Une fille de 9 ans disparaît à 3h du matin lors d'un mariage

Modérateur : marathon

marathon
Messages : 10321
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Une fille de 9 ans disparaît à 3h du matin lors d'un mariage

Messagepar marathon » 07 sept. 2017, 19:01

Affaire Maëlys : une nouvelle incohérence dans les propos du suspect


Une nouvelle incohérence serait apparue dans les déclarations du trentenaire mis en examen et écroué pour enlèvement et séquestration d’un mineur de 15 ans.

Selon les informations du Dauphiné Libéré, la trace d’ADN de la fillette de 9 ans, mêlée à celui du suspect, a été retrouvée sur le commutateur d’éclairage de son Audi A3. Un bouton qui se trouve à gauche du volant.

Or, l’ex-militaire de Domessin a fini par reconnaître avoir "ouvert la porte avant passager et baissé le siège. Les enfants sont montés sur la banquette arrière, ont regardé si les chiens n'étaient pas dans le coffre. Puis il sont ressortis et tout le monde est rentré à nouveau dans la salle des fêtes".

Selon ses dires, la fillette a donc accédé à la banquette par la portière droite alors que le fameux bouton se trouve entre le volant et la portière gauche, côté conducteur.

Des comportementalistes ont observé le suspect

Des gendarmes comportementalistes apportent également leur concours à la cellule d'enquête mobilisée jour et nuit depuis la disparition de Maëlys. Selon nos informations, ces spécialistes sont notamment intervenus lors de la garde à vue du suspect.

"Leur mission est de décrypter, d'analyser la logique de certains suspects au profil psychologique complexe, de détecter certaines failles", explique une source de la gendarmerie.



Afin de faciliter ces recherches dans un milieu escarpé, un hélicoptère de la gendarmerie permet l’hélitreuillage des plongeurs. L'hélicoptère survole la zone des gorges à hauteur de la commune savoyarde de Saint-Béron, au bord de la rivière du Guiers.


Source : Le Dauphiné le 7 septembre2017

marathon
Messages : 10321
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Une fille de 9 ans disparaît à 3h du matin lors d'un mariage

Messagepar marathon » 08 sept. 2017, 17:42

Affaire Maëlys : le second enfant évoqué par le suspect n’existe pas

De source proche du dossier, le Dauphiné Libéré apprend ce matin que « l’enfant blondinet » que le suspect a évoqué au cours de sa garde à vue, affirmant que cet enfant était monté dans sa voiture en même temps que Maëlys, n’existe pas.

Au cours des premières auditions réalisées par les enquêteurs, les jours qui ont suivi la disparition de la fillette à Pont-de-Beauvoisin, aucun enfant n’avait spontanément parlé de cet épisode. Après les déclarations de l’ex-militaire, les enquêteurs ont bien entendu vérifié ses dires.

Il aurait été démontré que l’existence de cet enfant est une pure invention du trentenaire car aucun autre enfant n’est monté dans l’Audi A3 du suspect pour « voir si ses chiens étaient dans le coffre ».

« Le suspect a donc fait monter Maëlys seule dans sa voiture. Mais elle n’en est probablement jamais ressortie sur le parking de la salle des fêtes du mariage où était garée l’Audi », conclut une source proche du dossier.


Les Gendarmes du PGHM Savoie sont venus renforcer le PGHM Isère pour les recherches sur les falaises des Gorges de Chailles. Photo Le DL/ Thierry Guillot
Les Gendarmes du PGHM Savoie sont venus renforcer le PGHM Isère pour les recherches sur les falaises des Gorges de Chailles. Photo Le DL/ Thierry Guillot


Les recherches sur plusieurs terrains

Sur le terrain, les recherches se poursuivent pour retrouver Maëlys, pour découvrir un indice. Encore ce matin, les gorges de Chailles, à quelques kilomètres du domicile du suspect, sont explorées par les gendarmes.

Les militaires du PGHM, peloton de gendarmerie de haute montagne, ratissent les ravins, en rappel. C’est le troisième jour que les recherches se concentrent sur ce secteur escarpé, s’étendant sur les communes de Saint-Béron et Saint-Franc (Savoie).

Dans le même temps, les plongeurs des brigades nautiques d'Aix-les-Bains, de Valence et d'Evian-les-Bains continuent à sonder les eaux du Guiers mais également différents petits étangs sur la commune de Saint-Bueil.



Source : La Dépêche le 8 septembre 2017

marathon
Messages : 10321
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Une fille de 9 ans disparaît à 3h du matin lors d'un mariage

Messagepar marathon » 08 sept. 2017, 17:49

Le meurtrier de "L'Ange de la mort" Donald Harvey explique ses motivations...

... Dans plusieurs lettres, James D. Elliott, 43 ans, raconte son crime; "Je suis rentré dans la cellule de Donald Harvey que j'ai rencontré pour la première fois il y a quelques mois dans cette prison de Toledo. Je n'avais aucun problème conflictuel avec lui. Je l'ai tout de suite frappé à poings nus à trois ou quatre reprises et il est tombé évanoui sur le sol. Je lui ai ensuite sauté sept ou fois sur la tête. J'étais certain de sa mort en le quittant. Je voulais attirer l'attention sur la nourriture infâme que l'on nous sert lors des repas. Je l'avais déjà fait mais sans que celà ne change quoi que ce soit. En plus, j'ai grandi dans le Kentucky et certains de mes voisins sont des proches de victimes de Donald Harvey. C'était aussi un moyen de leur permettre de faire leur deuil."...

... James Elliott, qui n'a pas encore été jugé pour ce meurtre, est incarcéré jusqu'en mars 2043. Donald Harvey a avoué l'assassinat de 87 personnes dans différents hôpitaux. On le voit en photo avec moi lors de notre entretien filmé à la prison de Lebanon dans l'Ohio...

Source : Stéphane Bourgoin

marathon
Messages : 10321
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Une fille de 9 ans disparaît à 3h du matin lors d'un mariage

Messagepar marathon » 08 sept. 2017, 18:27

Charente-Maritime : ils enquêtent sous l'eau



Leurs homologues mènent actuellement les recherches pour trouver la petite Maëlys en Isère : en Charente-Maritime, les gendarmes de la brigade nautique sont les seuls à pouvoir faire des recherches et des prélèvements sous l'eau. Ils sont basés à La Rochelle et Royan.

Dans les feuilletons télé (et la vraie vie parfois), les meurtriers jettent à l'eau l'arme du crime pour faire disparaître les preuves. C'est inutile : les gendarmes de la communauté de Brigade nautique à La Rochelle et Royan sont capables de relever des empreintes ou de faire des prélèvements ADN sous l'eau. Le plus souvent, ils doivent chercher une arme, un corps ou un véhicule dans un milieu opaque (on ne voit quasiment rien sous l'eau).



Ils mènent ces investigations dans le cadre d'une enquête judiciaire : "les plongeurs de la gendarmerie sont capables de donner un résultat fiable à 100%. Nous venons pour essayer de faire progresser l'enquête... ouvrir ou fermer des portes", explique l'adjudant-chef Christophe Laferrière qui commande la Brigade nautique de la gendarmerie de Charente-Maritime."On ne voit strictement rien, tout se fait au toucher. On ne veut pas passer à côté de l'objet parce qu'une fois qu'on sera passé on dira que cette zone est faite."

Des techniques de recherches sous l'eau spécifiques à la gendarmerie


Sous l'eau, la visibilité est peu importante. Pour retrouver une arme par exemple, les plongeurs ont le choix entre plusieurs techniques, dont celle du carroyage. La zone est quadrillée et chaque carré est méthodiquement fouillé à la main. Une fois la zone "clarifiée" le quadrillage est déplacé. La mission des plongeurs de la brigade nautique est de retrouver l'objet ou de pouvoir certifié qu'il ne se trouve pas à cet endroit là.

Les gendarmes disposent des mêmes outils que sur terre (en version sous-marine) : caméras, appareils photos, écouvillons pour faire des prélèvements. Dès qu'un objet est découvert (ou un corps, ou un véhicule) : tout est systématiquement relevé sur la "scène de crime". Les gendarmes disposent de plaquettes immergeables sur lesquelles ils peuvent écrire.

Les gendarmes peuvent notifier leurs constatations par écrit sous l'eau -

Dans leur "alvéole" à la gendarmerie de Lagord, les plongeurs de la brigade nautique disposent du matériel nécessaire aux recherches et aux constatations - Radio France
Dans leur "alvéole" à la gendarmerie de Lagord, les plongeurs de la brigade nautique disposent du matériel nécessaire aux recherches et aux constatations © Radio France - Marie-Laurence Dalle

L'autre mission de la brigade nautique de la gendarmerie est de mener des contrôles en mer

Les recherches sous-marines représentent la moitié de l'activité de la Brigade nautique de la gendarmerie en Charente-Maritime sur l'année. Mais les gendarmes-plongeurs ont aussi une autre mission : mener des contrôles en mer. Ces contrôles ont lieu le plus souvent l'été.

L'hiver, ils se concentrent sur les professionnels : ostréiculteurs, pêcheurs, et vols d’huîtres à l'approche des fêtes de fin d'année. Il s'agit le plus souvent d'opération de sensibilisation et d'information : "en mer il y a très peu de gens qui fraudent, 98% de nos contrôles se terminent sans infraction", révèle l'adjudant-chef Christophe Laferrière.

Depuis l'instauration de l'état d'urgence, les gendarmes nautiques multiplient les patrouilles de sécurité en mer lors d’événements important (feu d'artifice du 14 juillet, festival Violon sur le Sable) pour éviter qu'une attaque ait lieu à partir de l'eau.

La communauté de brigade nautique de Charente-Maritime est composée de 10 sous officiers : cinq sont positionnés à La Rochelle, cinq à Royan. Quatre hommes sont en permanence plongée 7 jours sur 7.


Source : France Bleu La Rochelle

marathon
Messages : 10321
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Une fille de 9 ans disparaît à 3h du matin lors d'un mariage

Messagepar marathon » 08 sept. 2017, 18:32

Disparition de Maëlys : les gendarmes concentrent leurs recherches dans un secteur escarpé

Bientôt deux semaines après la disparition de Maëlys, 9 ans, au Pont-de-Beauvoisin (Isère), les gendarmes continuent de quadriller le secteur où la fillette aurait pu disparaître dans la nuit du 26 au 27 septembre. Les recherches se concentrent sur les gorges de Chailles, une zone très escarpée.

Bientôt deux semaines après la disparition de Maëlys, 9 ans, lors d'une fête de mariage au Pont-de-Beauvoisin (Isère) lors de la nuit du 26 au 27 août, les gendarmes continuent leurs recherches et concentrent leurs investigations dans un secteur très escarpé, les gorges de Chailles, une zone assez proche du lieu de la disparition. Par ailleurs, les enquêteurs tentent toujours de vérifier les dires du principal suspect de 34 ans, mis en examen et placé en détention provisoire dans le cadre de l'enquête.

Un secteur périlleux et escarpé

Les recherches, dans le cadre de l'enquête sur la disparition de Maëlys, se concentrent depuis mercredi 6 septembre sur le secteur des gorges de Chailles. Selon le commandant de gendarmerie de l'Isère, cette zone située au sud du Pont-de-Beauvoisin (Isère) n'avait pas été inspectée à fond lors des premières investigations sur le terrain. Afin d'être exhaustifs, des gendarmes quadrillent donc ces espaces étroits où coule le Guiers, la rivière qui traverse le Pont-de-Beauvoisin et qui sépare les départements de l'Isère et de la Savoie.

Huit gendarmes du Peloton de gendarmerie de haute-montagne (PGHM) de l'Isère sont mobilisés, ainsi que six venus de Savoie. Jeudi, un hélicoptère du PGHM a permis de déposer certains gendarmes à des endroits inaccessibles pour explorer notamment des parois. Aidés de plongeurs et de spéléologues, tous fouillent aussi le lit du Guiers, qui chemine au fond d'un canyon où se trouvent des cascades et falaises.

C'est le troisième jour de recherche dans ce secteur situé à une dizaine de kilomètres de Domessin (Savoie) et de la maison du suspect placé en détention provisoire depuis dimanche 3 septembre.


De nouveaux éléments après la perquisition ?

Parallèlement aux investigations sur le terrain, les enquêteurs sont toujours dans l'attente des analyses des "saisies conservatoires" effectuées mardi lors de la perquisition du domicile des parents du suspect, où vit ce dernier, à Domessin (Savoie). Selon le Parquet, les résultats de ces analyses pourraient être connus dans le week-end. Elles pourraient révéler de nouveaux éléments après les explications données par l'homme poursuivi pour "arrestation, enlèvement, séquestration ou détention arbitraire de mineur de 15 ans". Ce dernier a été placé en détention provisoire dimanche 3 septembre à la Maison d'arrêt de Grenoble-Varces.

Le petit garçon existe-t-il ?

Une trace ADN de Maëlys a bien été retrouvée au niveau du tableau de bord, sur l'allumage des phares, à gauche du volant de la voiture du suspect. Au cours de ses auditions, le suspect reconnaît avoir côtoyé la fillette durant le mariage, "avoir échangé un mot avec elle, comme ont pu le faire les autres personnes qui étaient présentes à cette soirée, mais sans plus", selon Maître Bernard Méraud, son avocat.

Il explique aussi que la fillette est montée dans son Audi A3 "avec un petit garçon, sur la banquette arrière, pour voir si ses chiens (ceux du suspect, ndlr) étaient dans le coffre", explique l'avocat. Les deux enfants seraient ensuite descendus de la voiture. Vendredi, le parquet de Grenoble, qui diligente l'enquête, n'était pas en mesure de confirmer l'arrêt des recherches concernant l'identification de ce garçonnet.

Sources : France Bleu Besançon, France Bleu Isère le 8 septembre 2017


marathon
Messages : 10321
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Une fille de 9 ans disparaît à 3h du matin lors d'un mariage

Messagepar marathon » 10 sept. 2017, 12:48

Maëlys toujours introuvable et un suspect qui nie l'avoir enlevée
Deux semaines après la disparition mystérieuse de Maëlys lors d'un mariage en Isère, la défense de l'ex-militaire suspecté de l'avoir enlevée ne convainc pas les enquêteurs mais la fillette de neuf ans demeure introuvable.


S'il reconnaît avoir été en contact avec l'enfant après son arrivée tardive à la noce fêtée le 26 août à Pont-de-Beauvoisin, une petite ville de 3.500 habitants, cet homme de 34 ans nie avoir été "acteur ou complice" de sa disparition.

L'étau s'est resserré depuis la découverte dans sa voiture d'une trace d'ADN appartenant à Maëlys, mêlé au sien, qui a conduit à le mettre en examen et à l'incarcérer dimanche dernier. Cet élément est venu s'ajouter à plusieurs éléments qui avaient conduit à l'interpeller. Mais pour chacun d'eux, le suspect a une explication, relayée par son avocat. Une défense qui n'a fait que renforcer les soupçons des gendarmes.

D'après l'ancien maître-chien engagé dans l'armée, la fillette serait montée lors de la soirée sur la banquette arrière de son Audi A3, en compagnie d'un petit garçon blond, tandis qu'il fumait une cigarette. Les deux enfants auraient voulu voir si ses chiens, dont il leur aurait parlé auparavant, étaient dans le coffre, avant de ressortir et de retourner dans la salle des fêtes. De quoi justifier la trace ADN? Les investigations, depuis, n'ont pas permis de confirmer cette version parmi les enfants présents au mariage pouvant correspondre au petit garçon, selon une source proche du dossier.

Des analyses déterminantes
"Mon client a déclaré qu'il y avait un enfant avec la petite fille quand ils sont montés dans sa voiture. Je crois avoir vu qu'il y avait au mariage un petit enfant blond. Quand on dit qu'il n'existe pas, moi, je ne suis pas convaincu", a déclaré samedi à l'AFP Me Bernard Méraud, avocat du suspect. "Il a eu l'occasion d'être en contact avec Maëlys mais comme des dizaines de personnes. On peut aussi être dans un cas de transfert d'ADN", a-t-il ajouté.

Les gendarmes s'interrogent aussi sur l'aller-retour d'une heure effectué par le suspect, la nuit de la disparition, jusqu'au domicile de ses parents, où il vit, pour changer son short tâché de vin rouge - tellement qu'il l'aurait jeté à la poubelle, selon ses dires. Lors d'une journée de perquisition dans cette maison de Domessin en Savoie, voisine de Pont-de-Beauvoisin, les enquêteurs n'ont pas retrouvé le vêtement. Ils ont cependant effectué de nombreux prélèvements en cours d'analyse. Les résultats s'annoncent déterminants pour la suite de l'affaire.

Les expertises portent notamment sur le matériel utilisé par le mis en cause pour nettoyer sa voiture, de près, dans les heures qui ont suivi la disparition, au motif qu'elle devait être vendue à un acquéreur - identifié. Face à cet autre fait troublant, les investigations s'intéressent à l'emploi du temps du suspect durant les jours qui ont précédé son arrestation, le 31 août.

Des affaires 'complexes'
D'autres zones d'ombre viennent fragiliser sa position. Comme ses griffures sur un bras et un genou, survenues selon ses dires en taillant des framboisiers quelques jours avant le mariage, alors qu'il n'aurait pas l'habitude de jardiner. Ces griffures ne peuvent en tout cas avoir été "causées par un ongle", soutient l'avocat. Enfin, pourquoi avoir fait des mystères sur ses deux téléphones portables, dont un aurait "dysfonctionné" cette nuit-là? Reste qu'en l'absence de corps et de scène de crime, les affaires de disparition sont "les plus complexes à traiter", comme l'a souligné à l'AFP un haut responsable policier au début de l'affaire.

Depuis deux semaines, la région a été passée au peigne fin et les recherches n'ont pas cessé. L'inspection du Lac d'Aiguebelette, proche du domicile familial et où une seule zone - celle où la famille possède un bateau - a été sondée, doit s'approfondir ce dimanche, et les fouilles des gorges de Chailles se poursuivre lundi.

Source : AFP le 10 septembre 2017

marathon
Messages : 10321
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Une fille de 9 ans disparaît à 3h du matin lors d'un mariage

Messagepar marathon » 10 sept. 2017, 12:50

Les parents de Maëlys sortent du silence
Un suspect au comportement "étrange", qui "disparaît" avant l'arrivée des gendarmes: les parents de Maëlys, disparue il y a deux semaines au cours d'une fête de mariage en Isère, sont sortis dimanche de leur silence par l'intermédiaire de leur avocat.


Dans un entretien accordé au Dauphiné Libéré, Fabien Rajon, conseil des parents de la petite fille, a évoqué le "supplice" enduré par sa famille depuis deux semaines et livré leur version des faits.

Selon l'avocat, la mère de la fillette affirme que "dès qu'elle s'est rendue compte que Maëlys avait disparu, elle a immédiatement cherché sa fille bien sûr, mais aussi un homme dont le comportement pendant la soirée lui avait semblé étrange", a-t-il confié. Une intuition motivée semble-t-il par la proximité de l'ex-militaire avec sa fille au cours de la soirée.

Un peu plus tôt au cours de la soirée, l'enfant lui avait décrit cet homme comme son "copain" et l'avait présenté à un autre invité du mariage comme son "tonton". "Cet homme aurait discuté avec la petite Maëlys, montrant à la fillette et à sa mère des photos de ses chiens sur son téléphone. La maman est ensuite partie, laissant la conversation entre Maëlys et cet invité se poursuivre quelques minutes", détaille Me Rajon.

Selon la mère de la jeune fille, également passionnée par les chiens, l'ex-militaire n'avait ensuite pas semblé "spécialement concerné" par les recherches entamées cette nuit-là par l'ensemble des convives, "ni vraiment inquiet" de sa disparition, lorsqu'il a été aperçu dehors, à proximité de la salle des fêtes.

"À la différence d'autres affaires de disparition d'enfants, les enquêteurs semblent tenir une personne qui a visiblement des choses à dire", poursuit l'avocat. "Les parents se disent logiquement que cet homme détient les clés de l'affaire. Et dans la mesure où le temps presse, car il en va du devenir d'un enfant, ils invitent forcément le mis en examen à révéler enfin la vérité et en finir de l'attente insupportable qui leur est imposée", a-t-il conclu.


Source : AFP le 10 sêptembre 2017

marathon
Messages : 10321
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Une fille de 9 ans disparaît à 3h du matin lors d'un mariage

Messagepar marathon » 12 sept. 2017, 20:11

« Une attente insupportable, un vrai supplice » pour les parents de Maëlys

Dans un entretien exclusif, Maître Fabien Rajon, avocat des parents de Maëlys, lève le voile sur le quotidien d’une famille accablée, mais digne. Et qui conserve l’espoir de savoir ce qu’il est advenu de son enfant disparue depuis le dimanche 27 août lors d’un mariage à Pont-de-Beauvoisin (Isère).


Maître Rajon, vous rencontrez, au quotidien, les parents de Maëlys. Comment vivent-ils depuis 15 jours ?

Leur vie se résume actuellement en un mot : l’attente. Une attente insupportable, un vrai supplice… Un climat pesant à la maison, aussi. Avec, à tout moment, la crainte d’un nouvel appel téléphonique des enquêteurs, d’une révélation dans les médias confirmant ce que l’on craint tous… Au fil des jours qui passent, le manque de sommeil, la fatigue et l’anxiété se font, également, de plus en plus présents.

Quel est leur état d’esprit aujourd’hui ?

Je tiens à souligner leur dignité. Les parents de Maëlys sont des gens de bien : humbles, discrets, qui n’ont jamais cherché à attirer l’attention et qui se sont construits par le travail. Le papa est technicien, la maman a repris ses études à 30 ans pour devenir infirmière, après des années à travailler comme ouvrière. Ils ont éduqué leurs deux filles avec des valeurs simples : le respect de l’autre et la politesse. Lorsque j’ai demandé à la maman s’ils avaient pu avoir des problèmes avec de quelconques gens, elle m’a confié, l’air un peu désolé, que ses chiens aboient souvent un peu trop fort et qu’elle s’en était excusé récemment auprès de ses voisins. Évidemment, rien ne les prédestinait à voir leur destin ainsi basculer. Mais ils font face, comme ils le peuvent.

Que savez-vous de cette enfant ? Pouvez-vous nous en dire plus sur elle, sur son caractère, ses passions ?


C’est une fillette de neuf ans qui préparait sa rentrée en CM1, qui pratiquait la natation et qui allait se mettre au football en septembre. Les parents m’ont décrit une fille joyeuse, pleine de vie, très attachée aux trois chiens de la famille. Ce point n’est d’ailleurs pas anodin. Elle n’a pas le profil d’une fugueuse. Pour beaucoup de gens, Maëlys, c’est une photo sur un avis de recherche. Pour les parents, évidemment, c’est autre chose qu’une simple photo…

Peuvent-ils préciser le déroulé des faits ? Quand et comment se sont-ils aperçus que leur fillette était introuvable ?

Les parents n’ont pas manqué de détailler la chronologie de la soirée aux enquêteurs. Vous me permettrez donc de respecter le secret de l’enquête et de l’instruction. Ce que je peux vous dire à ce stade, c’est qu’en fin de soirée, la maman s’aperçoit que Maëlys a disparu. Elle l’appelle, affolée, interpelle les invités du mariage, la cherche partout en vain, avec le papa. Un appel au micro du DJ est lancé et les gendarmes sont appelés en urgence, car la maman se pose, déjà à ce stade, des questions et craint le pire.

Quelles ont été leurs premières intuitions ?


La maman craint effectivement qu’il soit arrivé quelque chose de grave à Maëlys, à cet instant très précis. Oui, je peux vous le dire, sa première intuition, à cette heure de la soirée, c’est effectivement, hélas, un enlèvement. Ma cliente est affirmative et n’a pas, à ce jour, de doute. Elle m’affirme que dès qu’elle s’est rendu compte que Maëlys avait disparu, elle a immédiatement cherché sa fille bien sûr, mais aussi un homme dont le comportement pendant la soirée lui avait semblé étrange.

C’est-à-dire ?

Selon la maman, pendant la soirée, Maëlys lui a décrit cet homme comme son “copain” et l’aurait désigné comme son “tonton” à un invité du mariage. Cet homme aurait discuté avec la petite Maëlys, montrant à la fillette et à sa mère des photos de ses chiens sur son téléphone. La maman est ensuite partie, laissant la conversation entre Maëlys et cet invité se poursuivre quelques minutes. Autre fait troublant : la maman de Maëlys m’indique qu’au moment où, avec le papa et d’autres invités, elle recherche sa fille, elle tombe justement sur cet individu dehors. Ce dernier ne semblait pas spécialement concerné par les recherches, ni vraiment inquiet du sort de la fillette…

Certaines sources évoquent une discussion entre le papa de Maëlys et cet homme, concernant des vidéos qu’il aurait montrées à la fillette dans le courant de la soirée ? Pouvez-vous nous en dire davantage ?

Cette thèse ne correspond pas à la version du papa, avec lequel j’ai échangé. En revanche, il est bien question de photos montrées par cet homme, depuis son téléphone, à la petite Maëlys. Apparemment, un fond d’écran de téléphone comportant des photos de chiens. Cela inquiète les parents, qui savent que leur fille est passionnée par les animaux et, en particulier, par les chiens.

Cet homme, qui a été mis en examen récemment, était-il connu des parents de Maëlys ?

Non. Les parents de Maëlys ne le connaissaient pas.

Quel a été leur ressenti par rapport à cette mise en examen ?

Une mise en examen d’un suspect, assortie d’une ordonnance de placement en détention provisoire, après deux gardes à vue successives, cela ne signifie pas culpabilité. Les parents de Maëlys respectent la présomption d’innocence. Pour autant, à la différence d’autres affaires de disparition d’enfants, les enquêteurs semblent bien tenir une personne qui a visiblement des choses à dire… Et j’ajoute que le temps presse, dans la mesure où il ne s’agit pas simplement de résoudre une affaire et de renvoyer, éventuellement, un mis en examen devant une cour d’assises. Mais, en priorité, de savoir ce qu’il est advenu de Maëlys. C’est la raison pour laquelle les parents, qui ne souhaitaient pas communiquer jusqu’à présent, m’ont chargé de prendre la parole.

Comment les parents de Maëlys réagissent-ils face aux incohérences qui apparaissent dans les propos du mis en examen ?

Face à ces incohérences, la famille se forge une opinion : pourquoi l’ADN de Maëlys figure-t-il dans la voiture du mis en examen ? Pourquoi ce dernier disparaît des lieux, selon la maman, avant l’arrivée des gendarmes ? Quid de ses vêtements et notamment de son short, qui a disparu ? Que penser du lavage méticuleux de son véhicule par le suspect ? Pourquoi affirme-t-il que la fillette serait montée dans sa voiture avec un garçonnet blond, qui visiblement n’existe que dans son imagination ? Ajoutés au comportement étrange du suspect pendant la soirée, que me rapporte la maman, ces éléments, s’ils sont confirmés, sont pour le moins troublants. Les parents se disent logiquement que cet homme détient les clefs de l’affaire. Et dans la mesure où le temps presse, car il en va du devenir d’un enfant, ils invitent forcément le mis en examen à révéler enfin la vérité et à en finir de l’attente insupportable qui leur est imposée.

Comment sont-ils entourés lors de cette épreuve et par qui ?

Ils peuvent compter sur la famille, les amis. Ils tiennent à une certaine discrétion dans la tourmente de cette épreuve. Et s’ils parlent à travers moi, leur avocat, c’est bien parce qu’ils veulent savoir ce qui est arrivé à leur fille.

Depuis 15 jours, vos clients sont-ils retournés dans le Jura ? Leur fille aînée a-t-elle repris sa scolarité ?

Actuellement, ils vivent quelque part en Isère. La rentrée de l’aînée était prévue mardi dernier. Je ne peux vous en dire plus sur cette question, qui relève du respect de leur vie privée.

Comment passent-ils leurs journées ?

Ce matin, le temps était triste et pluvieux. Chez eux, dans la cuisine, la télévision était allumée, branchée sur les chaines infos, les cafés s’enchainaient. Et le téléphone n’est jamais loin.

Comment les parents de Maëlys ressentent-ils la mobilisation de la population, notamment sur le plan des recherches sur le terrain ?

Cela leur fait chaud au coeur. Cet élan de solidarité, ces gens venus de parfois très loin pour donner un coup de main, pour participer aux recherches, ces initiatives de la part des anciennes camarades de promo de l'école d'infirmière de la maman... Tout ça les aide à tenir et ils me chargent de remercier sincèrement tous ceux qui se mobilisent pour retrouver Maëlys et, en premier lieu, les enquêteurs.

Ont-ils été en contact avec d’autres familles d’enfants disparus ? Notamment avec le papa d’Estelle Mouzin ?


Pas à ma connaissance.

Vos clients ont fait appel à un medium. Pourquoi ?

Qui ne recourrait pas dans pareil cas désespéré à toutes les issues pour tenter de retrouver son enfant ? Je ne juge donc pas mes clients. Qui peut le faire d’ailleurs? En revanche, je les ai alertés quant au risque qu’ils soient approchés par des personnes mal intentionnées ou susceptibles d’abuser de leur fragilité, compte tenu notamment de la fatigue qui s’accumule. Cela semble, hélas, le cas en l’espèce. Ce personnage les a visiblement abusés, comme sont abusés beaucoup de gens mis en situation de vulnérabilité face à un drame ou à une épreuve. Je suis vigilant sur ce point et une plainte pénale pour abus de faiblesse n’est d’ailleurs pas exclue.

Ont-ils encore l’espoir de retrouver leur fille vivante ?

Objectivement, chaque jour passé sans Maëlys ajoute, hélas, au pessimisme. Mais ils gardent toujours un certain espoir… Lors de leurs dernières vacances, ils s’étaient rendus avec Maëlys à la basilique de Fatima, au Portugal. La fillette y avait brûlé un cierge. Ils se raccrochent péniblement à ce qu’ils peuvent.

Comment envisagent-ils la suite ?

Les parents de Maëlys vivent actuellement au jour le jour.


Source : Le Dauphiné le 10 septembre 2017

marathon
Messages : 10321
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Une fille de 9 ans disparaît à 3h du matin lors d'un mariage

Messagepar marathon » 12 sept. 2017, 20:14

Affaire Maëlys : deux sonars déployés sur le lac d'Aiguebelette


Image

16H50 : Les recherches se poursuivent cet après-midi dans le lac d’Aiguebelette pour tenter de retrouver la petitr Maëlys. Deux sonars ont été engagés mais de l’aveu même des gendarmes, les recherches devraient durer plusieurs jours vu la superficie du plan d’eau (5,45 km2) et dont la profondeur atteint 71 mètres.


Depuis ce matin, huit plongeurs appuyés par deux sonars sondent le lac d'Aiguebelette en Savoie. Les gendarmes travaillent depuis la rive est du lac.

Les sonars, venus de Suisse et de Strasbourg, peuvent repérer toute forme dans les plans d'eau très profonds. Celui d'Aiguebelette peut atteindre jusqu'à 71 mètres de profondeur.

Les recherches se poursuivent cet après-midi et demain à cet endroit où le principal suspect a ses habitudes.



Source : Le Dauphiné le 10 septembre 2017


VIDEO


http://www.ledauphine.com/savoie/2017/0 ... guebelette

marathon
Messages : 10321
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Une fille de 9 ans disparaît à 3h du matin lors d'un mariage

Messagepar marathon » 12 sept. 2017, 20:18

Affaire Maëlys : les recherches se poursuivent sur le lac d'Aiguebelette

Deux bateaux équipés de sonars et un bateau de plongeurs vont sonder le lac d'Aiguebelette toute la journée.



10h30 : Les recherches de la petite Maëlys ont repris. Deux bateaux équipés de sonars et un bateau de plongeurs vont sonder le lac d'Aiguebelette toute la journée. Les bateaux avec les sonars ont pris la direction des îles. Les plongeurs ont pris une autre direction.


14 h : Les recherches n'ont rien donné ce matin. Six plongeurs des brigades d'Aix-les-Bains et de Valence ont vérifié des échos repérés par les sonars dans le secteur de Saint-Alban-de-Montbel.

« Ils correspondent à des objets divers et variés, mais à aucun élément en relation avec l'enquête en cours », a indiqué le commandant de la Brigade nautique d'Aix-les-Bains Ludovic Wojcik. Sonars et plongeurs continuent à sonder le lac d'Aiguebelette. Ils vont inspecter les deux petites îles et élargir leurs recherches . Les trois quarts des eaux du lac devraient être fouillées à la fin de la journée.



Source : La Dépêche le 11 septembre 2017


Retourner vers « Europe »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités