Mort poignardé dans son camping-car

Modérateur : marathon

marathon
Messages : 10008
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Mort poignardé dans son camping-car

Messagepar marathon » 30 oct. 2016, 06:12

Mort poignardé dans son camping-car



Le drame s'est joué sur la place de la mairie de Bourbach-le-Haut, dans la vallée de Masevaux, vendredi soir vers 21 h 45. Un couple de jeunes retraités bas-rhinois, qui effectuait un séjour touristique dans le secteur, a été agressé par des individus qui après avoir frappé à la porte de leur véhicule stationné sur la place, leur ont réclamé cartes bancaires et argent.

La situation s'est envenimée et l'un des agresseurs a frappé à l'aide d'une arme blanche l'homme âgé de 63 ans. Les agresseurs (ils étaient au moins deux selon les premiers éléments en notre possession) ont pris la fuite, alors que la femme a immédiatement donné l'alerte en se rendant dans le bar situé juste à côté. La victime est Roland Faullimmel, originaire de Gries (67).


Les pompiers arrivés sur place et les premiers secours ont tenté de ranimer le blessé mais ce dernier est décédé durant son transfert vers l'hôpital.

Le maire de Bourbach-le-Haut, Joël Mansuy, s'est rendu sur place, rejoint par les gendarmes de Burnhaupt-le-Haut, la brigade de recherche d'Altkirch, la section cynophile. C'est la section de recherche de Strasbourg qui est en charge de l'enquête en flagrance ouverte par le parquet.


Source : L'Alsace le 29 octobre 2016

marathon
Messages : 10008
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Mort poignardé dans son camping-car

Messagepar marathon » 11 févr. 2017, 15:57

Haut-Rhin : les agresseurs du camping-cariste poignardé à Bourbach-le-Haut toujours recherchés

Un Bas-Rhinois de 63 ans, en vacances avec sa femme à Bourbach-le-Haut dans le Haut-Rhin, a été tué ce vendredi soir à l'arme blanche dans son camping-car par 2 hommes masqués venus réclamer de l'argent. C'est l'épouse qui a donné l'alerte, les gendarmes recherchent activement les deux assaillants.

Un retraité bas-rhinois, qui était en vacances avec son épouse dans le paisible village de Bourbach-le-Haut, 400 habitants et situé dans le Haut-Rhin, est mort. Cet homme de 63 ans a été poignardé à mort ce vendredi soir dans son camping-car, sous les yeux de sa femme qui a donné l'alerte, en se réfugiant dans le café voisin. Les pompiers dépêchés sur place ont pris en charge la victime, décédée pendant son transfert à l'hôpital. Les deux retraités étaient venus depuis la région d’Haguenau randonner sur les hauteurs du massif et faire quelques visites touristiques.


Le couple a eu affaire à deux individus grimés, qui ont tenté de leur dérober leurs cartes bancaires et leur argent. Le retraité, originaire de Gries près de Haguenau, dans le Bas-Rhin, a tenté de résister avant d'être frappé de plusieurs coups de couteau. Les agresseurs ont pris la fuite. Ils sont toujours activement recherchés.

Le camping-car était stationné sur l'emplacement réservé à ce genre de véhicules, un parking comprenant une dizaine de places. A Bourbach-le-Haut, il est situé sur la place de la mairie. Le camping-car de ces retraités était le seul sur place, la saison touchant à sa fin. Le maire du village, Joël Mansuy, est sous le choc :


D'habitude, en pleine saison, on a toujours quatre ou cinq camping-cars sur ce parking... Les agresseurs n'ont pas manqué d'audace, à mon avis, ils connaissent le secteur car on ne vient pas jusqu'ici par hasard.

"Je n'ai pas de mot pour nommer ça, c'est inqualifiable, ces agresseurs connaissent certainement le secteur."

Les gendarmes de Burnhaupt-Masevaux, épaulés par la section de recherche de Strasbourg, sont chargés de l'enquête ouverte par le parquet. Toute la journée de ce samedi, les gendarmes ont poursuivi la minutieuse inspection des lieux, ils ont également mené une enquête de voisinage à la recherche d’indices pour tenter de retrouver les agresseurs.


Source : France Bleu Alsace le 29 octobre 2016

marathon
Messages : 10008
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Mort poignardé dans son camping-car

Messagepar marathon » 11 févr. 2017, 15:59

Meurtre d'un camping-cariste à Bourbach-le-Haut : deux frères mis en examen

Deux suspects ont été interpellés et écroués dans le cadre de l'enquête sur la mort d'un retraité à Bourbach-le-Haut dans le Haut-Rhin en octobre 2016. L'homme avait été poignardé dans son camping-car par deux individus qui voulaient lui dérober de l'argent.

Trois mois après le meurtre d'un retraité à Bourbach-le-Haut (Haut-Rhin), deux suspects ont été interpellés mardi, a révélé ce jeudi après-midi Dominique Alzéari, le procureur de la République de Mulhouse. Les suspects sont deux frères, de 25 et 27 ans, qui habitent Masevaux. Ils ont été écroués et mis en examen pour extorsion de fonds accompagné de violences avec arme ayant entraîné la mort.


Les deux frères avaient besoin d'argent et n'ont dérobé que 110 euros

Les deux hommes ont expliqué qu'ils ont attaqué les touristes parce qu'ils avaient besoin d'argent. L'un est au chômage, l'autre intérimaire. Ils consommaient de l'alcool et de la drogue. 110 euros ont volé au couple de retraité. " Ils avaient repéré le camping car et ont décidé de détrousser tout simplement ses passagers. On a quand même un couple, dont le mari a été frappé à mort pour un peu plus de cent euros, c'est désespérant," a souligné Dominique Alzéari, le procureur de la République de Mulhouse.



Le retraité âgé de 63 ans, originaire de la région de Haguenau (Bas-Rhin) était en vacances avec son épouse dans le petit village de Bourbach-le-Haut. Il avait été poignardé à mort le vendredi 28 octobre dans son camping-car, sous les yeux de sa femme qui avait donné l'alerte, en se réfugiant dans le café voisin. La victime était décédée pendant son transfert à l'hôpital.

Une douzaine d'enquêteurs de la gendarmerie mobilisés

Sa femme avait expliqué avoir eu affaire à deux individus grimés, qui avaient tenté de leur dérober leurs cartes bancaires et leur argent. Le retraité avait résisté avant d'être frappé de plusieurs coups de couteau. Les agresseurs avaient pris la fuite. La gendarmerie avait lancé un appel à témoins.

Une douzaine d'enquêteurs de la gendarmerie a été mobilisée pendant trois mois sur l'affaire. Une centaine au total pour mener les investigations et les interpellations. "Au départ c'était un vrai défi d'avoir des éléments d'investigation sérieux, ça a été un vrai travail de fourmi," a précisé le colonel François Despres, commandant de la section de recherche de Strasbourg. C'est l'enquête de voisinage qui a permis de remonter jusqu'aux deux frères. Les armes utilisées, un pistolet à grenaille et un sabre, n'ont pas été retrouvées.


Source : France Bleu Alsace le 9 février 2017

marathon
Messages : 10008
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Mort poignardé dans son camping-car

Messagepar marathon » 14 janv. 2020, 18:14

Meurtre d’un camping-cariste à Bourbach-le-Haut pour 110 euros : ouverture du procès aux assises de Colmar

rères sont jugés à partir de ce lundi 10 décembre aux assises du Haut-Rhin à Colmar pour le meurtre d'un camping-cariste le 28 octobre 2016 à Bourbach-le-Haut.

Le 28 octobre 2016, Roland Faullummel, 63 ans, avait été tué à l'arme blanche alors qu'il se trouvait avec sa femme dans leur camping-car stationné sur une aire de service à Bourbach-le-Haut (Haut-Rhin). La victime avait été mortellement blessée à l'abdomen par un sabre. Les agresseurs en voulaient à l'argent du couple de retraités. Son épouse leur avait remis sous la contrainte une somme de 110 euros.


Haut-Rhin : Un homme tué à l'arme blanche dans son camping-carHaut-Rhin : Un homme tué à l'arme blanche dans son camping-car

L'enquête de gendarmerie avait permis l'interpellation de deux frères originaires de la vallée de Masevaux en février 2017. Les deux hommes, âgés aujourd'hui de 26 et 28 ans, avaient reconnu leur implication dans l'agression, lors de leur garde à vue. Leur procès pour extorsion de fonds avec violence ayant entraîné la mort a débuté ce lundi 10 décembre à la cour d'assises de Colmar. Ils encourent la réclusion criminelle à perpétuité. Le verdict est attendu jeudi.


Source : France 3 le 10 décembre 2018

marathon
Messages : 10008
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Mort poignardé dans son camping-car

Messagepar marathon » 14 janv. 2020, 18:18

Drame de Bourbach-le-Haut : 22 ans de réclusion

Les frères Dijoux ont été condamnés, ce jeudi, à 22 ans de réclusion criminelle avec une peine de sûreté des deux tiers. Deux ans de plus que les réquisitions du ministère public. L’un devrait faire appel, l’autre pas.


Si tout le monde a convenu qu’il n’y a aucun doute sur la culpabilité des frères Dijoux dans le meurtre d’un camping-cariste à Bourbach-le-Haut, la question portait sur le niveau de la peine. La cour d’assises du Haut-Rhin s’est prononcée, ce jeudi, pour 22 ans de réclusion criminelle pour chacun des deux accusés, avec une peine de sûreté des deux tiers. Deux ans de plus que les réquisitions du ministère public. Alexandre, l’aîné, a annoncé son intention de faire appel.

Une égalité de traitement que défendait notamment Me Thierry Moser, représentant des parties civiles : « Leur responsabilité est identique et ils ont une même dangerosité criminologique. » L’avocat a longuement évoqué la douleur de la famille de Roland Faullummel, décédé d’un coup de sabre à l’âge de 63 ans, et notamment celle de son épouse Marie-Thérèse. « Elle a le syndrome du survivant, cette culpabilité de vivre alors que l’autre est mort. » Il a déploré que sa cliente doive en plus « se justifier » du fait des « élucubrations stupides » des accusés qui « s’obstinent à nier l’évidence ».

Le représentant du ministère public François Brien met aussi les accusés « au même niveau. Alexandre a pensé l’action, Guillaume l’a suivi, ensemble ils ont commis l’irréparable. » En préambule, le magistrat a salué « le travail titanesque de la gendarmerie », rappelant qu’une cellule de douze enquêteurs avait été constituée pour résoudre l’affaire.

« La loi n’exige pas que la mort ait été voulue ; ce qui compte, c’est le résultat, pas l’intention »

Dans un réquisitoire très pédagogique, il a expliqué aux jurés ce qu’est « une extorsion avec violences ayant entraîné la mort », qualification retenue contre les accusés. « L’extorsion, ce n’est pas un vol. Dans un vol, l’auteur prend un objet, dans l’extorsion, il se le fait remettre », ici une somme de 110 €. Le substitut a indiqué aussi qu’en droit, les violences s’entendent au sens large, comprenant le fait de « pointer une arme même si ce n’est que pour impressionner ». Et, précision d’importance dans ce cas : « La loi n’exige pas que la mort ait été voulue ; ce qui compte, c’est le résultat, pas l’intention. »

Le débat est clos ; les faits constitués, ouvrant la voie d’une réclusion à perpétuité. La question de l’intention ne joue que pour la hauteur de la peine. Et pour lui, le coup de sabre « ne peut être que volontaire », contrairement à ce que prétend le porteur de l’arme, Guillaume Dijoux.

La défense a insisté sur les graves carences éducatives des deux frères. « Guillaume a commencé à boire à 11 ans ! », indique Me Rocolo ; « On peut se dire que c’est la tarte à la crème, mais c’est une réalité ! », a renchéri Me Loew pour le compte d’Alexandre.

La première est revenue sur les relations de « domination » entre les deux frères, l’impossibilité pour son client « de dire non ». Guillaume n’a « jamais voulu tuer », répète-t-elle ; « il n’a pas eu un geste actif, intentionnel. » L’avocate a souligné qu’après les faits, le jeune homme avait plongé. Son entourage l’a vu boire encore plus, s’isoler encore plus. « L’alcool pour anesthésier une douleur réelle qu’il ressentait face à la violence de ses actes. »

Me Loew a tenté de modifier l’image de son client, décrit par les experts comme manquant d’empathie. Il a exhumé des phrases de compassion de son client en garde à vue, devant le juge d’instruction. Rappelé aussi que le tout jeune garçon avait « vécu avec un père qu’il devait habiller, laver, nourrir jusqu’à le voir mourir ».

Il souligne que ce n’est pas Alexandre, mais Guillaume qui « devient impulsif quand il a bu. Sans Alexandre, Guillaume ne serait pas allé à Bourbach, mais sans Guillaume, Roland Faullummel serait encore vivant ! »

Les deux accusés ont présenté leurs « profondes » et « sincères » excuses à la famille. Alexandre a lu une lettre où il reconnaît que ce qu’il a fait est « terrible », que cela le hantera jusqu’à la fin de ses jours. Et a conclu qu’il voulait « aider la famille. Je serai toujours à votre disposition ».


Source : Dernières Nouvelles d 'Alsace le 14 décembre 2018

marathon
Messages : 10008
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Mort poignardé dans son camping-car

Messagepar marathon » 14 janv. 2020, 18:20

Deux frères rejugés en appel pour le meurtre d'un camping-cariste à Bourbach-le-Haut



Le procès des deux frères Dujoux sera rejugé en appel à partir de ce mardi, devant la cour d'assises du Bas-Rhin. Pour 110 euros, un camping-cariste avait été frappé mortellement, le 28 octobre 2016, à Bourbach-le-Haut. Ils ont été condamnés à 22 ans de réclusion criminelle en 2018 à Colmar.

A Strasbourg, la cour d'assises du Bas-Rhin examine à partir de ce mardi 14 janvier, le procès en appel d'Alexandre et Guillaume Dujoux.


Les deux frères avaient braqué un couple de touristes bas-rhinois dans leur camping-car à Bourbach-le-Haut, le 28 octobre 2016.

Le mari mort pour 110 euros

Cagoulés et armés, à la recherche d'argent, l'un avait un pistolet d'alarme, l'autre un sabre . Pour 110 euros, le mari Roland Faullummel, 63 ans, a été mortellement frappé à l'abdomen par l'arme blanche.

Lors de leur premier procès en décembre 2018, devant la cour d'assises du Haut-Rhin à Colmar, les deux frères ont été condamnés à 22 ans de réclusion criminelle avec des peines de sûreté des deux tiers. Ils avaient décidé de faire appel.

Le procès en appel doit durer 4 jours. Les deux frères âgés de 26 et 28 ans seront rejugés par la cour d'assises du Bas-Rhin à Strasbourg, pour vols avec violences ayant entraîné la mort.


Source : France Bleu Alsace le 14 janvier 2020

marathon
Messages : 10008
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Mort poignardé dans son camping-car

Messagepar marathon » 18 janv. 2020, 11:56

Deux frères condamnés en appel pour le meurtre au sabre d'un camping-cariste à Bourbach-le-Haut

Les deux frères qui avaient braqué un camping-car à Bourbach-le-Haut en 2016 ont été condamnés à 22 ans de prison en appel vendredi 17 janvier 2020. La cour d'assises d'appel du Bas-Rhin a confirmé le verdict prononcé en première instance. Ils avaient tué un retraité au sabre pour 110 euros.


22 ans de prison pour le meurtre d'un retraité lors d'un braquage. Vendredi 17 janvier 2020, la cour d'assises du Bas-Rhin à Strasbourg confirme le verdict prononcé en première instance à Colmar, mais elle l'a également assortie d'une période de sûreté des deux-tiers prononcée il y a un an, mais a ajouté un suivi socio-judiciaire de cinq ans, avec obligation de soins, de travail et d'indemniser les victimes pour deux frères aujourd'hui âgés de 28 et 30 ans. Le parquet, lui, avait demandé une aggravation d'un an supplémentaire, estimant que l'appel des deux frères avait ajouté de la souffrance pour la famille de la victime.

Un meurtre pour un butin de 110 euros

Le frère aîné, Alexandre, a reconnu avoir entraîné son frère, Guillaume, dans ce braquage pour obtenir 300 euros qu'il devait à sa compagne. C'est le dernier qui a porté les coups mortels.

Dans la soirée du 28 octobre 2016, armés d’un pistolet et d’un sabre, ils s’en étaient pris à un camping-cariste et à son épouse installés sur un parking de Bourbach-le-Haut près de Masevaux dans le Haut-Rhin. Le mari, Roland Faullummel, qui avait tenté de résister, avait reçu un coup de sabre à l'abdomen. Il est mort des suites de ses blessures.

Sous la menace d'une arme de poing, les deux agresseurs s'étaient ensuite fait remettre 110 euros par son épouse avant de prendre la fuite. La retraité était alors partie se réfugier dans une auberge voisine pour donner l'alerte.


Source : France Bleu Alsace le 18 janvier 2020


Retourner vers « Europe »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité