Paris : un automobiliste tué par un policier lors d’une course poursuite

Modérateur : marathon

marathon
Messages : 6119
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Paris : un automobiliste tué par un policier lors d’une course poursuite

Messagepar marathon » 17 août 2018, 11:09

Paris : un automobiliste tué par un policier lors d’une course poursuite

L'homme a pris la fuite lors d'un contrôle de police dans le 1er arrondissement de Paris. Un policier l'a poursuivi en scooter jusque dans le 9e où le fuyard aurait tenté de renverser le deux-roues. Le gardien de la paix a tiré et l'a tué. Il a été placé en garde à vue.


Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris après la mort d'un jeune homme de 26 ans, dans la nuit du mardi 14 au mercredi 15 août à Paris. Il a été abattu par un gardien de la paix de 23 ans qui a été placé en garde à vue.

Les faits se sont déroulés vers 23h. Le conducteur a refusé de se soumettre à un contrôle de police dans le 1er arrondissement de Paris. Le fonctionnaire a alors réquisitionné un scooter pour poursuivre le véhicule en fuite, selon une source policière.

La voiture s’est arrêtée dans le 9e arrondissement, rue Condorcet. Le policier est descendu du scooter pour intervenir, lorsque le conducteur a fait une marche arrière, en tentant de percuter le deux-roues, selon cette même source. Le policier a alors tiré sur le conducteur de la voiture, en le touchant au thorax. La victime est morte, rapporte la préfecture de police de Paris


Le gardien de la paix, auteur du tir mortel, a été placé en garde à vue du chef de "violences volontaires avec arme et par personne dépositaire de l’autorité publique ayant entraîné la mort, sans intention de la donner", a appris franceinfo de source judiciaire. Il était toujours entendu, mercredi à 16 heures.

Par ailleurs, la victime était déjà impliquée dans une procédure pour "conduite malgré une annulation de permis" de conduire et "refus d'obtempérer", a indiqué une source judiciaire à franceinfo. Le 1er DPJ, District de police judiciaire, et l’IGPN sont chargés d’éclaircir les circonstances du décès de ce jeune automobiliste.


Source : France Info le 15 août 2018

marathon
Messages : 6119
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Paris : un automobiliste tué par un policier lors d’une course poursuite

Messagepar marathon » 17 août 2018, 11:11

Ce que l'on sait de la mort d'un conducteur lors d'une course-poursuite avec un policier à Paris

L'homme a été tué par un gardien de la paix, dans la nuit de mardi à mercredi, à l'issue d'une course-poursuite dans la capitale.

Un
Un automobiliste de 26 ans a été abattu par un gardien de la paix, à l'issue d'une course-poursuite dans Paris, dans la nuit du mardi 14 au mercredi 15 août. L'homme avait refusé de se soumettre à un contrôle de police dans le centre de la capitale. Après la mort du jeune homme, une enquête a été ouverte par le parquet de Paris et le policier a été placé en garde à vue. Franceinfo fait le point sur cette affaire.

Que s'est-il s'est passé ?

Il est environ 23 heures, dans la nuit de mardi à mercredi. Un automobiliste refuse de se soumettre à un contrôle de police, à proximité du quartier des Halles. La préfecture confirme à Libération que le contrôle a eu lieu boulevard Sébastopol. Le gardien de la paix réquisitionne alors un scooter pour suivre la voiture en fuite, indique une source judiciaire à franceinfo. Lorsque le véhicule s'arrête, rue Condorcet, dans le 9e arrondissement, le policier descend alors du scooter pour intervenir au moment où le conducteur fait marche arrière, tentant de percuter le deux-roues, selon cette source judiciaire. Le policier tire alors sur le conducteur de la voiture, en le touchant au thorax. La victime décédera de ses blessures.

Qui sont les personnes impliquées ?

La victime, un homme de 26 ans originaire de Draveil (Essonne), était déjà impliquée dans une procédure pour "conduite malgré une annulation de permis de conduire" et "refus d'obtempérer exposant autrui à un risque de mort ou d'infirmité", selon une source judiciaire interrogée par franceinfo. Selon une source proche du dossier, citée par l'Agence France Presse, l'homme conduisait sans permis de conduire. "Il devait le repasser. Quand j’ai appris pour son décès, je me suis écroulée. À cause de ce policier, j’ai perdu une partie de moi", explique l'une de ses sœurs dans 20 Minutes.

Selon Le Parisien, qui a rencontré la famille du conducteur, le père a déposé une plainte pour homicide, estimant que "dans la poursuite, le policier a mis la vie d'autres personnes en danger" et qu'il "pouvait relever la plaque d'immatriculation et venir chercher [son] fils à la maison".


”Pour nous, c'est une injustice, nous voulons savoir ce qui s'est passé.”
— L'une des sœurs de la victime
Le Parisien


Le gardien de la paix est quant à lui âgé de 23 ans. Il a reçu le soutien du syndicat Alliance et son responsable Ile-de-France, Loïc Lecouplier, interrogé par Le Parisien : "Il a pris une initiative, celle de réquisitionner le scooter. Ces situations de tension extrême sont de plus en plus fréquentes lors des contrôles. Certaines personnes, parce qu'elles sont ivres ou n'ont plus de permis, ne s'arrêtent plus et prennent la fuite, mettant en danger la vie de nos collègues et celle des autres."

Quelles suites pour l'enquête ?

Le parquet de Paris a ouvert une enquête. De son côté, le gardien de la paix a été placé en garde à vue, la nuit même, avant d'être mis en examen le 16 août pour "violences volontaires avec arme par personne dépositaire de l'autorité publique ayant entraîné la mort, sans intention de la donner". Le policier a été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction d'exercer ses fonctions de gardien de la paix, a annoncé le parquet.

L'enquête a été confiée à l'Inspection générale de la police nationale, la police des polices, ainsi qu'au premier district de police judiciaire. Les enquêteurs devront éclaircir les circonstances de la mort et ainsi déterminer si les sommations d'usage ont été faites au conducteur, et si la marche arrière de la voiture mettait en danger la vie d'une personne.


Source : France Info le 16 août 2018

marathon
Messages : 6119
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Paris : un automobiliste tué par un policier lors d’une course poursuite

Messagepar marathon » 17 août 2018, 11:17

"Police ! Fonce ! Fonce !" : un Parisien raconte comment son scooter a été réquisitionné par un agent en pleine rue

"On me demandait de prendre des risques, c’est ça que je n’ai pas compris", raconte à franceinfo un Parisien dont le scooter a été réquisitionné en mai dernier par un policier.


"Je croyais vraiment que ça n’arrivait qu’au cinéma", a raconté à franceinfo le rédacteur en chef du service police-justice de France Inter, Jean-Philippe Deniau, réquisitionné avec son scooter par un policier dans les rues parisiennes en mai dernier.

"Je n’étais pas dans une situation aussi dangereuse" que la personne qui a dû prendre sur son deux-roues le policier, auteur d’un tir mortel mardi 14 août dans le IXe arrondissement. "Je n’étais pas dans une course poursuite avec un véhicule potentiellement dangereux", a t-il poursuivi. Mais, malgré tout, Jean-Philippe Deniau raconte qu’il a dû griller des feux rouges et couper "la route d’un bus qui a dû piler" pour le laisser passer.

franceinfo : Que s'est-il passé le jour où vous avez été réquisitionné avec votre scooter ?

Jean-Philippe Deniau : Je circulais près de la gare de l’Est à Paris. J’étais arrêté à un feu rouge et j’ai vu un homme venir vers mon scooter en me disant "police, police !". À peine avais-je le temps de répondre qu’il était déjà assis sur le siège arrière de mon scooter, en amazone, ce qui déséquilibre le scooter. Et tout de suite, il m’a dit "fonce, fonce". Le feu était encore rouge. J’ai donc avancé dans la rue du Faubourg Saint-Martin, j’ai repris un couloir de bus à contresens. Je suis arrivé devant un second feu rouge, boulevard Magenta où il y a beaucoup de circulation. Le policier m’a dit "fonce, fonce". Je suis passé au feu rouge. Dans le flot de circulation, j’ai tourné à gauche au dernier moment et il me dit de prendre à gauche, puis une nouvelle fois à gauche et là, j’ai coupé la route d’un bus qui a dû piler pour me laisser passer. Je rappelle que mon scooter n’était pas du tout sérigraphié. Et quelques mètres plus loin, dans une rue qui menait vers le canal de l’Ourcq, le policier a sauté de mon scooter et est parti avec d’autres de ses collègues qui couraient dans la même direction.

Avez-vous douté de sa fonction de policier ?

Pas dans un premier instant, car l’ordre de foncer était tellement fort que je me suis exécuté. Mais très vite, je me suis dit que je n'avais vu aucun signe prouvant qu'il appartenait à la police. Je n’ai rien pour être sûr qu’il s’agit d’un policier. Après, on est pris dans une sorte de scène digne d’un film et on ne réfléchit plus et on avance. Après, ce qui est sûr c’est que j’ai eu peur à deux reprises, en traversant le boulevard Magenta en passant le feu rouge et surtout en coupant la route de ce bus. Et je pense que j’aurais arrêté l’expérience assez vite après, parce que je n’étais pas du tout en sécurité. Mon scooter basculait un peu sur la gauche du fait que le policier était assis en amazone.

Avez-vous eu des explications ?

Non et je n’ai pas cherché à savoir quel était le fait-divers que poursuivait ce soir-là cette équipe de policiers, près du canal de l’Ourcq. En tout cas, je n’étais pas dans une situation aussi dangereuse que le scooter de la nuit d’avant, parce que je n’étais pas dans une course poursuite avec un véhicule potentiellement dangereux. On me demandait de prendre des risques. C’est ça que je n’ai pas compris. Pourquoi on me demandait de prendre autant de risques alors qu’au total, on a dû faire même pas 500 mètres avec ce policier. On ne roulait pas non plus très vite. Et je pense qu’il a dû gagner quelques secondes sur une course qu’il aurait pu faire à pied.

Est-ce une pratique courante de se faire réquisitionner son véhicule sur demande de la police ?

Plusieurs policiers m’ont dit qu’effectivement, ça pouvait se faire. Souvent dans les grandes villes, ce sont des réquisitions de taxis qui se font le plus souvent, mais [un scooter], comme dans mon cas, c’est rare. Les policiers ont conscience qu’ils font courir un risque au chauffeur du scooter dont ils ne connaissent pas les facilités de conducteur, pour réaliser ce type d’opérations.

Source : France Info le 16 août 2018

marathon
Messages : 6119
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Paris : un automobiliste tué par un policier lors d’une course poursuite

Messagepar marathon » 17 août 2018, 11:20

Un gardien de la paix mis en examen après avoir tué par balle un automobiliste lors d'une course-poursuite à Paris


Le policier qui a tué par balle mardi un automobiliste qui fuyait un contrôle routier à Paris a été mis en examen, jeudi 16 août au soir, et placé sous contrôle judiciaire avec interdiction d'exercer ses fonctions de gardien de la paix, a annoncé le parquet.

A l'issue de sa garde à vue, le fonctionnaire de 23 ans a été mis en examen pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner par personne dépositaire de l'autorité publique". Le policier avait tiré après avoir pris en chasse la victime de 26 ans en montant à l'arrière du scooter d'un particulier.

La victime, originaire de Draveil (Essonne), était déjà impliquée dans une procédure pour "conduite malgré une annulation de permis de conduire" et "refus d'obtempérer exposant autrui à un risque de mort ou d'infirmité", selon une source judiciaire interrogée par franceinfo. Selon une source proche du dossier, citée par l'Agence France Presse, l'homme conduisait sans permis de conduire. Le gardien de la paix a reçu le soutien du syndicat Alliance et de son responsable Île-de-France.



Source : France Info le 16 août 2018


Retourner vers « Europe »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité