Gard : la mystérieuse affaire du squelette enterré près de Manduel

Modérateur : marathon

marathon
Messages : 6281
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Gard : la mystérieuse affaire du squelette enterré près de Manduel

Messagepar marathon » 18 août 2018, 18:46

Un homme se dénonce à Paris pour un meurtre qu'il aurait commis sur une femme il y a plusieurs années.

Gard : la mystérieuse affaire du squelette enterré près de Manduel


Le squelette sera analysé dans un labo de la gendarmerie.Le squelette sera analysé dans un labo de la gendarmerie.

Un squelette a été retrouvé cette semaine par les gendarmes de la section de recherches, enterré dans un trou de près de 3 m de profondeur. Une information judiciaire pour meurtre ouverte.


Les aveux d’un trentenaire, la semaine dernière à Paris, ont conduit à la découverte cette semaine d’un squelette enterré dans un trou de près de trois mètres de profondeur dans la campagne de Manduel (Gard). Le parquet de Nîmes a indiqué avoir ouvert ce vendredi une information judiciaire pour meurtre. Retour sur cette mystérieuse affaire qui a donné lieu vendredi à la désignation d’un juge d’instruction.


Tout commence par un homme qui franchit la porte du commissariat du Xe arrondissement de Paris, le 10 août vers 4 h du matin. L’homme veut faire des révélations aux policiers. "Il leur avoue que quelques années en arrière il a tué une femme et donne des indications précises sur le lieu où il a enterré le corps", indique une source proche de l’affaire.

Le trentenaire est immédiatement placé en garde à vue par des enquêteurs de la police judiciaire parisienne. Les premières vérifications permettent de crédibiliser la parole de ce suspect. Primo, il donne des éléments concrets. Secundo, il s’est livré spontanément à la police. Mais certaines de ses déclarations sont alambiquées. Il semble se tromper dans les dates du meurtre qui aurait été commis autour de 2014.


Trou dans les bois

L’homme est en proie à des troubles psychiques qui le conduiront en hôpital psychiatrique après ses auditions. Le dossier est transmis aux gendarmes de la section de recherches (SR) de Nîmes. Sous l’autorité du procureur Éric Maurel, les enquêteurs accumulent une série d’indices. Ils corroborent les aveux de ce jeune homme qui demeurait dans le Gard à Manduel (un village proche de Nîmes) avant de s’établir dans la région parisienne.

Gendarmes et magistrats veulent être certains de l’identité de la victime. Ils parviennent à l’établir. Mais cette personne n’a jamais été signalée comme disparue. Il s’agirait d’une dame d’une quarantaine d’années plutôt de petite taille et serait née en ex-Yougoslavie. De source non confirmée officiellement, elle aurait eu une proximité avec le milieu "prostitutionnel".

Selon les indications du suspect, les gendarmes de la SR et les techniciens en identification criminelle ont passé au peigne fin la zone où le corps était supposé être enterré. Assez vite, ils ont découvert le site. Il s’agirait d’un trou de près de trois mètres de profondeur "qui ressemble à un puits" situé dans une zone boisée.


Nous avons des concordances mais pas des certitudes. Il faut être prudent tant que les analyses scientifiques ne valident pas les éléments de l’enquête

Le cadavre était enseveli assez profondément "avec des morceaux de bois et d’autres objets au-dessus", a-t-on appris vendredi. Les investigations et les déclarations du trentenaire laissent penser que le suspect a creusé lui-même le trou sur une longue période... Les ossements, dont un crâne, ont été découverts, a indiqué Stanislas Vallat, le procureur adjoint de la République de Nîmes.

"Nous avons des concordances mais pas des certitudes. Il faut être prudent tant que les analyses scientifiques ne valident pas les éléments de l’enquête", tempère un proche du dossier.C’est à cela que l’UVTF et l’ONCT s’emploient.


Source : Midi Libre le 18 août 2018

Retourner vers « Europe »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité