Le tueur en série toulousain Patrice Alègre va déposer une demande de libération conditionnelle

Les infos ou demandes d'infos sur les tueurs en série, c'est ici

Modérateur : marathon

marathon
Messages : 11149
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Le tueur en série toulousain Patrice Alègre va déposer une demande de libération conditionnelle

Messagepar marathon » 05 sept. 2019, 16:51

Le tueur en série toulousain Patrice Alègre va déposer une demande de libération conditionnelle

Patrice Alègre, reconnu coupable de cinq meurtres précédés de viols, s'apprête à déposer une demande de libération conditionnelle. La période de sûreté de 22 ans s'achève le 6 septembre.

Condamné à la perpétuité

Patrice Alègre avait été reconnu coupable de cinq meurtres, de viols et d’une tentative de meurtre.

Condamné à la réclusion criminelle à perpétuité en février 2002, la période de sûreté de 22 ans qui assortissait la sentence arrive à échéance le 6 septembre, puisqu’il avait été arrêté le 5 septembre 1997. Il est incarcéré à la centrale de Moulins-Yzeure, dans l'Allier.

Cette demande sera examinée par des experts psychiatres et la décision revient au tribunal d'application des peines.

"Cet homme a évolué"

Patrice Alègre a contacté son premier avocat, Me Pierre Alfort (Patrice Alègre avait ensuite choisi Gilbert Collard) il y a un mois et demi, par l'intermédiaire de sa compagne, une psychologue canadienne. Il lui a rendu visite récemment.

"Si le législateur a prévu une période de sûreté de 22 ans et pas de 30 ans, il est dans le cadre juridique pour déposer une demande à partir du 6 septembre, ce que nous allons faire", dit l'avocat.

Et que pense-t-il de son état ?

C'est un homme qui depuis 19 ans est suivi par des psychologues et des psychiatres. Je pense que cet homme a évolué. Est-il dangereux ? Les conclusions des experts nous le dirons. Il se considère apte à sortir, je respecte la loi et dépose sa demande.—Me Pierre Alfort

L'avocat explique que la compagne de Patrice Alègre, une psychologue canadienne, "est un soutien, qui va l'aider à préparer sa sortie, qui va l'héberger, l'aider à avoir un emploi. C'est quelqu'un susceptible de le stabiliser


Une psychologue canadienne amoureuse du tueur en série

Interpellé le 5 Septembre 1997, six mois après Guy Georges, le tueur de l'Est parisien, on découvre le parcours criminel de Patrice Alègre. Ce fils de CRS, yeux bleus, belle gueule, originaire de Saint-Génies-Bellevue près de Toulouse, est un prédateur . Les femmes qu'il approche, il les séduit d'abord, si elles résistent, il les viole, les étrangle, puis fait disparaître leurs corps. Il déjoue la police et la gendarmerie. Finalement condamné à la réclusion a perpétuité en 2002, les experts psychiatres le décrivent comme un pervers aux pulsion psychopathes. Et pourtant, cela n’empêche pas les femmes fascinées par son aura de lui écrire en prison. Une Montluçonnaise d'abord tombe amoureuse de lui, puis une psychologue canadienne de 40 ans. Elle abandonne tout pour s'installer en France. Le couple envisagerait d'avoir un enfant. C'est cette femme qui a déposé la demande de remise en liberté à son avocat. A-t-elle fait changer Patrice Alègre ? Est il toujours dangereux pour les autres ? C'est aux experts et aux magistrats du tribunal d'application des peines de le dire.


Source : France Bleu Occitanie le 30 août 2019

marathon
Messages : 11149
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Le tueur en série toulousain Patrice Alègre va déposer une demande de libération conditionnelle

Messagepar marathon » 05 sept. 2019, 16:58

Patrice Alègre : retour sur l'affaire qui a fait trembler Toulouse et sa région


Il y a 17 ans la Cour d'assises de Haute-Garonne condamnait à la perpétuité Patrice Alègre. L'homme originaire de Toulouse est reconnu coupable de 5 meurtres et de 6 viols. Mais malgré le procès, des zones d'ombres ont persisté dans cette affaire et ont nourri les plus folles rumeurs.

Patrice Alègre a été condamné en 2001 à la réclusion criminelle à perpétuité assortie de 22 ans de sûreté

Patrice Alègre va-t-il retrouver la liberté ? Alors que sa période de sûreté touche à sa fin, il a fait une demande auprès de son avocat pour sortir de prison après 22 ans passés derrière les barreaux.

La France a fait connaissance de cet homme à la carrure de rugbyman, aux yeux clairs et à la houppette, le 5 septembre 1997. Patrice Alègre, âgé alors de 29 ans, est arrêté à Châtenay-Malabry dans les Hauts-de-Seine pour plusieurs homicides. Face aux enquêteurs, il reconnait être l'auteur de cinq meurtres précédés ou suivis de viols et qu'il a abusé sexuellement d'une sixième victime.

Un procédé identique pour attirer ses victimes

L'homme à la belle gueule utilise à chaque fois le même procédé. Il utilise ses talents de séducteur pour mettre en confiance ses victimes. Mais au moment où elles lui résistent, il les tue.

La première victime de ce prédateur est Valérie Tariote. Elle travaille alors à la gare Matabiau à Toulouse et sympathise là-bas avec Patrice Alègre. Son corps sera retrouvé en février 1989 dans son appartement à Jolimont. Les enquêteurs classeront comme suicide l'affaire. Ce qui laissera le temps au tueur en série de récidiver une fois au début de l'année 1990, puis quatre fois en 1997.


Une cellule d'investigation créée pour trouver d'autres victimes

Mais lorsque Patrice Alègre avoue ces meurtres et viols, la chronologie interroge les enquêteurs. Ils sont persuadés qu'il y a d'autres victimes. Pourquoi a-t-il fait une pause de sept ans ? Une cellule d'investigation est alors mise en place, nommée "Homicide 31". Les dossiers de 191 morts suspectes dans le Sud-Ouest sont ressortis des cartons et analysés au peigne fin. L'implication potentielle du tueur semble se dessiner dans plusieurs autres affaires où il est mis en examen.
Lorsque son procès s'ouvre au début de l'année 2002 devant la Cour d'assises de Haute-Garonne, il est jugé pour les cinq meurtres, la tentative de meurtre et les six viols dont il a reconnu les faits. Le 21 février 2002, Patrice Alègre est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité assortie de 22 ans de sûreté.

L'affaire Baudis

Mais les enquêtes reprises par la cellule "Homicide 31" ne s'arrêtent pas pour autant. Et celle du meurtre de Line Galbardi, une jeune prostituée tuée en 1992 à Toulouse, pour laquelle Patrice Alègre est mis en examen, connait un incroyable rebondissement en 2003. Deux anciennes prostituées "Fanny" et "Patricia" font d'étonnantes révélations. Selon elles, plusieurs notables toulousains, dont Dominique Baudis ancien maire de la ville, alors patron du C.S.A., auraient participé à plusieurs reprises à des orgies sadomasochistes avec Patrice Alègre. Le scandale éclate. La presse relate les propos des deux prostituées qui vont plus loin.

Elles déclarent que lors de ces parties fines, certaines filles étaient mineures et qu'Alègre était protégé par des policiers et magistrats. Ces accusations seront confirmées à la télévision par un travesti toulousain de 23 ans, Djamel. Entre temps Dominique Baudis contre-attaque sur TF1 dans le journal de Claire Chazal où il dénonce une calomnie et une machination.

Patrice Alègre est, lui, entendu par les juges. Il confirme les déclarations des deux prostituées. Il reconnait même le meurtre de Line Galbardi et celui d'un travesti qui en aurait su trop. Et par la même occasion, il envoie une lettre à l'animateur de Canal + Karl Zéro pour tout raconter.

L'ancien maire de Toulouse blanchi

L'affaire fait la Une des journaux et suscite l'émoi de la société française pendant plusieurs mois. C'est la femme de Dominique Baudis qui va permettre de démonter les dires de "Fanny" et "Patricia". Déjà, les déclarations du jeune travesti Djamel avaient semé le trouble. Il s'était rétracté quelques jours après son passage à la télé, tout comme Patrice Alègre qui était revenu sur ses déclarations. Dans la presse, les premiers doutes apparaissent. Et finalement, Ysabel Baudis apportera, grâce aux agendas de son mari, la preuve que le récit des deux prostituées ne tient pas.

Il faudra attendre 2005 pour que l'affaire soit classée sans suite. Dominique Baudis est blanchi. "Fanny" et "Patricia" sont entre temps revenues sur leurs déclarations et ont fait machine arrière.

Pas d'autre meurtre confirmé

En 2008, un non-lieu est prononcé par le tribunal de grande instance de Toulouse pour quatre affaires dans lesquelles Patrice Alègre est soupçonné. Puis en 2012, le tueur en série est également reconnu non-coupable pour le meurtre de Line Galbardi, la prostituée au cœur de l'affaire Baudis.


Source : France Bleu Occitanie le 31 août 2019


Retourner vers « Tueurs en Série »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité