Les Fourniret bientôt de retour devant les assises

Les infos ou demandes d'infos sur les tueurs en série, c'est ici

Modérateur : marathon

marathon
Messages : 10305
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Les Fourniret bientôt de retour devant les assises

Messagepar marathon » 10 janv. 2020, 19:25

Affaire Fourniret : l'hallucinante sortie de Monique Olivier sur la femme de Marc Dutroux

Monique Olivier est une femme pleine de mystères. Alors qu'elle a protégé son ex-mari, Michel Fourniret, pour le meurtre d'Estelle Mouzin, elle a fait une déclaration complètement folle sur Michelle Dutroux.


Une nouvelle fois, la personnalité de Monique Olivier est questionnée. Selon les informations de Paris Match, l'ancienne femme de l'Ogre des Ardennes, qui a démonté son alibi concernant la disparition d'Estelle Mouzin, le 21 novembre 2019, est une femme très intelligente. D'ailleurs, c'est sans doute ça que ne supporte pas Michel Fourniret. En effet, elle a un QI de 131, qui est seulement atteint par 5% de la population, alors que Fourniret pointe à 124. Cependant, son intelligence ne l'empêche pas de faire des déclarations qui peuvent vraiment surprendre. Lors d'un entretien qu'elle a pu avoir avec le docteur Ployé, elle lui aurait confié qu'elle avait comme voisine de cellule, la femme de Marc Dutroux, Michelle Dutroux.



"Mais vous savez, je suis mieux qu'elle", lui aurait alors sorti Monique Olivier. "N'était-ce pas plutôt pour me dire qu'elle était pire ?", s'interroge alors le médecin qui assure qu'il faut toujours décoder ses propos ou ceux de Michel Fourniret. Les entretiens qu'il a pu avoir avec l'ancien couple ne l'ont pas laissé indemnes. Après avoir rendu son expertise sur Michel Fourniret et Monique Olivier, il n'a pu travailler pendant trois semaines tant il a été sonné par tout ce qu'il venait d'entendre et d'assimiler.

Monique Olivier "est un mollusque insaisissable, hébété, sans affect"

D'ailleurs, pour le psychiatre Daniel Zagury, qui s'est aussi intéressé au couple, lui serait le "tueur en série le plus abouti" que la France n'a jamais connu. De son côté, un policier résume son ex-femme comme étant "un mollusque insaisissable, hébété, sans affect". Aujourd'hui, Monique Olivier se dit libérée de toute l'emprise qu'elle a pu avoir de son ex-mari, Michel Fourniret. De le savoir mis en examen pour le meurtre de la jeune Estelle Mouzin, depuis le 27 novembre 2019, elle sait qu'elle a rendu service à une famille qui attendait la vérité depuis beaucoup trop longtemps.


Source : Closer le 10 janvier 2020

marathon
Messages : 10305
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Les Fourniret bientôt de retour devant les assises

Messagepar marathon » 11 janv. 2020, 12:30

Disparition d'Estelle : "Il y a de l'espoir mais il faut être extrêmement prudent", témoigne Éric Mouzin


"Il y a de l'espoir mais il faut être extrêmement prudent", témoigne Éric Mouzin


Comme chaque année, une marche en mémoire d'Estelle Mouzin est organisée à Guermantes, en Seine-et-Marne, ce samedi. Cette jeune fille a disparu en janvier 2003. Depuis la mise en examen de Michel Fourniret, Éric Mouzin, le père d'Estelle, s'exprime pour la première fois au micro de franceinfo.

Une nouvelle marche est organisée ce samedi à Guermantes, en Seine-et-Marne, en mémoire d'Estelle Mouzin, cette jeune fille disparue le 9 janvier 2003. Après la mise en examen de Michel Fourniret en novembre dernier, le père d'Estelle, Éric Mouzin, livre ses impressions au micro de franceinfo dans une interview. Pour lui, il faut être très prudent et attendre l'avancée de l'enquête.



"Il y a de l'espoir car il y a des éléments nouveaux dans l'enquête", détaille le père, "mais c'est surtout le moment de se retrouver tous ensemble et cette année plus particulièrement pour rendre une sorte d'hommage à l'association. Nous avons reçu un témoignage, sur l'adresse mail de l'association, qui a été transmis au juge chargé de l'enquête à l'époque, qui s'est révélé particulièrement intéressant. Cette personne a vu le mis en examen [Michel Fourniret] dans une station-service le jour, ou la veille, de l'enlèvement d'Estelle. Ce témoignage s'intègre parfaitement dans la liste des éléments de preuve".

De l'extrême prudence

Éric Mouzin revient ensuite sur le suspect, Michel Fourniret, qu'il n'appelle pas par son nom, mis en examen dans cette affaire. "Il est malheureusement trop tôt pour en tirer quelques conclusions que ce soit", constate le père d'Estelle. "Nous avons à faire à une personne tellement perverse et tellement en dehors de notre monde que ce n'est pas la prudence, c'est l'extrême prudence qu'il faut avoir par rapport à tout ce qu'il va se passer maintenant autour de ce personnage."

"Quand bien même il avouerait, je pense que ses aveux seront encore à prendre avec beaucoup de suspicion, il n'y a que des éléments matériels qui pourront être apportés par l'instruction et par les services d'enquête qui permettront de savoir si oui ou non il est concerné par l'enlèvement d'Estelle".


Dès le début, il y a eu une sorte d'évidence qui s'est manifesté, il y avait la possibilité de basculer dans la mort, de se couvrir de cendres et de crêpes noires, ou alors de privilégier la vie, Éric Mouzin

"Il fallait, envers et contre tout, que la vie continue"

Ça fait 17 ans que la famille tente d'avancer, de se reconstruire après la disparition d'Estelle, qui demeure encore une énigme. Éric Mouzin tient le coup. "Nous ne savons pas ce qui est arrivé à Estelle mais nous en avons quand-même malheureusement une petite idée, explique-t-il, surtout si c'est le mis en examen qui est à l'origine de sa disparition."

"Dès le début, il y a eu une sorte d'évidence qui s'est manifesté, il y avait la possibilité de basculer dans la mort, de se couvrir de cendres et de crêpes noires, ou alors de privilégier la vie. Nous étions, nous sommes, une famille reconstituée, il y avait donc quatre enfants à s'occuper, il fallait envers et contre tout que la vie continue et qu'ils vivent le mieux possible. Je ne dis pas qu'ils ne sont pas impactés, que ce n'est pas source de problème, que tout est rose, mais il fallait aller de l'avant et non pas basculer dans le néant et la mort."

La marche s'élancera donc à 15h30 depuis la place du Temps Perdu, avant un moment de recueillement autour de l'arbre du souvenir, un cerisier du Japon qui avait été planté en 2005 à l'endroit où Estelle a été vue pour la dernière fois. La chanson de Charlélie Couture "Estelle a disparu" sera également diffusée.


Source : France Bleu Paris le 11 janvier 2020

marathon
Messages : 10305
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Les Fourniret bientôt de retour devant les assises

Messagepar marathon » 23 janv. 2020, 18:37

Disparition d'Estelle Mouzin : Michel Fourniret accepte d'être « considéré comme coupable »

Selon les informations de 20 Minutes, le tueur en série Michel Fourniret a affirmé que la juge Sabine Khéris devait le « considérer comme coupable », même si ses souvenirs restent incertains.

Michel Fourniret continue de jouer avec les nerfs de la justice française. Le criminel brouille les pistes concernant l'affaire Estelle Mouzin.

La fillette est disparue en 2003 à Guermantes en Seine-et-Marne et le mystère reste entier sur l'identité de son ravisseur. Mis hors de cause en 2007 avant d'être finalement mis en examen le 27 novembre 2019 pour enlèvement et séquestration suivis de la mort de la jeune fille, Fourniret souffle le chaud et le froid sur sa potentielle responsabilité dans cette affaire.


20 Minutes est parvenu à accéder au procès-verbal où sont recueillis les échanges entre l'homme et la juge Sabine Khéris. Cette dernière a tenté de comprendre si le prisonnier était réellement à l'origine de la disparition d'Estelle Mouzin. « Il est possible que oui et il est possible que non », estime-t-il. « A l'âge que j'ai, je n'ai rien à craindre ni à perdre. Si cette petite avait croisé mon chemin, je vous le dirais [...] mais je n'en ai pas souvenance. Dans l'impossibilité où je suis de vous dire si je suis responsable de sa disparition [...] je vous exhorte à me considérer comme coupable, à me traiter comme coupable. »

C'est la stratégie pour laquelle a opté Michel Fourniret. Une récente expertise psychologique a fait état d'un « processus cérébral de nature dégénérative ». Sa mémoire lui joue des tours et il devient difficile de savoir s'il ne se souvient plus de ses actes où s'il joue avec les nerfs de la juge. « Ce n'est pas drôle de vieillir. Les neurones, ils foutent le camp », assure-t-il pourtant.

Cultiver le mystère pour respirer

Les suspicions qui pèsent autour de Michel Fourniret finissent par jouer en sa faveur. Enfermé et surveillé de près, ses allers-retours face à la juge lui permettent de s'évader le temps d'un interrogatoire. « Depuis presque 17 ans, les murs de sa cellule de 9m² constituent son seul horizon. Il faut comprendre que ces rendez-vous chez la juge sont autant de promenades pour lui. Et qu'il va tenter de les faire durer aussi longtemps que possible... », analyse une source proche du dossier à 20 Minutes.

C'est un véritable casse-tête pour Sabine Khéris. Parfois, le tueur en série semble retrouver la mémoire, comme au moment d'évoquer l'institutrice de son fils qu'il avait l'habitude de surnommer « Cul serré ». La juge tente alors de tester son interlocuteur en lui parlant de la naissance de sa petite-fille Léa en 2002 ou du pot de retraite de son ancien patron Georges Catoire en 2003. Tant de manières de prouver qu'il était en région parisienne au moment de la disparition. « Rien ne fait 'tilt' dans un sens ni dans un autre », répond le meurtrier.

Une nouvelle fois, l'affaire pourrait trouver un nouvel élan grâce à Monique Olivier, la compagne de l'époque de Michel Fourniret. En 2004, c'était déjà elle qui avait confessé les premiers crimes de son mari. Elle doit être de nouveau entendue vendredi 24 janvier. Selon Le Parisien, elle sera interrogée sur ses liens avec Milica P., une détenue à qui elle se serait confiée sur les agissements de son mari. « Monique Olivier est prête à collaborer. J'espère aussi qu'elle sera aussi capable de donner des éléments qui permettront de placer Michel Fourniret devant ses contradictions et de le pousser à avouer », déclare son avocat Me Richard Delgenes.



Source :6Medias le 23 janvier 2020


Ci-dessous l'article du journal 20 Minutes du 23 janvier 2020


« Ce n’est pas drôle de vieillir… », assure Fourniret

Âgé de 77 ans, Michel Fourniret est aujourd’hui touché par un « processus cérébral de nature dégénérative », selon une récente expertise psychologique. « Ce n’est pas drôle de vieillir. Les neurones, ils foutent le camp ! », précise-t-il à ce propos à la juge Khéris, chargée d’instruire à Paris l’enquête sur la disparition d’Estelle Mouzin.

Mais difficile de savoir si « l’Ogre des Ardennes » est vraiment affaibli ou s’il joue avec les nerfs des enquêteurs, comme il a toujours aimé le faire. « Depuis presque dix-sept ans, les murs de sa cellule de 9 m2 constituent son seul horizon, décrypte une source proche du dossier. Il faut comprendre que ces rendez-vous chez la juge sont autant de promenades pour lui. Et qu’il va tenter de les faire durer aussi longtemps que possible… »

« Cul serré », le surnom de la maîtresse d’école

Adepte, en prison, des parties d’échecs seul face au plateau, Michel Fourniret semble, cette fois, avoir trouvé une adversaire à sa mesure en la personne de Sabine Khéris. Remarquant que le suspect ne se rappelle plus l’endroit où il habitait à l’époque mais qu’il se souvient parfaitement de « Cul serré », le surnom qu’il donnait à l’institutrice de son fils, la juge n’hésite pas à lui demander s’il ne fait pas, volontairement, « le tri dans [ses] souvenirs ».

La réponse fuse : « Absolument pas. Ça crache comme ça vient ! Je joue franc jeu avec vous. C’est peut-être dommage car vous êtes une bonne joueuse. (…) Avec vous, les malotrus n’ont qu’à bien se tenir. » Relancé encore et encore sur la disparition d’Estelle Mouzin, il martèle : « Je nage, je n’y crois pas… Ça ne veut pas dire que je ne suis pas coupable mais ça ne fait pas "tilt" et il me semble que ça devrait faire "tilt". »


#Fourniret : Le 14 mars, il a expliqué que s'il n'avait plus de souvenirs précis d'Estelle Mouzin, c'est sans doute parce qu'il avait «le cul merdeux» à son sujet. Et que c'était là, selon lui, «un sujet à creuser».https://t.co/inRSF0o9gr
— Vincent Vantighem (@vvantighem) November 27, 2019
Les perches tendues par la magistrate sont, en tout cas, nombreuses. Elle lui parle d’abord du pot de retraite de Georges Catoire, son ancien patron, organisé début 2003. Puis de la naissance de sa petite-fille, Léa, en novembre 2002. Autant d’occasions pour Fourniret de revenir en région parisienne, au moment de la disparition d’Estelle Mouzin, alors qu’il vivait à l’époque en Belgique. Mais non… « Rien ne fait "tilt" ni dans un sens ni dans un autre », continue le tueur en série.

Monique Olivier doit être réentendue ce vendredi

Et si la vérité venait finalement de Monique Olivier, son ex-femme, avec qui la rupture semble définitivement consommée, vu la façon dont Michel Fourniret en parle désormais ? L’an dernier, c’est elle qui avait fini par mettre à bas l’alibi dont disposait le tueur depuis dix-sept ans. Surtout, en 2004, c’est elle qui avait fini par balancer les premiers crimes de son mari au bout d’un an et de 141 interrogatoires.

Selon nos informations, Monique Olivier doit justement être réentendue ce vendredi par la juge Khéris. Le but ? Fournir des éléments permettant à Michel Fourniret de retrouver sa mémoire « qui fiche le camp ». Car, comme il le dit lui-même dans son style ampoulé, fait de doubles négations : « Je ne suis pas complètement sûr de n’y être pour rien… Dans le doute, je m’affirme comme responsable. »

marathon
Messages : 10305
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Les Fourniret bientôt de retour devant les assises

Messagepar marathon » 25 janv. 2020, 18:53

Monique Olivier affirme que Michel Fourniret a tué Estelle Mouzin

L'ex-épouse de Michel Fourniret, Monique Olivier, a affirmé vendredi devant le juge d'instruction qui l'entendait que le tueur en série a bien tué Estelle Mouzin, indique franceinfo.

Selon son avocat Me Richard Delgenes, elle a donné trois arguments à cette version:

- la petite fille était "son profil type"
- le coup de fil qu'elle a passé à la demande de Michel Fourniret comme alibi
- les repérages qu'elle le soupçonne d'avoir réalisés dans les jours précédant la disparition. Il faut voir si cet éventuel repérage "est quelque chose qui peut être confirmé dans le cadre de l’enquête", notamment par le biais de "témoins", a insisté l’avocat. Mais aux yeux de Monique Olivier, "il n’est pas impossible voire fort probable" qu’il y en ait eu.


Disparition d'Estelle Mouzin : Monique Olivier affirme devant la juge que Michel Fourniret, son ex-mari, a bien tué la fillette

*Entendue pendant six heures par la juge Sabine Khéris, Monique Olivier "n’a pas dit de but en blanc que Michel Fourniret s’était confié sur le meurtre" mais «elle a déclaré que, pour elle, Michel Fourniret avait bien tué Estelle Mouzin", a assuré son avocat Me Richard Delgenes.

L’"ogre des Ardennes» avait jusqu’à présent nié toute implication dans l’affaire Estelle Mouzin, disparue le 9 janvier 2003 alors qu’elle rentrait de l’école à Guermantes (Seine-et-Marne), expliquant qu’il se trouvait ce jour-là à son domicile de Sart-Custinne, en Belgique.
En guise d’alibi, le tueur en série invoquait un appel téléphonique passé à son fils le soir des faits pour son anniversaire. Ce dernier n’avait alors pas décroché mais l’appel avait été attesté par des relevés téléphoniques.

Cette version est désormais fragilisée par les déclarations de son ex-épouse, qui assure avoir elle-même passé ce coup de téléphone. "On a bien avancé sur la piste Founiret" mais "il y aura d’autres investigations et d’autres interrogatoires", a souligné vendredi Me Delgenes.

Source : le Progrès le 24 janvier 2020

marathon
Messages : 10305
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Les Fourniret bientôt de retour devant les assises

Messagepar marathon » 25 janv. 2020, 18:55

Le père d'Estelle Mouzin a demandé "de nouvelles fouilles"

Après l'audition de l'ex-compagne de Michel Fourniret vendredi, qui estime qu'il est l'auteur de la disparition d'Estelle Mouzin, le père de la fillette souhaite relancer les fouilles, notamment sur une propriété de l'"Ogre des Ardennes".



L'avocat du père d'Estelle Mouzin, Me Didier Seban, a indiqué ce samedi matin sur Franceinfo avoir demandé que "de nouvelles fouilles puissent avoir lieu", pour "comprendre ce qu'il a pu arriver à Estelle".

Les soupçons à l’encontre de Michel Fourniret se sont renforcés vendredi dans l’affaire de la disparition d'Estelle Mouzin, après une nouvelle audition de son ex-épouse Monique Olivier, qui a assuré que l’"Ogre des Ardennes" avait bien tué la fillette, disparue en 2003.

De son côté, Michel Fourniret a tenu des propos ambigus à la juge lors de sa dernière audition en novembre dernier : "Si j'étais vous, je chercherais entre l'école et le domicile", avait-il confié.

Ce sont ces nouveaux éléments qui ont poussé l'avocat du père d'Estelle Mouzin a demandé de nouvelles fouilles, "pas forcément entre l'école et le domicile mais aussi à différents endroits où Michel Fourniret a pu enterrer des victimes." "On pense au Château du Sautou dans les Ardennes [propriété de Michel Fourniret, ndlr], a énuméré Me Didier Seban, on pense à d'autres endroits où on pourrait retrouver la trace ou comprendre ce qu'il a pu arriver à Estelle."

Michel Fourniret, "un joueur d’échecs"

Michel Fourniret a été mis en examen le 27 novembre pour "enlèvement et séquestration suivis de mort" dans l’enquête sur la disparition d’Estelle Mouzin, à l’issue d’une longue audition dans le bureau de la juge Sabine Khéris.

Lors de cette audition, le tueur en série -qui assure souffrir de pertes de la mémoire- n’est toutefois pas passé formellement aux aveux, selon le procès-verbal de son audition. "Il est fort possible même très probable que j’ai été l’auteur de cette disparition mais je ne sais pas quoi vous dire", a-t-il déclaré, assurant que rien ne faisait "tilt" dans sa tête lorsqu’on le confronte à une photo de la fillette.

"Dans l’impossibilité où je suis de vous dire 'oui, je suis responsable de sa disparition', dans cette impossibilité là, je vous exhorte à me considérer comme coupable", a ajouté le meurtrier en série, tout en assurant être "un joueur d’échecs".

Michel Fourniret, 77 ans, souffrirait selon plusieurs médias d’un début de maladie d’Alzheimer. "Il peut avoir des moments d’absence mais il est parfaitement conscient", estime cependant l’avocat du père d’Estelle Mouzin.

Estelle Mouzin a disparu à l’âge de neuf ans, alors qu’elle rentrait de l’école à Guermantes, village situé à 250 kilomètres de la frontière belge. Son corps n’a jamais été retrouvé et les nombreuses pistes envisagées par les enquêteurs n’ont rien donné.


Source : Le Progrès le 25 janvier 2020

marathon
Messages : 10305
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Les Fourniret bientôt de retour devant les assises

Messagepar marathon » 07 mars 2020, 09:30

Michel Fourniret a reconnu le meurtre d'Estelle Mouzin

Entendu par la juge Sabine Kheris, le tueur en série, surnommé l'ogre des Ardennes, a avoué ce jeudi avoir tué la fillette âgée de 9 ans.


Michel Fourniret, entendu par la juge Sabine Kheris au tribunal judiciaire de Paris dans le cadre de l'enquête ouverte sur le meurtre d'Estelle Mouzin, a reconnu jeudi avoir tué la fillette disparue le 9 janvier 2003 à Guermantes, et dont le corps n'a jamais été retrouvé. Les auditions se sont poursuivies ce vendredi. On ignore à ce stade ce qu'il a déclaré ce vendredi et s'il a fourni des indications sur le lieu ou les conditions dans lesquelles il aurait fait disparaître le corps. Contactées, les parties civiles n'ont pas souhaitent pas réagir par « respect pour la famille d'Estelle »

Michel Fourniret, surnommé l'ogre des Ardennes, avait été mis en examen fin novembre 2019 pour « enlèvement et séquestration suivis de mort » dans l'affaire Mouzin, à la suite des révélations de son ex-compagne, Monique Olivier, qui avait démonté l'alibi de son ex-mari. Jusqu'à présent, il avait mis en avant une mémoire devenue défaillante. Depuis 2017, son nom revenait régulièrement dans les investigations autour de la disparition de l'enfant, âgée de 9 ans au moment de sa disparition.




Source : Le Point le 6 mars 2020

marathon
Messages : 10305
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Les Fourniret bientôt de retour devant les assises

Messagepar marathon » 08 mars 2020, 10:11

Disparition d’Estelle Mouzin : Michel Fourniret, un tueur énigmatique qui n’a peut-être pas livré tous ses secrets

TUEUR L'« ogre des Ardennes » a reconnu l’enlèvement et le meurtre d’Estelle Mouzin, 9 ans, disparue en 2003 en Seine-et-Marne.
Image

Montage avec les photos de Michel Fourniret, à gauche, et d'Estelle Mouzin, à droite. — Sipa/Niko/Sipa

Des silences, des aveux, et peut-être encore des secrets. En quarante ans de crimes, le violeur et tueur en série Michel Fourniret a souvent dérouté la justice. Condamné à la perpétuité incompressible en mai 2008 pour sept meurtres, puis de nouveau à la perpétuité en 2018 pour un assassinat crapuleux, l' « ogre des Ardennes » a reconnu cette semaine l’enlèvement et le meurtre d’Estelle Mouzin, fillette de 9 ans disparue en 2003 en Seine-et-Marne.

Alors qu’il est aujourd’hui âgé de 77 ans, le temps presse pour reconstituer le parcours criminel de celui qui se décrit comme « un joueur d’échecs » face aux enquêteurs et est atteint de dégénérescence cérébrale​. « Jouez avec un partenaire tel que vous, ça en vaut la peine », mais « ma mémoire fiche le camp », disait-il en novembre à la juge d’instruction Sabine Kheris, qui vient, selon le parquet de Paris, de recueillir ses aveux.



Dans la mémoire du tueur

En février 2018, Fourniret avait d’abord avoué à la juge avoir tué deux jeunes femmes dans l’Yonne : Marie-Angèle Domece, disparue en 1988 à 19 ans, et Joanna Parrish, 20 ans, retrouvée violée et étranglée deux ans plus tard. Des meurtres qu’il niait jusqu’alors, et pour lesquels il avait été mis en examen en 2008. « Si ces personnes n’avaient pas croisé mon chemin, elles seraient toujours vivantes », a-t-il déclaré lors d’un de ses interrogatoires, consulté par l’AFP.

Son ex-femme, Monique Olivier, a confirmé les aveux en pointillé de son ancien époux pour ces deux femmes. Elle l’a aussi accusé fin janvier d’avoir tué la petite Estelle Mouzin, après avoir contredit son alibi cet automne. Reconnue complice de quatre meurtres et d’un viol en réunion, Monique Olivier a pour sa part été condamnée en 2008 à la perpétuité, avec 28 ans de sûreté.

Des années après les faits, ces différents aveux ont relancé l’espoir d’élucider ces cold cases, mais des secrets demeurent enfouis dans la mémoire du tueur, en prison depuis dix-sept ans. En novembre dernier, il a d’ailleurs été interrogé pour la première fois dans l’enquête sur la disparition, en 1993 dans l’Orne, d’une femme de 29 ans, Lydie Logé. Sans être mis en examen.

« Absolument pervers »

Décrit par l’expert psychiatre Daniel Zagury comme « le tueur en série français le plus abouti », le meurtrier a souvent joué avec les enquêteurs. Maître Didier Seban, qui défend plusieurs proches de ses victimes, parle de véritable « bataille » avec lui « pour en savoir plus ». « Un crime fait écho à un autre. Mais ils les avouent et les confond entre eux », déplore-t-il. « Ce qui étonne, c’est l’ego absolu de ce personnage, la fierté qu’il tire de son œuvre criminelle », note l’avocat. « C’est le tueur qui vous emmène dans ses crimes. Il est absolument pervers, absolument insupportable », ajoute-t-il.

Né en 1942 à Sedan (Ardennes), Fourniret, marié trois fois et père de cinq enfants, aurait été traumatisé de découvrir que sa première femme n’était pas vierge. De son propre aveu, il se serait alors mué en « braconnier ». Il est d’abord condamné à trois reprises en 1967, 1984 et 1987 pour une douzaine d’agressions sexuelles.

Un pacte criminel

De sa troisième épouse, Monique Olivier, rencontrée en détention par petite annonce, il fait ensuite une complice, scellant avec elle un « pacte » criminel : en échange du meurtre de son premier mari, elle l’aide à trouver une femme vierge. A sa sortie de prison en 1987, il s’installe avec elle.

Deux mois plus tard, il viole et tue Isabelle Laville, 17 ans. Suivront Fabienne, Jeanne-Marie, Elisabeth… Leur équipée s’achève en 2003, quand Fourniret est arrêté en Belgique pour un enlèvement raté. En 2004 et 2005, Monique Olivier craque et révèle aux enquêteurs onze meurtres, dont les sept jugés en 2008. Commis entre 1987 et 2001 en France et en Belgique, ils avaient été précédés de viols ou de tentatives de viols.

Sources : 20 Minutes avec AFP le 7 mars 2020

marathon
Messages : 10305
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Les Fourniret bientôt de retour devant les assises

Messagepar marathon » 08 mars 2020, 10:47

Affaire Estelle Mouzin : son père, « n’accorde aucun crédit » aux aveux de Michel Fourniret

Le père d'Estelle Mouzin a réagi aux aveux de Michel Fourniret.

L’affaire Estelle Mouzin a connu un énorme rebondissement avec les aveux de Michel Fourniret.

Après des années à nier, « l’ogre des Ardennes », mis en examen pour l’enlèvement et le meurtre en 2003 d’Estelle Mouzin, en Seine-et-Marne, « a reconnu sa participation aux faits », a indiqué samedi le parquet de Paris.


Pendant 17 ans, il avait nié son implication dans la disparition de la fillette à Guermantes.

Malgré ces aveux, Éric Mouzin, le père d’Estelle indique dans une interview au Figaro, qu’il « n’accorde aucun crédit » aux déclaration du tueur en série.

« Ses aveux sont vides de sens tant qu’il n’y aura pas des éléments de preuve«

il estime que « ses aveux sont vides de sens tant qu’il n’y aura pas des éléments de preuve« . Et ajoute qu’il attend de la juge d’instruction « qu’elle me dise où elle en est dans le dossier, où elle en est dans la résolution de l’affaire« .

Le père de la fillette attend également de la juge d’instruction « qu’elle apporte les éléments matériels qui viendront confirmer les déclarations qui ont faites lors de cette audition ». Sans cela, « ces aveux n’ont aucun sens », estime-t-il.

Michel Fourniret avait toujours démenti une possible implication dans la disparition d’Estelle Mouzin. Fin 2017, il avait affirmé aux enquêteurs n’avoir « rien à voir avec l’affaire » Mouzin. Puis, face aux policiers de la police Judiciaire de Versailles (Yvelines), il avait tenu le même discours. Et ce lors des trois interrogatoires.



En mars 2018, Michel Fourniret « ne niait pas » ne pas être lié à l’affaire Estelle Mouzin. Une formulation qui avait poussé les enquêteurs à ne pas lâcher la piste Fourniret.


Source : ACTU fr le 8 mars 2020

marathon
Messages : 10305
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Les Fourniret bientôt de retour devant les assises

Messagepar marathon » 15 mars 2020, 13:28

Affaire Estelle Mouzin : Comment Michel Fourniret a-t-il avoué ?



« Je reconnais là un être qui n’est plus là par ma faute » : lors de sa dernière audition devant la justice, le tueur en série Michel Fourniret a reconnu en ces termes, début mars, avoir tué Estelle Mouzin, fillette de neuf ans disparue en 2003 en Seine-et-Marne, sans dire où il aurait caché le corps. « C’est un fardeau lourd à porter, mais ça n’empêche pas de reconnaître les faits », a-t-il déclaré à la juge d’instruction Sabine Kheris, dans des propos révélés par Europe 1.

Alors que la magistrate lui demande de quels faits il s’agit, il précise : « d’avoir pris sa vie ». Michel Fourniret a été entendu trois jours d’affilée, du 4 au 6 mars, par la juge parisienne, qui l’avait mis en examen pour « enlèvement et séquestration suivis de mort » le 27 novembre dernier, après un spectaculaire revirement de son ex-épouse et complice, Monique Olivier. Celle-ci avait fini par contredire son alibi pour le jour des faits.

Mémoire à trous

Ce soir du 9 janvier 2003, Estelle Mouzin avait disparu alors qu’elle rentrait de l’école à Guermantes. Son corps n’a jamais été retrouvé. Le 5 mars, devant une photo de la fillette, le tueur en série, connu pour ses déclarations alambiquées, a déclaré : « Il est possible que cette image m’indispose (…) et je reconnais là un être qui n’est plus là par ma faute ». « L’enlèvement d’un être, c’est une sacrée boulette et vous n’en êtes pas fier », a-t-il ajouté.

« Je dirais qu’elle n’était pas seule mais qu’elle devait être avec une ou plusieurs copines », a-t-il indiqué. « J’ai traversé l’agglomération motorisé et il y a eu un accostage idoine », a-t-il poursuivi. Michel Fourniret, qui souffre de problèmes de mémoire, n’a toutefois pas dévoilé l’endroit où il aurait caché le corps de la fillette, demandant cependant à être amené à Guermantes. « Ça serait positif, (…) l’essentiel pour moi est de voir avec mes mirettes l’endroit où je l’ai accostée et où je l’ai fait venir dans ma camionnette ».

« Les circonstances, la suite, le déroulement, c’est dans les oubliettes », a-t-il en revanche affirmé. « Ce n’est pas forcément une question de trou de mémoire, c’est plutôt le fait d’avoir commis des actes graves et de vouloir les effacer », a-t-il toutefois affirmé.



Source : 20 Minutes le 14 mars 2020


Retourner vers « Tueurs en Série »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités