues: cinq hommes ont été retrouvés sains et sauf et le dernier avait mis fin à ses jours. La police a indiqué ne pas privilégier la piste du tueur en série, même si celle-ci n’est pas exclue. «C’est un numéro d’équilibriste, car il y a de nombreuses informations que nous ne pouvons pas divulguer dans cette enquête», a expliqué un porte-parole.


Source : 360° le 1er août 2017

marathon
Messages : 6849
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Les disparus du village gay de Toronto

Messagepar marathon » 30 janv. 2018, 13:24

Inquiétudes dans la communauté gaie après plusieurs disparitions mystérieuses


Plus de 200 membres de la communauté gaie de Toronto ont rencontré mardi soir la police de la métropole pour l'aider à élucider la disparition récente de deux hommes gais. Andrew Kinsman et Selim Esen n'ont plus été vus depuis juin et avril, mais la police n'a encore établi aucun lien entre leurs disparitions.

Le centre communautaire 519 de la rue Church dans le village était plein à craquer. De nombreuses personnes, des hommes en très grande majorité, s'étaient déplacées pour entendre des enquêteurs qui étaient venus les rassurer et leur donner des conseils de sécurité.

La police a d'abord dissipé les rumeurs selon lesquelles ces deux récentes disparitions étaient liées avec celles de trois autres hommes gais dans le quartier au début de la décennie. Skandaraj Navaratnam, 40 ans, Abdulbasir Faizi, 44 ans et Majeed Kayhan, 59 ans, ont disparu entre 2010 à 2012 après avoir été vus dans le quartier Church et Wellesley.

Les murs de la salle communautaire étaient d'ailleurs placardés d'affiches portant les photos des cinq disparus. Une vingtaine de personnes se sont levées lorsque le modérateur de la soirée a demandé à la salle s'il y en avait qui connaissait personnellement MM. Kinsman et Esen.



Plusieurs hommes se sont dits très inquiets, en particulier ceux qui approchent la cinquantaine, parce que tous ces hommes disparus sont âgés de plus de 40 ans. La police affirme toutefois que rien ne prouve qu'il y ait un lien entre toutes ces disparitions, mais elle continue son enquête à leur sujet.

Dans son allocution, l'inspecteur Peter Code a expliqué qu'il n'avait aucune preuve qu'un crime a été commis ou que les disparitions des deux Torontois ont un lien en commun. Il reconnaît qu'il ne pourrait de toute façon pas donner des détails sur l'enquête, parce que ceux-ci pourraient s'avérer être de précieuses pièces à conviction lors d'une éventuelle arrestation.

L'inspecteur Code a néanmoins demandé l'aide de la communauté.


«N'assumez jamais que nous savons tout ce que vous savez, venez nous voir si vous pensez à un détail, un indice qui pourrait nous aider dans notre travail.»

—Peter Code, inspecteur

Il a en outre précisé que son service avait ajouté des ressources humaines additionnelles pour créer un contingent d'enquêteurs entièrement dédié à l'enquête sur toutes ces disparitions.

Le superintendant Tony Riviere du poste 51 a remercié la communauté LGBT de s'être mobilisée. Il explique que « l'abondance des informations recueillies dans la communauté a forcé [son] service à créer une unité d'enquête spéciale sur cette affaire ».

Mais il a répété que rien ne permettait de conclure pour l'instant que ces deux dernières disparitions sont de nature criminelle. Il souligne que l'unité compte en outre rouvrir de vieilles enquêtes qui n'ont rien donné dans le passé.


L'un des organisateurs de la rencontre, Greg Downer, explique qu'il y a probablement des témoins dans le village gai qui ont vu des choses sans s'apercevoir d'un danger quelconque ou sans savoir que ce genre d'information pourrait être utile à la police.


«Nous devons être intelligents, parce qu'il y a quelque chose d'abominable qui s'est peut-être produit dans le quartier et nous devons être plus prudents.»

—Greg Downer, l'un des organisateurs de la rencontre

Il ajoute que la communauté doit toutefois surmonter ses peurs et ne pas tomber dans la désinformation.

M. Downer se dit par ailleurs confiant que la rencontre a permis de rassurer la communauté et de recueillir de nouvelles informations au sujet de Kinsman et d'Esen ou encore de rectifier certains faits. Les disparitions des deux hommes ont donné lieu aux rumeurs les plus folles au cours des derniers mois, comme celle portant sur la présence d'un tueur en série dans le village.


Certains ont relevé le devoir de se serrer les coudes et d'être solidaires dans la communauté gaie après des années d'aliénation. Quelques-uns ont dressé un parallèle avec la disparition de femmes autochtones au Canada, tandis que d'autres ont rappelé que les deux hommes étaient portés disparus, mais qu'ils n'étaient pas forcément morts. Chaque intervention était ponctuée de chaleureux applaudissements.

Des membres de la famille d'Andrew Kinsman ont aussi profité de l'occasion pour donner des détails sur l'homme de 49 ans afin de tenter d'amasser des informations à son sujet pour aider les policiers à le retrouver. Ils ont aussi fait allusion à tous les hommes gais qui ont disparu et dont on n'est toujours sans nouvelles. La famille de Selim Esen était en revanche absente, parce qu'elle habite en Turquie.


Source : Radio Canada le 2 août 2017

marathon
Messages : 6849
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Les disparus du village gay de Toronto

Messagepar marathon » 30 janv. 2018, 13:26

Morts et disparitions : la police de Toronto veut rassurer les résidents du quartier gai


La police de Toronto a fait le point vendredi sur trois enquêtes qui suscitent des inquiétudes chez les résidents du quartier gai au centre-ville de Toronto. Le chef Mark Saunders a aussi dit avoir lancé un examen interne des procédures dans les affaires de disparition pour « voir ce que nous pouvons améliorer ».



La police de Toronto a assuré que rien ne prouve que les trois affaires soient liées ou qu'il y ait un tueur en série dans le quartier Church-Wellesley.

Elle a aussi affirmé y avoir renforcé sa présence et ses patrouilles pour rassurer les membres de la communauté.

Tess Richey, 22 ans, a disparu la semaine dernière après une soirée avec une amie et a été retrouvée morte par sa mère quelques jours plus tard.

Sa mort avait d’abord été jugée accidentelle, mais après une autopsie, les autorités ont découvert qu’elle avait été étranglée et l'ont requalifiée en homicide.

Le service de police de Toronto affirme être à la recherche d'un suspect : un homme mince à la peau claire.

Les policiers refusent toutefois pour l'instant de dévoiler l'enregistrement vidéo sur lequel on pourrait l'apercevoir en compagnie de Tess Richey, alors qu'ils se dirigeaient près de l'endroit où son corps a été retrouvé.

La police a aussi fait le point sur la mort d’Alloura Wells, une femme transgenre qui avait disparu au mois de juillet.

Son corps a été retrouvé dans un ravin de Toronto le 5 août et formellement identifié au début du mois.

Des proches d’Alloura Wells ont dit avoir eu l’impression que la police n’avait pas pris sa disparition au sérieux parce qu’elle était une femme transgenre qui vivait et travaillait dans la rue.

La police enquête également sur la disparition de deux hommes, Andrew Kinsman et Selim Esen, dans le cadre du « Project Prism ». Leur disparition avait suscité des inquiétudes dans le village gai sur l’utilisation d’applications de rencontres.

Andrew Kinsman a disparu en juin et Selim Esen en avril.



Source : Radio Canada le 8 décembre 2017

marathon
Messages : 6849
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Les disparus du village gay de Toronto

Messagepar marathon » 30 janv. 2018, 13:29

Un sexagénaire arrêté pour le meurtre de deux hommes gais à Toronto


Les policiers de Toronto ont arrêté, jeudi, un sexagénaire, qui aurait tué Selim Esen et Andrew Kinsman, deux hommes qui fréquentaient le quartier gai de la Ville Reine et qui étaient portés disparus depuis plusieurs mois.



Bruce McArthur, 66 ans, fait face à deux chefs d'accusation de meurtre prémédité.

Il y aurait d'autres victimes, selon la police.


«Vous pouvez l'appeler un tueur en série si vous voulez. Il a tué au moins deux personnes et on pense qu'il y a d'autres victimes.»

—Hank Idsinga, détective

Selon les policiers, l'accusé est un paysagiste et travailleur autonome, qui avait une entreprise appelée Artistic Design, et qui habitait dans le quartier Thorncliffe de Toronto.

Les policiers fouillent cinq propriétés qui ont un lien avec l'accusé; quatre à Toronto et une à Madoc, au nord de Belleville.

Andrew Kinsman a été vu pour la dernière fois le 26 juin 2017, alors que Selim Esen a disparu le 14 avril 2017. Les corps des deux victimes n'ont pas été trouvés pour l'instant.

La police affirme que l'accusé connaissait M. Kinsman avec qui il avait eu des relations sexuelles et qu'il utilisait des applications de rencontre pour hommes.

Le détective Idsinga n'a pas voulu préciser de quelle façon l'accusé aurait tué ses victimes.


Des proches soulagés

La soeur d'Andrew Kinsman, Patricia, a appris jeudi matin que les policiers avaient arrêté le présumé meurtrier de son frère. « Tout ce que je pouvais dire c'est : ''Oh mon Dieu, merci, vous avez fait votre travail.'' »

Mme Kinsman raconte que sa famille s'est lentement fait à l'idée qu'Andrew était mort. « Le 9 décembre, ma soeur Karen et moi cherchions encore, dit-elle, mais à ce point-là, nous cherchions son corps. Mais nous avions toujours ce très mince espoir qu'il allait revenir. »

Nicole Borthwick, une amie d'Andrew Kinsman qui faisait du bénévolat avec lui à la banque alimentaire, a aidé à organiser les recherches après sa disparition. Elle s'est sentie « vraiment soulagée » en apprenant la nouvelle, mais elle croit qu'elle pourra vivre son deuil seulement quand le corps de son ami sera retrouvé.

D'autres disparitions

Entre 2010 et 2012, trois autres hommes qui fréquentaient le quartier gai avaient également disparu.

Les policiers avaient lancé une enquête sur ces disparitions sans confirmer si elles étaient reliées. Ils avaient aussi organisé une rencontre publique en réponse aux inquiétudes montantes de la communauté.


=


Source : Radio Canada le 18 janvier 2018

marathon
Messages : 6849
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Les disparus du village gay de Toronto

Messagepar marathon » 30 janv. 2018, 13:31

Ce qu’on sait sur Bruce McArthur, accusé des meurtres de deux hommes gais

Le sexagénaire Bruce McArthur doit comparaître en cour à Toronto, vendredi matin, pour répondre à deux chefs d'accusation de meurtre prémédité.



Il est accusé d’avoir tué Andrew Kinsman, 49 ans, et Selim Esen, 44 ans, deux hommes gais qui étaient portés disparus depuis plusieurs mois.

La police pense qu’il pourrait y avoir d’autres victimes.


Qui est Bruce McArthur?
•Selon la police, l’homme de 66 ans était paysagiste et habitait en appartement dans une tour du quartier Thorncliffe dans l’est de Toronto. Il fréquentait le quartier gai et utilisait des applications de rencontre pour hommes, ajoutent les policiers. Il avait eu des relations sexuelles avec Andrew Kinsman, disent les enquêteurs. Ces derniers n’ont pas précisé si l’accusé connaissait aussi Selim Esen. En 2001, McArthur avait été condamné pour voies de fait ayant causé des lésions corporelles.

Pourquoi la police l’a-t-elle arrêté jeudi?
•Le détective Hank Idsinga dit que la police gardait « un œil » sur l’accusé depuis « plusieurs mois ». Un nouvel « élément de preuve » dont le détective Idsinga n’a pas voulu préciser la nature a mené à l’arrestation de Bruce McArthur, jeudi.

Est-il un tueur en série?
•C’était la grande crainte de la communauté gaie de Toronto, qui avait pressé la police l’an dernier de redoubler d’efforts, après la disparition mystérieuse d’une demi-douzaine d’hommes gais de la Ville Reine depuis 2010. La police pense que Bruce McArthur a tué d’autres personnes, en plus d’Andrew Kinsman et de Selim Esen. Mais le détective Hank Idsinga n’a pas utilisé personnellement l’étiquette de tueur en série, jeudi, pour décrire l’accusé. Il n’a pas voulu commenter non plus la façon dont McArthur aurait tué ses victimes.

Les corps des victimes ont-ils été retrouvés?
•Non, les policiers fouillent actuellement cinq propriétés liées à l'accusé; quatre à Toronto et une à Madoc, un secteur rural au nord de Belleville.

La police a-t-elle tardé à prendre les disparitions au sérieux?
•C’est la critique de la police souvent entendue dans le village gai de Toronto. De son côté, le maire John Tory admet que « certaines questions méritent des réponses », tout en disant que la police poursuit son enquête dans le dossier. Pour sa part, la soeur d'Andrew Kinsman, Patricia, dit que la police a « fait son travail ».




Source : Radio Canada le 19 janvier 2018

marathon
Messages : 6849
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Les disparus du village gay de Toronto

Messagepar marathon » 30 janv. 2018, 13:34

Bruce McArthur accusé des meurtres prémédités d'Andrew Kinsman et de Selim Esen



Bruce McArthur a comparu en cour à Toronto ce matin pour être formellement accusé des meurtres d'Andrew Kinsman et Selim Esen.



L'homme de 66 ans s'est brièvement présenté devant un juge. Il n'a pas présenté de plaidoyer. Il restera en détention jusqu'à sa prochaine comparution le 14 février.

Bruce McArthur, un paysagiste qui habite le quartier Thorncliffe Park, fait face à deux accusations de meurtre prémédité



Source : Radio Canada le 19 janvier 2018

marathon
Messages : 6849
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Les disparus du village gay de Toronto

Messagepar marathon » 30 janv. 2018, 13:38

Bruce McArthur, un paysagiste de Toronto, pourrait être un tueur en série

Il est maintenant accusé du meurtre prémédité de cinq hommes disparus du quartier gai de la métropole.



Un jardinier-paysagiste Torontois est maintenant accusé du meurtre prémédité de cinq hommes disparus du quartier gai de la métropole.

Bruce McArthur avait jusqu'ici été accusé des meurtres de Selim Esen et d'Andrew Kinsman, et la police n'allait pas jusqu'à parler de "tueur en série".

Mais le sergent Hank Idsinga a indiqué, lundi matin, que M. McArthur est maintenant accusé aussi des meurtres de Majeed Kayhan, Soroush Marmudi et Dean Lisowick. La police croit par ailleurs qu'il pourrait y avoir d'autres victimes.



Les enquêteurs ont découvert des restes humains démembrés d'au moins trois hommes sur une propriété liée à l'accusé. Les ossements ont été retrouvés au fond de trois grands bacs à fleurs.


"Bruce McArthur est soupçonné par les enquêteurs d'avoir commis les cinq meurtres" et a été déféré à la justice, a indiqué M. Idsinga.


“C'est un tueur en série, un tueur en série présumé qui a pris des dispositions pour masquer ses traces.
—Hank Idsinga

À l'exception de l'une des cinq victimes, toutes avaient été portées disparues par leurs proches et l'enquête a été élargie à toutes les disparitions depuis 2010 dans la communauté homosexuelle de l'agglomération de la plus grande ville canadienne.

La plupart des homosexuels tués étaient originaires du Moyen-Orient, dans la quarantaine ou la cinquantaine, et au moins l'un d'entre eux avait eu une relation avec Bruce McArthur.

Par son métier, le meurtrier a eu accès à beaucoup d'espaces verts où des corps pourraient avoir été enterrés.

Les enquêteurs ont ciblé environ 30 jardins ou propriétés, dans divers endroits de Toronto, pour procéder à des fouilles et où "des personnes pourraient être ensevelies", a indiqué Hank Idsinga.

"Nous croyons qu'il y a plus (de victimes) mais je n'ai aucune idée combien il y en aura", a ajouté l'enquêteur.

"Nous devons découvrir ces victimes et les identifier" pour apporter des réponses aux familles des disparus, a-il dit en comptant pour cela sur les analyses ADN.



Source : Huffpost le 29 janvier 2018/

marathon
Messages : 6849
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Les disparus du village gay de Toronto

Messagepar marathon » 31 janv. 2018, 18:08

La maison aux « horreurs » liée au présumé tueur en série Bruce McArthur


http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/108 ... e-mcarthur

Karen Fraser et son mari n'ont pas remis les pieds dans leur domicile à Toronto depuis plus d'une semaine. La police continue à y chercher des indices après avoir trouvé des restes humains dans des bacs à fleurs de leur jardin.



Le couple avait donné la permission à Bruce McArthur, accusé maintenant des meurtres de cinq hommes, d’utiliser le garage de sa propriété du quartier Leaside pour entreposer son équipement de jardinier paysagiste.

En échange, l’homme de 66 ans tondait le gazon et amenait souvent des bacs à fleurs, a raconté Mme Fraser à CBC.


«S’il laissait les bacs de terre longtemps chez nous, il y mettait des plantes. Il les déménageait ailleurs lorsque l’un de ses clients en voulait un [pour son jardin].»


Les policiers ont identifié une trentaine d’anciens clients de McArthur et demandent à tous les résidents qui avaient fait affaire avec lui et qui n’ont pas été contactés par un enquêteur de communiquer avec eux, pour s’assurer que des restes humains n’aient pas été enfouis dans leur jardin.

Karen Fraser connaissait McArthur depuis près de 10 ans et n’arrivait pas à croire aux accusations contre lui lorsqu’il a été arrêté le 18 janvier.


«Vous devez comprendre. Il était gentil, aidant. Il faisait des bouquets pour nos oeuvres de charité.»

—Karen Fraser, Torontoise

Mme Fraser, qui passe maintenant ses nuits chez des amis, raconte qu’elle a de la difficulté à dormir. Elle ne cesse de penser aux victimes.

« La terreur, les horreurs, c’est ce qui me trouble », dit-elle.


Les policiers n'ont pas indiqué à Karen Fraser et à son mari quand ils pourraient rentrer chez eux.

Source Radio Canada le 30 janvier 2019

marathon
Messages : 6849
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Les disparus du village gay de Toronto

Messagepar marathon » 09 févr. 2018, 18:01

Tueur en série au Canada : les restes de six victimes retrouvés dans un jardin



Image
> Bruce McArthur, 66 ans, a multiplié les meurtres de personnes fréquentant le quartier gay de Toronto. 


Déjà inculpé pour les meurtres de cinq personnes homosexuelles, un jardinier-paysagiste canadien n’a semble-t-il pas encore révélé tous ses secrets.


De combien de meurtres s’est rendu coupable le jardinier canadien Bruce McArthur ? Déjà mis en examen pour le meurtre de deux personnes homosexuelles mi-janvier puis cinq, 15 jours plus tard, le « tueur en série » risque de voir sa peine s’alourdir.

La police de Toronto a annoncé jeudi que les restes de six corps ont été retrouvés au cours de fouilles engagées depuis dix jours dans une propriété dont disposait cet homme de 66 ans.

« Nous avons identifié une partie de ces restes de corps comme étant ceux » d'Andrew Kinsman, victime du tueur présumé Bruce McArthur, a précisé le policier Hank Idsinga lors d’une conférence de presse télévisée. Andrew Kinsman, 49 ans et porté disparu depuis juin, fréquentait lui aussi les milieux homosexuels de la ville et avait eu une liaison avec Bruce McArthur.


Il enterrait ses victimes chez ses clients

Le chantier d’identification se poursuit à partir des analyses ADN prélevées sur les restes et la police anticipe d'autres inculpations, selon le responsable de l'enquête.

Quant aux fouilles, elle se poursuivaient jeudi dans le jardin d'une maison dont les propriétaires avaient mis une dépendance à disposition de Bruce McArthur pour entreposer son matériel de jardinier-paysagiste. Les propriétaires pourront réintégrer leur maison mais ne pourront pas dans l'immédiat avoir accès à leur jardin toujours occupé par les matériels d'excavation.

Une trentaine de jardins et copropriétés pourraient être analysés. Fin janvier, la police avait qualifié McArthur de « tueur en série » et avait lancé un appel aux habitants de Toronto qui lui auraient confié l'entretien de leurs jardin et plate-bandes au cours des dernières années.

Une enquête qui s’élargit considérablement

Jeudi, la police a annoncé un élargissement de l'enquête avec les connexions éventuelles entre des disparitions ou des homicides dans les milieux homosexuels au gré des déplacements du meurtrier présumé dans d'autres provinces canadiennes et à l'étranger.

Les recherches des enquêteurs, selon Hank Idsinga, portent également « sur des ordinateurs, des téléphones portables et différentes applications en ligne ». « Nous avons délivré et allons délivrer des mandats » pour ces enquêtes auprès des fournisseurs de télécommunications, a-t-il ajouté.


Source : Le Parisien le 8 février 2018

marathon
Messages : 6849
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Les disparus du village gay de Toronto

Messagepar marathon » 09 mars 2018, 10:55

Canada : le tueur en série d'homosexuels cachait les corps dans des bacs à fleurs


La police a révélé la découverte des restes d'un septième corps.


Un tueur en série dans les milieux homosexuels de Toronto a profité de son emploi de jardinier-paysagiste pour enterrer les corps démembrés de ses victimes dans des bacs à fleurs, et la police a révélé lundi 5 mars la découverte des restes d'un septième corps.

Bruce McArthur, 66 ans, avait été arrêté mi-janvier et inculpé de la disparition et du meurtre de six hommes qui fréquentaient le "Village" à Toronto, le quartier de la communauté homosexuelle de la plus grande ville canadienne.





Un quartier que McArthur avait pourtant interdiction de fréquenter depuis 2001. Condamné alors pour des agressions d'homosexuels, le jardinier avait aussi été interdit d'entrer en contact avec des hommes prostitués.

Une trentaine de jardins ciblés

Au fil de l'enquête, la police a donc ciblé une trentaine de jardins pour lesquels McArthur avait eu des contrats d'entretien. Pour l'instant, des restes humains ont été découverts dans le jardin d'une maison dont les propriétaires avaient mis gracieusement une dépendance à disposition de Bruce McArthur pour entreposer son matériel de jardinage.

"Nous avons découvert les restes d'au moins sept victimes enfouis dans des jardinières saisies dans cette propriété", a déclaré lundi Hank Idsinga, responsable de l'enquête de la police de Toronto.

La police n'a pas formellement accusé McArthur de ce septième meurtre mais a diffusé une photo post-mortem afin d'obtenir l'aide du public pour son identification.

Des analyses d'ADN sont en cours pour tenter de faire des recoupements entre les restes d'humains découverts et d'autres victimes connues de Bruce McArthur, un processus qui pourrait prendre des mois, selon le chef de l'enquête.

Des dossiers de disparition d'homosexuels rouverts

Les meurtres remontent parfois à plusieurs années, comme pour Skandaraj Navaratnam, 40 ans, porté disparu depuis 2010 ou Soroush Mahmudi, 50 ans, dont les proches étaient sans nouvelle depuis près trois ans.

Bruce McArthur est également accusé d'avoir tué Andrew Kinsman, 49 ans, avec lequel il avait eu une longue liaison. Il est inculpé aussi des homicides de Dean Lisowick, Selim Esen et Majeed Kayhan, les deux premiers des quadragénaires, l'autre un quinquagénaire.

Pour l'instant, la police refuse de révéler le mode opératoire de Bruce McArthur. Difficile à déterminer, selon le médecin légiste de l'Ontario Michael Pollanen, en raison de "l'état de décomposition" des squelettes "démembrés".

Qualifié de "tueur en série" par les enquêteurs, le jardinier pourrait avoir fait d'autres victimes et des dossiers de disparition d'homosexuels ont été rouverts ces dernières semaines.

C'est en voyant un jeune homme pénétrer dans l'appartement du suspect que la police a décidé le 18 janvier de procéder immédiatement à son arrestation. Le jeune homme avait été retrouvé ligoté sur le lit de la chambre de McArthur.

Le tueur en série doit à nouveau comparaître dans une dizaine de jours au tribunal et pourrait alors se voir accuser de ce septième meurtre.

Source : L'Obs le 6 mars 2018


Retourner vers « Amérique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité