Double meurtre de Montigny-les-Metz : Francis Heaulme sera-t-il en état d'assister à son procès ?

Modérateur : marathon

marathon
Messages : 9293
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Double meurtre de Montigny-les-Metz : Francis Heaulme sera-t-il en état d'assister à son procès ?

Messagepar marathon » 31 oct. 2019, 10:36

Double meurtre de Montigny-lès-Metz : Chantal Beining, mère d'une des victimes, est décédée ce matin

Figure attachante de l’affaire du double meurtre de Montigny-lès-Metz qu’elle avait relancée, Chantal Beining est décédée ce matin. Elle avait mené avec courage son combat pour faire condamner Francis Heaulme pour le massacre de son fils Cyril et son copain Alexandre, en 1986. Elle n’a rien pu faire face à la maladie.

Chantal Beining, mère de Cyril, assassiné le 28 septembre 1986, avec le petit Alexandre Beckrich, à Montigny-lès-Metz, est décédée ce matin à l'hôpital.
Elle se disait apaisée. Après tout ce qu’elle avait vécu, cette émotion intense ressentie après la condamnation à la perpétuité de Francis Heaulme l’an dernier à Versailles, était sa victoire. Et sa revanche. Elle est partie ce matin avec ce poids en moins.

Après avoir souffert, beaucoup et longtemps, Chantal Beining avait gagné sa bataille judiciaire. Comme elle l’avait promis à « son Cyril ». Elle avait juré, sur sa tombe, qu’elle entreprendrait tout pour savoir qui se cachait derrière le massacre de Cyril et Alexandre Beckrich, un beau dimanche de septembre 1986, sur le talus SNCF de la rue Venizelos, à Montigny-lès-Metz. Ce petit bout de femme y avait mis toute sa détermination, et il en fallait beaucoup face à une justice longtemps sourde et insensible à ses demandes.

« Une affaire trop vieille » lui a lancé un juge

Chantal Beining était devenue la figure d’une affaire comme aucune autre pareille. Le visage du combat d’une mère qui voulait savoir qui avait fracassé son enfant à coups de pierre. Avec son avocate Dominique Boh-Petit, elle portait le dossier à bout de bras. Elle l’a relancé en 2008 quand tout le monde lui tournait le dos et que la justice aurait aimé refermer cette affaire "trop vieille", lui a asséné un jour un magistrat plein d’empathie. Elle a tenu bon malgré les non-lieux, les recours, les reports. Elle a souvent flanché et beaucoup pleuré mais n’a jamais abandonné. "On ne pouvait qu’aimer cette femme", soupire, attristée, Me Boh-Petit, qui était son conseil, sa confidente, son amie.

On ne pouvait qu’aimer cette femme de 76 ans qui ne se plaignait jamais. La maladie était pourtant son compagnon de route. L’an dernier, faible et fragile, Chantal Beining, n’aurait jamais dû assister au procès en appel de Francis Heaulme devant la cour d’assises des Yvelines. C’était mal connaître ce tempérament qui s’était attiré les regards et les attentions bienveillantes autour d’elle. Au Café du port ou dans le bus qui l’amenait chaque jour au centre-ville pour sa promenade, son histoire était connue et touchait, bien sûr. Chantal Beining, c’était aussi un humour fin, beaucoup de générosité même si elle n’avait pas grand-chose.

Chantal Beining est partie ce matin. « Et elle me manque déjà », pleure Dominique Boh-Petit.



Source : Le Républicain Lorrain le 30 octobre 2019

marathon
Messages : 9293
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Double meurtre de Montigny-les-Metz : Francis Heaulme sera-t-il en état d'assister à son procès ?

Messagepar marathon » 19 nov. 2019, 19:23

Double-meurtre de Montigny-lès-Metz : Francis Heaulme "n'avouera jamais, on peut pratiquement le dire"


Le psychologue Jean-Luc Ployé vient de sortir un livre, "L'approche du mal", où il raconte quelques-unes de ses expertises judiciaires menées pour les tribunaux. Il a notamment rencontré Francis Heaulme, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour le double-meurtre de Montigny-lès-Metz.

C'est un livre passionnant pour les amateurs de grandes affaires judiciaires qui vient de sortir, en octobre, chez Grasset : l'ouvrage s'appelle "L'approche du mal", de Jean-Luc Ployé, avec Mathieu Livoreil. Jean-Luc Ployé est psychologue, il a mené des milliers d'expertises pour les tribunaux français, il a participé à près de 1.000 procès d'assises, il a rencontré des tueurs en série comme Michel Fourniret ou encore l'adjudant-chef Chanal, ainsi que Francis Heaulme, le "routard du crime", condamné en 2018 à la réclusion criminelle à perpétuité pour le double-meurtre de Montigny-lès-Metz, celui des petits Cyril Beining et Alexandre Beckrich en 1986.

“Lorsque Francis Heaulme tue, il a une espèce de culpabilité qui se met en place immédiatement : un moment psychotique, puis un autre où il se dit 'mais qu'est-ce que je viens de faire' ?" - Jean-Luc Ployé, expert-psychologue”

Le chapitre qu'il lui consacre s'intitule "Cicatrices" : leur première rencontre remonte à 1993. "Je suis allé à la maison d'arrêt de Reims pour voir un autre détenu, raconte Jean-Luc Ployé. Je ne savais pas qui était Francis Heaulme. Il a retiré son maillot de corps lors d'une fouille, et j'ai remarqué qu'il avait des cicatrices pratiquement sur tout le torse." Il l'examine trois semaines plus tard : "je me suis rendu compte que ces cicatrices étaient en fait très importantes, dans son mode opératoire criminel. Lorsque Francis Heaulme tue, il a une espèce de culpabilité qui se met en place immédiatement : un moment psychotique, puis un autre où il se dit 'mais qu'est-ce que je viens de faire' ?"


“Vis à vis de sa famille, et notamment de sa sœur, qui l'a toujours accompagné, il ne peut pas avouer.”

Dans l'affaire du double-meurtre de Montigny-lès-Metz, Francis Heaulme n'a jamais avoué avoir tué Cyril et Alexandre. Pour Jean-Luc Ployé, même si on ne peut évidemment pas avoir de certitude, "il n'avouera jamais, on peut pratiquement le dire. Tout simplement parce que ce sont des enfants. Vis à vis de sa famille, et notamment de sa sœur, qui l'a toujours accompagné, il ne peut pas avouer."


“Francis Heaulme est totalement désorganisé. Les victimes - je m'en excuse auprès des familles - arrivent au mauvais moment, au mauvais endroit.”

"L'équation meurtrière, pour Francis Heaulme, est relativement simple, explique Jean-Luc Ployé. Une angoisse existentielle - certainement liée au décès de sa mère - il s'alcoolise, il met en place une errance psychotique, et à ce moment-là, une pulsion meurtrière émerge." Quand on lit le livre du psychologue, on est frappé par la différence entre le routard du crime et un autre tueur en série, Michel Fourniret : "Celui-ci est un tueur en série organisé, méticuleux, on peut profiler très facilement les victimes, puisqu'il a un délire sur la virginité. Francis Heaulme, lui, est totalement désorganisé. Les victimes - je m'en excuse auprès des familles - arrivent au mauvais moment, au mauvais endroit."


“A un moment donné, il y a quand même un parasitage de la conscience.”

Francis Heaulme est donc sous le coup de "pulsions meurtrières" : est-ce pour autant qu'il aurait pu être jugé irresponsable pénalement ? "Il n'y a pas d'abolition du discernement, mais ça relève plutôt du champ psychiatrique, explique Jean-Luc Ployé, qui en sa qualité d'expert-psychologue, n'a pas eu à donner son avis sur cette question devant un tribunal. L’altération, en revanche, a été évoquée dans certains procès. A un moment donné, il y a quand même un parasitage de la conscience."

Source : France Bleu Lorraine Nord le 19 novembre 2019

PRESENTATION DU LIVRE DANS LE FORUM



L'approche du Mal, par Jean-Luc Ployé, avec Mathieu Livoreil, éd. Grasset.

viewtopic.php?f=19&t=4743


Retourner vers « Europe »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité