Une fille de 9 ans disparaît à 3h du matin lors d'un mariage

Modérateur : marathon

marathon
Messages : 10008
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Une fille de 9 ans disparaît à 3h du matin lors d'un mariage

Messagepar marathon » 18 oct. 2019, 18:29

Nordahl Lelandais suspect dans une nouvelle affaire de meurtre

Les parents de Thomas Rauschkolb, mort en Savoie en 2015, ont déposé une plainte contre X afin de rouvrir l'enquête qui avait conclu à un accident. Selon eux, Nordahl Lelandais connaissait leur fils et pourrait être lié à sa mort.


Une nouvelle plainte qui vise Nordahl Lelandais a été déposée jeudi 17 octobre. Déjà suspect numéro un dans l'affaire du meurtre de la petite Maëlys et celui du caporal Noyer, il serait soupçonné d'avoir tué un jeune homme de 18 ans en 2015, en Savoie. Les parents de la victime le pensent en tout cas, et assurent que leur fils Thomas Rauschkolb fréquentait la même discothèque que Nordahl Lelandais.

La famille veut un exhumation du corps

Le corps de la victime a été retrouvé en décembre 2015, en bas d'un ravin. Il sortait d'un club après avoir fait la fête et était en état d'ébriété. La police avait conclu à un accident. La famille se bat depuis pour tenter de trouver la vérité, car l'endroit de sa mort se trouve à l'opposé de son domicile. "Il n'y serait jamais allé sans raison valable", expliquait le père dans un numéro de "Envoyé spécial" diffusé le 22 février 2018. Il demandait alors une exhumation du corps pour réaliser une autopsie.

Source : France Info le 17 octobre 2019

marathon
Messages : 10008
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Une fille de 9 ans disparaît à 3h du matin lors d'un mariage

Messagepar marathon » 18 oct. 2019, 18:35

«Pour ses parents, Thomas Rauschkolb fuyait quelqu’un, qui pouvait être Nordahl Lelandais»


Près de quatre ans après le décès de leur fils, les parents de Thomas Rauschkolb (lire ci-contre) veulent savoir ce qui lui est arrivé. Leur avocat, Maître Bernard Boulloud, a donc déposé mi-octobre une plainte contre X avec constitution de partie civile pour meurtre. Il nous explique sa démarche.


Thomas Rauschkolb a été retrouvé mort le 28 décembre 2015, sur les berges de la rivière le Sierroz, non loin d’une discothèque de Grésy-sur-Aix où il avait passé la soirée.


Pourquoi cette action en justice ?

Les parents m’avaient demandé de trouver une solution pour avoir accès au dossier parce que, eux, étaient convaincus que leur fils fuyait quelqu’un et que ça pouvait être Nordahl Lelandais, parce qu’on savait qu’il fréquentait la boîte. Ce qui a précipité le dépôt de la plainte, c’est les déclarations de cette fameuse Karine [dans le Parisien du 14/10, NDLR], qui est une ancienne compagne de Nordahl Lelandais. Elle a dit que, deux jours avant le décès de Thomas Rauschkolb, il y avait eu une rupture amoureuse entre elle et Lelandais et qu’il était particulièrement violent. Elle fait le rapprochement avec le dossier d’Arthur Noyer en disant qu’il s’est passé la même chose deux jours avant sa disparition.

On expose les indices que l’on a, on ne dit pas que c’est Lelandais. On dit bien que c’est une piste qu’il faut explorer et que, si les déclarations de cette Karine sont avérées, il faut ouvrir cette porte complètement.



Les parents ne croient pas à un accident. Pour quelles raisons ?

Il y a d’autres indices qui font qu’ils n’ont jamais cru à cette thèse. Entre le 26 et le 27 décembre, on est dans une région où il fait froid, Thomas Rauschkolb a quitté la boîte de nuit en laissant sa doudoune à l’intérieur des vestiaires. Et, il a couru dans le sens contraire de son domicile qui n’était qu’à quelques centaines de mètres. Visiblement, il fuyait quelqu’un. On n’a retrouvé qu’une seule chaussure et sa ceinture était accrochée à un grillage.

On voit bien qu’il a franchi deux obstacles : un portail en bois, qui est assez haut, et le grillage, qui est assez costaud, surmonté d’une clôture avec des piquets métalliques. Si l’on en croit les enquêteurs, il aurait franchi ce second obstacle et se serait retrouvé en contrebas, à 15 mètres à pic, au pied du Sierroz. Quand on voit les lieux, ça ressemble étrangement à ce qu’ont pu vivre Arthur Noyer et Maëlys. C’est quand même troublant.



En principe, quand on enlève la ceinture d’un pantalon dans la nature, c’est soit pour se défendre, soit parce qu’elle est restée accrochée parce qu’on a jeté le corps par-dessus cette clôture.

A quels éléments du dossier souhaitez-vous en particulier avoir accès ?

Je pourrais voir pourquoi il n’y a pas eu d’autopsie. Je fais confiance aux enquêteurs, s’ils n’en ont pas fait, c’est qu’ils avaient une bonne raison de ne pas en pratiquer. Mais, s’ils n’ont fait ça que de manière superficielle, c’est grave parce que des fractures liées à la chute, c’est une chose, mais il peut aussi y avoir des fractures internes qui sont liées à des coups.

Si l’on n’a pas poussé les investigations à ce niveau-là alors qu’il y a des doutes, ça va changer l’histoire. Les parents me l’ont demandé, même si ça leur fera mal, on sollicitera alors l’exhumation du corps pour faire pratiquer une autopsie. On ne pourra pas laisser cet enfant dans le cercueil sans connaître la manière dont il est décédé. Il faut avoir des certitudes, pas des soupçons.

Pour l’instant, vous déplorez un manque d’informations dans cette affaire ?

J’ai un dossier vide, on n’a rien. Les parents veulent être tenus informés, pas connaître le détail des investigations. Ils se battent comme des lions depuis quatre ans, ils essaient d’intéresser la presse. Il se trouve qu’au gré de la déclaration de cette Karine, on peut peut-être faire avancer les choses. Pour eux, c’est une lueur d’espoir importante.


Que va-t-il se passer maintenant?


L’avocat des parents de Thomas Rauschkolb a envoyé sa plainte par courrier mardi 15 octobre 2019 auprès du doyen des juges d’instruction de Chambéry. Il attend désormais de savoir si le juge demande le versement d’une somme d’argent, appelée consignation, qui peut être sollicitée comme une garantie de paiement d’une éventuelle amende future, au cas où la plainte s’avérerait abusive, sinon sera rendue à la fin de l’enquête. « J’ose espérer que la justice n’osera pas réclamer à Monsieur et Madame Rauschkolb une quelconque consignation », réagit Maître Boulloud. « Selon le montant, s’ils veulent et peuvent la payer, ils payeront. » Ensuite, la plainte serait transmise au parquet de Chambéry, qui devrait fournir ses observations au doyen des juges d’instructions. Il y aura alors une désignation d’un ou deux juges d’instruction pour reprendre les manettes de l’enquête sur la mort du jeune homme.


L’affaire avait été classée sans suite en 2017, puis relancée


Le Studio 54, où Thomas Rauschkolb avait passé sa dernière soirée, a aujourd’hui disparu. Il est remplacé par Le Pure, route des Bauges à Grésy-sur-Aix.

Thomas Rauschkolb, 18 ans, a été retrouvé mort le 28 décembre 2015, sur les berges de la rivière le Sierroz, non loin d’une discothèque de Grésy-sur-Aix, « Studio 54 » (elle a depuis fermé et été remplacée par « Le Pure »), où il avait passé la soirée. L’enquête menée à l’époque avait conduit à un classement sans suite de l’affaire pour mort accidentelle en 2017.

Une photo intrigante de Nordahl Lelandais

Mais, des investigations ont repris depuis. Parmi les nouveaux éléments, la diffusion d’une photo en mai 2019, obtenue par le père de Thomas Rauschkolb,où l’on aperçoit Nordahl Lelandais en 2012 dans la même boîte de nuit. Selon l’avocat de la famille, Maître Bernard Boulloud, « les enquêteurs ont rouvert avec le parquet l’information judiciaire qui avait été classée sans suite auparavant ».

Par ailleurs, selon le journal le Parisien, ce dossier fait partie des 40 affaires non-élucidées étudiées par la cellule Ariane de la gendarmerie, qui enquête sur le meurtrier présumé du caporal Arthur Noyer et de la petite Maëlys. Aujourd’hui, Nordahl Lelandais est mis en examen pour ces deux crimes, mais pas pour le décès de Thomas Rauschkolb.



Source : L 'Essor Savoyard le 17 octobre 2019

marathon
Messages : 10008
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Une fille de 9 ans disparaît à 3h du matin lors d'un mariage

Messagepar marathon » 24 oct. 2019, 18:15

Affaire Maëlys : l'avocat de Lelandais veut faire annuler un témoignage accablant

C'est un témoignage mettant gravement en cause Nordahl Lelandais, que son avocat veut faire disparaître du dossier Maëlys avant que son client ne soit renvoyé devant la cour d'assises de l'Isère.





Selon nos informations, Maitre Alain Jakubowicz, l'avocat de l'ancien militaire, va demander aujourd'hui aux magistrats de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Grenoble d'annuler les déclarations d'un ex-codétenu de Nordahl Lelandais qui a affirmé devant les juges que ce dernier lui avait avoué avoir violé la petite Maëlys. Ce que nie Lelandais, mis en examen pour le meurtre de la fillette en août 2017, depuis le début de l'affaire.

Avec cette requête en annulation, Maitre Jakubowicz, qui n’a pas souhaité s’exprimer, va donc tenter d’alléger les charges qui pèsent sur son client. Car ce témoignage, s'il était retenu par la justice, aggraverait sérieusement le cas de Nordahl Lelandais et pourrait avoir des effets dévastateurs sur les jurés lors du procès.

Un témoignage à charge


Fin 2018, le codétenu de Nordahl Lelandais alerte l'administration pénitentiaire. Il a des révélations à faire après avoir reçu, à la prison de Saint-Quentin-Fallavier (Isère), des confidences glaçantes de l'ancien militaire. Les juges instruisant l'affaire Maëlys sont informés. Ils décident d'entendre ce détenu



Source : RTL le 24 octobre 2019

marathon
Messages : 10008
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Une fille de 9 ans disparaît à 3h du matin lors d'un mariage

Messagepar marathon » 31 oct. 2019, 10:53

Meurtre de Maëlys : «J’ai paniqué comme si j’étais envoûté d’un démon, d’un diable», affirme Nordahl Lelandais

Nordahl Lelandais avait confié les contours de la disparition de Maëlys à l'un de ses codétenus.

La réponse concernant le témoignage accablant du codétenu de Nordahl Lelandais est attendue ce jeudi. La justice doit en effet, annuler ou non, ce témoignage évoquant des confidences de l'ancien militaire au sujet de la soirée où la petite Maëlys a été enlevée puis tuée. *


Ce jeudi 31 octobre, la Cour d’appel de Lyon doit rendre sa décision concernant l’annulation ou non du témoignage à charge contre Nordahl Lelandais, à la demande de son avocat.


En marge de cette décision judiciaire, BFM TV annonce avoir pu consulter une analyse psychologique versée au dossier d’instruction, que la défense cherche également à faire annuler. Toujours selon leurs informations, cette expertise se serait déroulée entre les mois de janvier et juin 2018.




Au total, le suspect s’est entretenu à cinq reprises durant deux heures avec une psychologue. Les journalistes ont pu consulter les 75 pages que compte le dossier. Nordahl Lelandais aurait assuré être « un zombie » le soir de l’enlèvement de Maëlys de Araujo : « Comme si c’était une entité qui s’emparait de moi. Comme dans un jeu vidéo. »


Après avoir reconnu le meurtre, il aurait déclaré : « C’est un monstre qui l’a tuée ! Ce n’est pas une personne. J’ai paniqué comme si j’étais envoûté d’un démon, d’un diable. J’ai eu l’impression que Maëlys voulait m’agresser, qu’elle me voulait du mal. »


Des arguments qui n’ont pas eu l’air de convaincre l’experte, qui voit en lui « une insensibilité morale et une imperméabilité au sentiment de culpabilité » doublée d’une « mythomanie constante ».


Source : La Dépêche le 31 octobre 2019

marathon
Messages : 10008
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Une fille de 9 ans disparaît à 3h du matin lors d'un mariage

Messagepar marathon » 31 oct. 2019, 19:13

Affaire Maëlys : la justice rejette la demande de l'avocat de Nordahl Lelandais qui voulait faire annuler une expertise et un témoignage accablants

Maître Alain Jakubowicz voulait notamment faire annuler le témoignage d'un codétenu. Ce dernier avait déclaré que Nordahl Lelandais lui avait confié avoir violé la fillette.

Le témoignage d'un ancien codétenu, qui affirmait que Nordahl Lelandais lui avait confié avoir violé Maëlys, ne sera pas retiré du dossier et reste donc valable aux yeux de la justice, a décidé jeudi 31 octobre la cour d'appel de Grenoble. En prenant cette décision, les juges rejettent donc la demande formulée par l'avocat de Nordahl Lelandais, maître Alain Jakubowicz.

Un ancien codétenu de la prison de Saint-Quentin-Fallavier (Isère) a affirmé
à l'administration pénitentiaire fin 2018, puis à un juge d'instruction, que Nordahl Lelandais lui avait révélé avoir violé la petite Maëlys, ce que nie l'ancien militaire.

Mis en examen pour "meurtre"

La cour d'appel a également validé l'expertise psychologique accablante pour l'ancien maître-chien, mais certains termes seront annulés, a précisé le parquet de Grenoble à franceinfo.

Elle a cependant annulé le réquisitoire supplétif délivré par le parquet qui demandait la mise en examen de Nordahl Lelandais pour "viol". "Le parquet étudie les conséquences à tirer de cet arrêt", explique-t-il. De son côté, l'avocat des parents de Maëlys demande la requalification des faits en "assassinat" et "viol" sur la fillette. Les juges d'instruction doivent rendre leur décision d'ici un mois.

Nordahl Lelandais maintient qu'il n'a commis aucune violence sexuelle et qu'il a frappé Maëlys sans l'intention de lui donner la mort. Il est mis en examen pour "meurtre" dans cette affaire. La fillette de 8 ans a disparu dans la nuit du 26 au 27 août 2017 lors d'une fête de mariage à Pont-de-Beauvoisin (Isère).



Source : France Info le 31 octobre 2019

marathon
Messages : 10008
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Une fille de 9 ans disparaît à 3h du matin lors d'un mariage

Messagepar marathon » 11 nov. 2019, 10:47

"J'étais tétanisé" : l'avocat de Lelandais se confie sur la reconstitution du meurtre de Maëlys


Dans son livre "Soit je gagne, soit j'apprends", à paraître le 14 novembre, l'avocat de Nordahl Lelandais, Me Alain Jakubowicz, se confie, entre autres, sur le dossier du meurtre de la petite Maëlys.

Dans son livre Soit je gagne, soit j'apprends (aux éditions Plon) à paraître le 14 novembre, et dont Midi Libre a publié quelques extraits (article payant) ce dimanche, l'avocat de Nordahl Lelandais, Me Alain Jakubowicz, revient sur son métier mais aussi se confie sur ses différentes affaires.

Il évoque notamment, dans cet ouvrage, sa rencontre avec Nordahl Lelandais, suspect numéro 1 dans l'affaire du meurtre de la petite Maëlys.

"Il m'est apparu comme une sorte de paumé, fruit de notre époque et de notre société. En dehors de sa passion pour les chiens et les motos, rien ne semblait l'intéresser, décrit Alain Jakubowicz dans son ouvrage. Je l'ai interrogé sur ses centres d'intérêt. Le désert, ou presque. (...) A 36 ans, il avait à peu près tout échoué."


Je n'imaginais pas qu'il fût possible de porter les coups avec une telle violence dans la position dans laquelle il se trouvait 
Me Alain Jakubowicz

L'avocat de 66 ans, ex-président de la Licra et qui est l’un des seuls à avoir participé aux trois procès historiques majeurs liés à l’Occupation (ceux de Klaus Barbie, de Paul Touvier et de Maurice Papon), revient aussi dans ce livre sur la reconstitution du meurtre de Maëlys.

"L'homme était devant nous. La petite fille remplacée par une grande poupée de chiffon. Tous les regards convergeaient vers l'habitacle de la voiture, cette Audi, seul témoin de ce qui s'était passé. Concentré, il savait ce qu'on attendait de lui. Il devait reproduire, le plus fidèlement possible, les gestes qui avaient été les siens dans ce véhicule à ce moment précis de la nuit. Ce à quoi nous assistâmes interloqua, j'en suis convaincu, tous ceux qui étaient présents. Pour ma part, je n'imaginais pas qu'il fût possible de porter les coups avec une telle violence dans la position dans laquelle il se trouvait", développe-t-il.


J'étais tétanisé

"L'audience aura, le moment venu, à dire comment et pourquoi. Pour l'heure, j'étais tétanisé. Je ne pouvais m'empêcher de penser aux parents de la fillette qui étaient à quelques mètres de moi" écrit-il encore.

J’ai passé des moments très difficiles avec ma conscience

L'avocat, interrogé par Midi Libre, explique que c'est "l'adrénaline" qui l'a poussé à accepter un tel dossier.

"Le rêve de tout avocat, c’est de faire acquitter un innocent quand tout l’accable. Être seul contre tous. Ce n’est pas très honorable, mais c’est humain. Lorsqu’on m’appelle pour prendre ce dossier, je suis convaincu que c’est la famille de l’enfant qui me demande. J’ai passé des moments très difficiles avec ma conscience, mais quand on est avocat, on ne refuse pas le dossier Lelandais", confie-t-il.



Source : Le Dauphiné le 10 novembre 2019

PRESENTATION DU LIVRE

Soit je gagne, soit j'apprends


Image


264 pages
Editeur : Plon (14 novembre 2019)
Langue : Français



Alain Jakubowicz a toujours voulu être avocat.
Défendre la veuve et l'orphelin, voilà ce qui l'exaltait. Pétri d'humanité, il a été partie civile dans les procès Barbie, Touvier, Papon. Il a écouté les récits poignants des rescapés des camps, il a plaidé contre les négationnistes, les profanateurs de cimetières et les extrémistes. Il a défendu les familles des victimes de la catastrophe du Mont-Blanc et de celle du vol Rio-Paris, il a servi de béquille à des femmes effritées par la vie, parce qu'il est convaincu que David peut triompher de Goliath et que, quelle que soit la technicité du dossier, le plus important reste l'humain.
Mais la vie d'avocat réserve parfois des surprises. L'appel, un soir, de l'un de ses anciens clients, était de celles-là. Il lui demandait de rencontrer les parents de Nordahl Lelandais, alors simplement suspecté d'avoir enlevé la jeune Maëlys.
Les suspects ont aussi une mère, une famille qui les aime et ne les imagine qu'innocents. Alain Jakubowicz les a rencontrés. Le dossier n'est plus le même aujourd'hui, et si les faits dont son client est accusé lui font horreur, ce ne sont pas les faits qu'il défend, mais l'homme. Alors il plaidera encore et encore. C'est cela le métier d'avocat dont il rêvait enfant.

marathon
Messages : 10008
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Une fille de 9 ans disparaît à 3h du matin lors d'un mariage

Messagepar marathon » 11 nov. 2019, 10:50

Le grand entretien avec Alain Jakubowicz : "On ne refuse pas le dossier Nordahl Lelandais"


L'avocat de Nordahl Lelandais publie un livre, qui sortira le 14 novembre ("Soit je gagne, soit j'apprends" aux éditions Plon), sur son métier et sur l'affaire qui est toujours en cours.


On voit rarement un avocat écrire un livre sur son propre client dans une affaire en cours. Pourquoi ce livre, dans lequel vous écrivez n’avoir "que des coups à prendre" ?


(Soupir…) C’est totalement inhabituel et anormal, je sais qu’on va me le reprocher, et je l’accepte bien volontiers de la part des gens qui auront lu le livre. Jusqu’à Nordahl Lelandais, je suis un avocat aimé et respecté, la plupart du temps du côté des victimes. Mais je suis le même avocat, le même homme, attaché aux mêmes valeurs et aux mêmes combats.

Mais vous êtes sur le fil du rasoir, entre le secret professionnel et celui de l’instruction ?



L’instruction a été faite par les médias et sur les médias et je ne fais aucune révélation. J’assume totalement ce que j’écris parce que je considère que c’est juste. Mon problème était bien sûr de ne pas nuire à mon client, c’eut été l’ignominie suprême de la part d’un avocat, et de ne pas donner le sentiment de l’idéaliser ou de l’humaniser. C’est un équilibre très compliqué.



Comment accepte-t-on un tel dossier ?



L’adrénaline. C’est terrible. Le rêve de tout avocat, c’est de faire acquitter un innocent quand tout l’accable. Être seul contre tous. Ce n’est pas très honorable, mais c’est humain. Lorsqu’on m’appelle pour prendre ce dossier, je suis convaincu que c’est la famille de l’enfant qui me demande. J’ai passé des moments très difficiles avec ma conscience, mais quand on est avocat, on ne refuse pas le dossier Lelandais.


"C’est une profession qui vous bouffe. Mais ce n’est pas qu’un métier. On vit, on respire avocat." À 66 ans, Me Alain Jakubowicz, inscrit au barreau de Lyon, fait partie des avocats français qui comptent, par leur professionnalisme et leur engagement.


"Le combat contre le racisme et l’antisémitisme, c’est ma vie", reconnaît celui qui fut président de la Licra et qui est l’un des seuls à avoir participé aux trois procès historiques majeurs liés à l’Occupation : ceux de Klaus Barbie, de Paul Touvier et de Maurice Papon.

Source : Midi Libre le 10 novembre 2019

marathon
Messages : 10008
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Une fille de 9 ans disparaît à 3h du matin lors d'un mariage

Messagepar marathon » 14 nov. 2019, 19:00

L'avocat de Nordahl Lelandais donne sa version dans un livre Me Alain Jacubowicz donne sa version du début de l'affaire Lelandais dans un livre à paraître ce jeudi aux éditions Plon. L'avocat y décrit un client "paumé", une instruction bafouée, mais aussi ses moments de doute. Il reconnaît avoir été "tétanisé" lors de la reconstitution de la mort de Maëlys.



Me Alain Jacubowicz donne sa version du début de l'affaire Lelandais dans un livre à paraître ce jeudi aux éditions Plon, intitulé Soit je gagne, soit j'apprends. Dans cet ouvrage l'avocat de 66 ans se confie sur les affaires les plus marquantes de sa carrière comme la tragédie du Mont-Blanc de 1999, le procès Barbie ou même l'affaire Benzema. Une grande partie du livre (plus de 70 pages) est toutefois consacrée à l'affaire Nordahl Lelandais.



Pourquoi accepter un tel dossier ?

C'est la question que beaucoup d'observateurs se posent : pourquoi l'avocat accepte de défendre Nordahl Lelandais ? Me Jacubowicz reconnaît qu'il y a eu débat au sein de son cabinet mais qu'au final c'est lui qui a décidé "à cause de l'adrénaline (...) C'est terrible. J'ai passé des moments difficiles avec ma conscience, mais quand on est avocat on ne refuse pas le dossier Lelandais".

Pensait-il que Nordahl Lelandais était innocent ?

Peut-être... En tous cas, Me Jacubowicz explique que jamais son client ne lui avoué sa culpabilité au début de l'affaire. Il se présentait "étranger à la disparition de Maëlys". L'avocat reconnaît que dans ce genre d'affaire (un enlèvement d'enfant), les deux mobiles possibles sont soit "une demande de rançon ou… Et comme il n’y avait pas de demande de rançon, ne restait que le ou… Sauf à me mentir à moi-même, je n’avais pas le droit d’occulter cette éventualité, même si Nordahl Lelandais clamait son innocence".

Comment se passe leur première rencontre... et les suivantes ?

L'avocat et son client se sont vus pour la première fois le 15 septembre 2017, au centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier en Isère. Me Jacubowicz décrit l'arrivée dans la petite salle d'un "homme massif, qui ressemblait aux photos diffusées par la presse, l’air d’abruti en moins". "Il avait l’air accablé, les yeux tombants". L'avocat décrira un client "paumé", "en dehors de sa passion pour les chiens et les motos, rien ne semblait l’intéresser. Je l’ai interrogé sur ses centres d’intérêt. Le désert, ou presque.".

L'avocat découvre aussi la vie d'un homme d'une trentaine d'années dont les "relations sociales se limitaient à la recherche de partenaires sexuelles sur les réseaux sociaux". Nordahl Lelandais et Alain Jacubowicz noueront une relation de client / avocat, respectueuse et humaine. L'avocat y décrit "une main sur l'épaule", les photos des parents de Lelandais dans la cellule, le meurtrier présumé qui reprend des études en prison.

Alain Jacubowicz se défend de voulant humaniser son client à quelques mois d'un procès dans l'affaire Maëlys (attendu pour 2020). "Ce n’est pas, non plus, une plaidoirie avant l’heure". Pourtant, beaucoup de passages de l'ouvrage peuvent le laisser penser.

Une violente critique des média... et de l'enquête du parquet

C'est quand il dénonce le procès de son client déjà fait dans les média que Me Jacubowicz est le plus cinglant. "Même s’il ne veut pas généraliser ». Il dénonce ceux que François Mitterrand avait déjà appelé "les chiens" lors de la mort de Pierre Bérégovoy. "Ce que je sais, c’est qu’ils aboient, et pour certains très fort. Il leur arrive même de mordre."

Comme souvent dans les affaires judiciaires, l'avocat s'insurge que des éléments de l'enquête se retrouvent dans la presse. « Il y en a assez du bal des faux culs du secret de l’instruction» qui ne s’impose pas aux journalistes (mais aux magistrats et avocats notamment) et notamment les chaînes d’info".

L'enquête dirigée par le parquet de Grenoble est aussi la cible des attaques de l'avocat. Il dénonce des erreurs de procédure qui justifient selon lui ses interventions télévisées et de faire mal. Très mal. Une instruction bafouée, mais aussi ses moments de doute. Il reconnaît avoir été "tétanisé" lors de la reconstitution de la mort de Maëlys.

Un avocat "tétanisé" face à la violence de son client

Dans certains passages de l'ouvrage, c'est l'émotion et l'incompréhension d'Alain Jacubowicz que l'on ressent. Par exemple, quand il comprend que son client est probablement coupable. Une trace de sang de Maëlys vient d'être découverte dans sa voiture. Et puis Nordahl Lelandais face aux preuves : "Il m’écouta, me regarda sans me voir, les yeux humides, le teint blafard. Il comprit que la partie était terminée et qu’il avait perdu".

Lors de la reconstitution de la mort de Maëlys, Me Jacubowicz reconnaît avoir été "tétanisé" . Son client frappe la poupée de chiffon qui représente la petite fille : "Je n’imaginais pas qu’il fût possible de porter des coups d’une telle violence dans la position dans laquelle il se trouvait". Et moi qu'est-ce que je faisais là ?".

La mort d'Arthur Noyer : il a failli refuser le dossier

Le dossier de trop. Il pouvait défendre Nordahl Lelandais seulement dans l'affaire de la mort de Maëlys. J’étais entré dans ce dossier avec la volonté de faire triompher la vérité, seul contre tous, mais celle-ci allait triompher de moi et je me retrouvais seul contre tous. Le roi était nu. Échec et mat. J’avais une seule envie, tout envoyer balader".

Il raconte une nouvelle rencontre "glaciale" avec son client. Nordahl Lelandais ne "semblait pas paniqué. Seulement abattu". L'avocat jouera ensuite un autre rôle qui devient le sien : celui de faire "accoucher" son client de la vérité. Face aux preuves, Nordahl Lelandais dira où se trouvent les corps d'Arthur Noyer et de Maëlys.

Les menaces et les insultes

Depuis qu'il défend Nordahl Lelandais, Me Jacubowicz est insulté sur les réseaux sociaux notamment : "Je vous souhaite le pire pour vous et votre famille", "Va mourir en enfer", "Vous êtes un monstre". Face à ça l'avocat assume dans son livre. Impossible aussi de ne pas y voir les premiers axes de sa ligne de défense : une enquête avec des erreurs, des média à charge, un accusé "paumé".

On retiendra quand même cette phrase : J’avais repensé au vieux principe naguère enseigné par les avocats pénalistes : « N’oublie jamais que ton pire ennemi, c’est ton client. » Alain Jakubowicz explique avoir informé Nordahl Lelandais de l'écriture du livre. Il a obtenu son accord.


Sources : , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu Isère le 13 novembre 2019

marathon
Messages : 10008
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Une fille de 9 ans disparaît à 3h du matin lors d'un mariage

Messagepar marathon » 22 nov. 2019, 19:06

Affaire Maëlys : des vols constatés sur la tombe de la jeune fille

- La mère de Maëlys a rapporté plusieurs vols sur la tombe de sa fille. Elle appelle les voleurs à ramener les objets disparus.


La famille de Maëlys a constaté, ces dernières semaines, des vols sur la tombe de la petite fille, tuée le 27 août 2017. Cette tombe se trouve dans le cimetière de la Tour-du-Pin, en Isère.

La mère de Maëlys, Jennifer, a indiqué que la statue d’un ange, qu’elle avait déposée pour commémorer le deuxième anniversaire de la mort de son enfant, avait disparu. Un grand traumatisme pour elle, qui se dit "scandalisée".

La maman n’a pas voulu s’exprimer directement par le biais d’une interview, mais par l’intermédiaire de RTL : elle demande au voleur de ramener la statue sur la tombe de sa fille.


Des pots de chrysanthèmes déposés sur la tombe par la grand-mère de la petite-fille pour marquer le 11e anniversaire de sa petite fille, ont également été volés. Ces vols ne sont pas le fait du hasard. La tombe de Maëlys est, en effet, parfaitement identifiable, notamment grâce aux photos de la petite fille disposées dessus.

Selon nos informations, la mère de Maëlys va déposer plainte pour vol.


Source : RTL le 22 novembre 2019

marathon
Messages : 10008
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Une fille de 9 ans disparaît à 3h du matin lors d'un mariage

Messagepar marathon » 03 janv. 2020, 17:05

En 2020, Nordahl Lelandais sera-t-il jugé cette année ?

Y aura-t-il un procès Nordahl Lelandais cette année, voire les deux procès ? L'ancien militaire est poursuivi à Grenoble pour l'enlèvement et le meurtre de Maëlys, et à Chambéry pour l'assassinat du caporal Arthur Noyer. Les deux dossiers sont à l'instruction depuis plus de deux ans.


Y aura-t-il un procès Nordahl Lelandais, voire les deux procès en 2020 ? L'ancien militaire est poursuivi par un juge de Grenoble pour l'enlèvement et le meurtre de Maëlys en août 2017, et par un juge de Chambéry pour l'assassinat du caporal Arthur Noyer en avril de la même année.



Aucune des deux cours d'appel de Grenoble ou de Chambéry ne souhaite répondre à la question d'un possible procès devant la cour d'assises cette année. L'idée d'un seul procès pour les deux affaires semble s'éloigner. Les parents d'Arthur Noyer y sont fermement opposés.

Un premier procès après la mort d'Arthur Noyer plus probable

Lequel des deux procès pourra se tenir en premier ? Là non plus par de réponse, sachant que le dossier de l'assassinat d'Arthur Noyer semble le plus avancé.

Les parties attendent les conclusions du juge d'instruction de Chambéry. Si elles arrivent en début d'année, un procès est possible à Chambéry à l'automne. A moins que le défenseur de Nordahl Lelandais ne conteste le renvoi en cour d'assises pour assassinat. Son client assurant qu'il s'agit d'un accident, après une bagarre et une chute, donc d'un meurtre. "Si l’ordonnance du juge est contesté, on repart pour un an de procédure", avertit l'avocat de parents d'Arthur Noyer Me Bernard Boulloud, pour qui le juge est allé au bout des investigations.

Les recours sont plus nombreux dans l'affaire Maëlys

A Grenoble, le juge d'instruction semble encore loin de rendre ses conclusions, indispensables pour un renvoi de Nordahl Lelandais devant la cour d'assises. Car les recours sont plus nombreux dans ce dossier : il y a le recours de la défense, qui a contesté en partie les conclusions des experts psychiatres, mais aussi le témoignage d'un ancien co-détenu de son client. Il a perdu cette bataille.

Il y a aussi le recours des parents de Maëlys qui veulent que Nordahl Lelandais soit mis en examen pour viol et assassinat, et non plus pour enlèvement et meurtre. Même demande du parquet général de Grenoble qui n'a pas obtenu gain de cause auprès de la chambre d’instruction de la cour d'appel et qui demande maintenant à la Cour de cassation d'arbitrer. L'enjeu est énorme pour Nordahl Lelandais, la peine encourue étant bien plus lourde, mais aussi pour son avocat. Les conclusions du juge d'instruction de Grenoble ne seront donc pas rendues tout de suite



Source : France Bleu Pays de Savoie le 3 janvier 2020


Retourner vers « Europe »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité