Europol fait appel aux internautes pour retrouver les criminelles les plus recherchées d’Europe

Pour parler des services spéciaux ainsi que les outils de recherche existant dans les différents pays, nous renseigner, vous renseigner, c'est ici...
marathon
Messages : 11027
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Europol fait appel aux internautes pour retrouver les criminelles les plus recherchées d’Europe

Messagepar marathon » 18 oct. 2019, 17:20

Europol fait appel aux internautes pour retrouver les criminelles les plus recherchées d’Europe


La page d'accueil du site montre dans un premier temps la tête des suspects dissimulée derrière un masque terrifiant illuminé par des néons, avant que leur visage ne soit progressivement dévoilé, l'histoire de leurs crimes étant parallèlement racontée aux internautes.
L’agence européenne de lutte contre la criminalité Europol lance, ce vendredi, une nouvelle campagne pour inciter les internautes à découvrir les visages des personnes les plus recherchées d’Europe.

Europol lance ce vendredi une nouvelle campagne choc pour capturer les femmes criminelles les plus recherchées des pays de l’Union européenne, soulignant que leurs crimes sont "aussi graves" que ceux commis par les hommes.

"Le crime n’a pas de sexe"

Dans le cadre de cette campagne intitulée "le crime n’a pas de sexe", un nouveau site interactif d’Europol dévoile d’une manière spectaculaire les visages de criminels en fuite recherchés par les polices de 21 pays de l’UE, a indiqué la porte-parole d’Europol Tine Hollevoet. Parmi eux, 18 sont des femmes. "Les gens pensent que d’habitude ces crimes ne sont pas commis par des femmes, mais ils le sont et ils sont aussi graves que ceux commis par les hommes", a-t-elle expliqué.


Les suspects sont sous le coup de chefs d’accusation comme le meurtre, le trafic d’être humains ou de drogue. La page de présentation montre dans un premier temps la tête des suspects dissimulée derrière un masque terrifiant illuminé par des néons, avant que leur visage ne soit progressivement dévoilé, l’histoire de leurs crimes étant parallèlement racontée aux internautes. Le visage du fugitif est révélé et les visiteurs du site "pourront voir si c’est un homme ou une femme", a ajouté Mme Hollevoet.

"Attirer le plus de visiteurs possibles"

"L’objectif est d’attirer le plus grand nombre possible de visiteurs, l’expérience nous ayant appris que plus grand est le nombre de personnes ayant vu les fugitifs recherchés, plus grandes sont les chances de localiser et d’arrêter" ces derniers, a-t-elle poursuivi.

La France recherche par exemple Jessica Edosomwan, une Nigériane en fuite après le démantèlement par la police française d’un réseau de prostitution dans la région de Lyon à la fin de l’année 2007. Un total de 26 personnes avaient été arrêtées. Le réseau exploitait une soixantaine de prostituées qui avaient été attirées en France avec la promesse d’un avenir meilleur et y avaient été introduites en passant par la Libye.

Le procès de suspects dans cette affaire doit débuter à Lyon le 6 novembre. Jessica Edosomwan se trouverait soit dans les pays du Benelux, soit en France ou en Italie, selon la police. Une autre femme recherchée est la Hongroise Ildiko Dudas, 31 ans, accusée de trafic de drogue et d’abus à l’encontre d’enfants. "Les enfants de la suspecte étaient très souvent amenés aux transactions de drogue", a indiqué Europol. Dudas a été condamnée à six ans de prison pour des crimes commis entre 2011 et 2012. On ne sait pas où elle se trouve actuellement


Source : Sud Ouest le 18 octobre 2019

Le nouveau site interactif d’Europol

https://eumostwanted.eu/

marathon
Messages : 11027
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Europol fait appel aux internautes pour retrouver les criminelles les plus recherchées d’Europe

Messagepar marathon » 19 oct. 2019, 16:35

Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recherchées par Europol



Image

La criminelle quinquagénaire belge Hilde Van Hacker, en cavale avec son compagnon Jean-Claude Lacote après avoir tué un homme d’affaires britannique à la Côte en 1996, figure parmi les visages masqués mis en scène dans la nouvelle campagne “Crime has no gender” (soit “le crime n’a pas de sexe”) lancée vendredi par l’agence européenne de police criminelle Europol et visant à capturer les femmes les plus recherchées d’Europe. “Les gens pensent que d’habitude ces crimes ne sont pas commis par des femmes, mais ils le sont, et ils sont aussi graves que ceux commis par les hommes”, a commenté Tine Hollevoet, porte-parole d’Europol.

Hilde Van Hacker, qui était déjà sur la liste “Belgium’s Most Wanted” de la Fugitive Active Search Team de la police fédérale belge, est recherchée pour le meurtre de Marcus John Mitchell, commis le 23 mai 1996 à De Haan (Le Coq) et pour lequel elle a été condamnée le 15 décembre 2011 par la cour d’assises de Flandre occidentale à une peine de prison à perpétuité, resitue Europol dans sa campagne assez spectaculaire, dont les pages principales sont rédigées en anglais et les fiches traduites dans une vingtaine de langues au moins partiellement. Après le résumé succinct, l’agence requiert l’aide des citoyens pour retrouver la fugitive et les appelle à envoyer toute information utile. Le site internet propose un formulaire de contact et mentionne un numéro de téléphone belge.


Une évasion digne d’un mauvais film


En 1996, le corps de Marcus Mitchell, tué de deux balles dans la tête, avait été retrouvé dans un bois par des enfants, rappelle HLN. L’homme d’affaires avait investi beaucoup d’argent auprès de Jean-Claude Lacote et avait découvert avoir été dupé. Hilde Van Hacker aurait mené la victime dans le bois, où Jean-Claude Lacote aurait fait feu. Le couple avait été arrêté, puis libéré après interrogatoire. Quand la justice obtint des preuves à leur encontre, Lacote et Van Hacker vivaient déjà dans une villa cossue dans un quartier riche de Johannesburg. Après avoir tenté d’enlever le fils d’un homme d’affaires en Afrique du Sud, Jean-Claude Lacote s’est finalement retrouvé derrière les barreaux. La Belgique a demandé son extradition, mais sans succès. Hilde Van Hacker est parvenue à le faire évader en 2008. Elle s’est présentée à la prison en tant qu’agent avec une lettre d’un juge d’instruction requérant la sortie de Lacote pour un interrogatoire. Le personnel a appelé le numéro figurant sur le document et un complice a confirmé la demande à l’autre bout du fil. Depuis cette machination réussie, Lacote et Van Hacker restent introuvables. Ils n’étaient pas présents à leur procès à Bruges, en 2011.


La liste d’Europol reprend entre autres Jessica Edosomwan, une Nigériane recherchée par les autorités françaises pour blanchiment et traite d’êtres humains, qui pourrait se trouver en Belgique. Chaque pays membre ne disposant pas de femmes sur sa liste des personnes les plus recherchées, la campagne est en réalité mixte et compte aussi trois hommes dans le lot.




Sources : Europol, Belga, HLN le 18 octobre 2019

marathon
Messages : 11027
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Europol fait appel aux internautes pour retrouver les criminelles les plus recherchées d’Europe

Messagepar marathon » 24 nov. 2019, 10:04

Fin de cavale pour ces “amants diaboliques” inscrits sur la liste des Belgium’s Most Wanted


Jean-Claude Lacote (53 ans) et Hilde Van Acker (56 ans), un couple figurant sur la liste des personnes les plus recherchées par la police (Belgium’s Most Wanted), ont été arrêtés en Côte d’Ivoire, annonce jeudi la section brugeoise du parquet de Flandre occidentale, confirmant une information de VTM. Hilde Van Acker est la seule femme belge qui figurait dans la liste des criminels les plus recherchés par Europol.


En 2011, le couple avait été condamné par défaut par la cour d’assises de cette province à la réclusion à perpétuité pour l’assassinat d’un homme d’affaires britannique. La victime avait été retrouvée morte en 1996 dans les dunes du Coq.


Le 23 mai de cette année-là, le corps sans vie de Marcus Mitchell avait été découvert dans les dunes. L’homme avait été tué par des balles qui s’étaient logées à quelques centimètres de l’oeil gauche et de la gorge. Les enquêteurs ont ensuite découvert que la victime avait prêté une importante somme d’argent au couple. Avec ces 300.000 livres sterling, ils avaient la possibilité de conclure une affaire lucrative en Libye.



La Belge Hilde Van Acker et le Franco-ivoirien Jean-Claude Lacote ont rapidement été interpellés, avant d’être libérés, fin 1996. Depuis lors, ils avaient disparu des radars des autorités judiciaires belges. Le 15 décembre 2011, ils ont été condamnés par défaut à la prison à perpétuité pour l’assassinat de Marcus Mitchell.

Les deux amants ont été arrêtés respectivement mercredi soir et jeudi matin.

Le parquet va demander l’extradition du couple. S’ils s’opposent à leur condamnation, un nouveau procès pourrait avoir lieu devant la cour d’assises



Sources : HLN.be, Belga, De Standaard le 21 novembre 2019

marathon
Messages : 11027
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Europol fait appel aux internautes pour retrouver les criminelles les plus recherchées d’Europe

Messagepar marathon » 03 janv. 2020, 17:38

L’une des criminelles les plus recherchées du pays veut être extradée vers la Belgique

Hilde Van Acker (56 ans), arrêtée en novembre en Côte d'Ivoire en même temps que son ancien compagnon Jean-Claude Lacote (53 ans), veut être extradée vers la Belgique, a confirmé vendredi son avocat Kris Vincke. En 2011, la cour d'assises de Flandre occidentale a condamné par défaut le couple à la prison à perpétuité pour l'assassinat d'un homme d'affaires britannique.



Image
Hilde Van Acker et Jean-Claude Lacote, surnommés les “amants diaboliques.” © Gendarmerie Nationale

Le 23 mai 1996, le corps sans vie de Marcus Mitchell était découvert dans les dunes du Coq. L'homme a été tué par balles, logées à quelques centimètres de son oeil gauche et de la gorge. Les enquêteurs ont ensuite découvert que la victime avait prêté une importante somme d'argent au couple. Grâce à ces 300.000 livres sterling, ils devaient conclure une affaire lucrative en Libye.



La Belge Hilde Van Acker et le Franco-ivoirien Jean-Claude Lacote ont rapidement été interpellés, avant d'être libérés, fin 1996. Depuis lors, ils avaient disparu des radars des autorités judiciaires belges. Le 15 décembre 2011, ils ont été condamnés par défaut à la prison à perpétuité pour l'assassinat de Marcus Mitchell.


Après avoir fui la Belgique, le couple s'est retrouvé impliqué dans plusieurs dossiers à l'étranger. Après une détention en Afrique du Sud, la Belgique avait demandé sans succès l'extradition de Jean-Claude Lacote en 2006. Ensuite, le Luxembourg, la Suisse, la France et la Grande-Bretagne avaient aussi réclamé, en vain, son extradition. Les deux amants figuraient sur la liste des personnes les plus recherchées de Belgique.



Finalement, le couple a pu être arrêté à Abidjan, en Côte d'Ivoire, les 20 et 21 novembre. Le parquet avait immédiatement annoncé qu'il demanderait l'extradition des deux condamnés. Il attend cependant toujours une décision sur cette éventuelle extradition.


“Elle a choisi de revenir en Belgique”


La Côte d'Ivoire n'extrade, en principe, pas ses ressortissants à moins qu'ils n'aient eux-mêmes expressément donné leur accord. "Elle possède la double nationalité, belge et ivoirienne, grâce à son mariage. Elle aurait donc pu s'opposer à son extradition, mais elle a choisi de revenir en Belgique", a expliqué Maître Kris Vincke.


Selon son conseil, Mme Van Acker a elle-même envoyé une lettre au président du tribunal ivoirien, dans l'espoir que l'affaire soit traitée plus rapidement. "Sa principale préoccupation pour l'instant, c'est sa santé. Elle souffre d'un cancer et doit recevoir des rayons, mais elle ne les reçoit pas." Sa défense en Côte d'Ivoire a dès lors demandé une libération provisoire pour raisons médicales. Cette requête sera examinée le 8 janvier.


Après son extradition, Hilde Van Acker fera opposition de sa condamnation. La chambre des mises en accusation de Gand devra alors se prononcer sur la recevabilité de cette opposition. En cas d'arrêt favorable, un nouveau procès d'assises aura lieu à Bruges.


Source : Belga le 3 janvier 2020

marathon
Messages : 11027
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Europol fait appel aux internautes pour retrouver les criminelles les plus recherchées d’Europe

Messagepar marathon » 09 janv. 2020, 18:52

Les “amants diaboliques” seront extradés vers la Belgique


Le tribunal local d’Abidjan a décidé que Jean-Claude Lacote (53 ans) et Hilde Van Acker (56 ans) pouvaient être extradés vers la Belgique, a confirmé vendredi le département brugeois du parquet de Flandre occidentale. En 2011, la cour d’assises de Flandre occidentale a condamné par défaut le couple à la prison à perpétuité pour l’assassinat d’un homme d’affaires britannique. On ne connaît pas encore la date exacte de l’extradition.

Le 23 mai 1996, le corps sans vie de Marcus Mitchell était découvert dans les dunes du Coq. L’homme a été tué par balles, logées à quelques centimètres de son oeil gauche et de la gorge. Les enquêteurs ont ensuite découvert que la victime avait prêté une importante somme d’argent au couple. Grâce à ces 300.000 livres sterling, ils devaient conclure une affaire lucrative en Libye.


La Belge Hilde Van Acker et le Franco-ivoirien Jean-Claude Lacote ont rapidement été interpellés, avant d’être libérés, fin 1996. Depuis lors, ils avaient disparu des radars des autorités judiciaires belges. Le 15 décembre 2011, ils ont été condamnés par défaut à la prison à perpétuité pour l’assassinat de Marcus Mitchell.


Après avoir fui la Belgique, le couple s’est retrouvé impliqué dans plusieurs dossiers à l’étranger. Après une détention en Afrique du Sud, la Belgique avait demandé sans succès l’extradition de Jean-Claude Lacote en 2006. Ensuite, le Luxembourg, la Suisse, la France et la Grande-Bretagne avaient aussi réclamé, en vain, son extradition.



Les deux amants figuraient sur la liste des personnes les plus recherchées de Belgique.


Finalement, le couple a pu être arrêté à Abidjan, en Côte d’Ivoire, les 20 et 21 novembre. Le parquet avait immédiatement annoncé qu’il demanderait l’extradition des deux condamnés.


La Côte d’Ivoire n’extrade, en principe, pas ses ressortissants à moins qu’ils n’aient eux-mêmes expressément donné leur accord. Début janvier, Hilde Van Acker, qui souffre d’un cancer, avait formellement demandé d’être livrée la Belgique, afin notamment d’y être soignée. Elle fera également opposition de sa condamnation. Si son opposition est recevable, un nouveau procès d’assises se tiendra à Bruges.



Source : Belga le 9 janvier 2020

marathon
Messages : 11027
Enregistré le : 09 oct. 2016, 09:49

Re: Europol fait appel aux internautes pour retrouver les criminelles les plus recherchées d’Europe

Messagepar marathon » 23 févr. 2020, 18:31

Le couple diabolique en cellule en Belgique après 23 ans de cavale: Hilde Van Acker souffre d'un cancer

Elle voulait revenir en Belgique depuis longtemps, lui craignait de ne pas bénéficier d'un procès équitable dans notre pays. Hilde Van Acker, 56 ans, et son ex-compagnon Jean-Claude Lacote, 53 ans, autrefois surnommés “le couple diabolique”, sont de retour en Belgique depuis 7 heures ce matin, 23 ans après avoir échappé à la justice belge. Une fois sur le tarmac, ils ont immédiatement été transférés en prison à Bruxelles.

La quinquagénaire flamande et son ex-mari franco-ivoirien ont été placés dans un avion pour Bruxelles à Abidjan hier soir. Ils n’étaient pas seuls à bord, mais accompagnés des enquêteurs de la cellule FAST (Fugitive Active Search Team) de la police fédérale et du journaliste de VTM Faroek Özgünes, qui a recueilli les premiers propos du duo de criminels après avoir été lui-même incarcéré pour son reportage dans les environs de la prison d’Abidjan. Il y a d’ailleurs côtoyé les deux meurtriers.


“J’ai été aveugle et manipulée”


“Hilde Van Acker, qui souffre d'un cancer du sein, est contente de retourner en Belgique et que sa cavale prenne enfin fin. Elle attendait d’être extradée pour oser y croire”, explique-t-il. La quinquagénaire lui a expliqué comment elle a été, selon elle, manipulée par son amant de l’époque. “J’ai suivi quelqu’un aveuglément sans savoir ce dans quoi je m’engageais. Je ne savais même que j’étais condamnée pour meurtre. Je suis heureuse d’enfin pouvoir revenir en Belgique mais j’ai peur du jugement de l’opinion publique sur place, qui est si négatif à mon sujet, alors que ce n’est pas juste”, résume-t-elle.


Jean-Claude Lacote, lui, était moins enthousiaste à l’idée de fouler le sol belge et d’y affronter la justice. “Il avait très mauvaise mine et était très confus. Il disait même ne pas être en état de subir un si long vol à cause de ses problèmes de santé”, relate le journaliste de VTM. “Moi, je ne l’ai jamais ressenti comme une vraie fuite”, indique le fuyard condamné pour l’homicide d'un homme d’affaires. “Nous étions limités dans nos déplacements et ne pouvions pas faire découvrir le monde à notre fille. J’en avais marre moi aussi, mais je craignais de ne pas bénéficier d’un procès équitable en Belgique”.


Exécution


Il évoque ici le procès d’assises pour l’assassinat de Marcus Mitchell, un homme de 44 ans tué au Coq en 1996 de deux balles dans la nuque alors qu’il était agenouillé. Une exécution pure et simple attribuée à Van Acker et Lacote après la macabre découverte par des enfants dans les dunes. Le couple suspecté avait néanmoins été libéré après quelques mois de préventive dans l’attente du procès mais s’était enfui à l’étranger alors que l’enquête n’était pas close. Si le couple avait été inquiété, c’est parce que Marcus Mitchell avait réalisé, peu avant sa mort, que Lacote l’avait escroqué de plusieurs millions de francs.


Le couple avait écopé du sobriquet “amants diaboliques” lors du procès par contumace à la cour d’assises de Bruges en 2011. Peine prononcée: perpétuité pour meurtre pour tous les deux. Un procès extraordinairement curieux, sans accusés ni parties civiles: seuls les juges, avocats et jurés étaient aux audiences.


Vie rocambolesque


Finalement, le 18 octobre dernier, la Belgique est parvenue à faire inscrire Hilde Van Acker sur la liste des criminels les plus recherchés avec l’appui de la France et de la Suisse. Elle était la première femme de l’Histoire à y figurer. Grâce à la pression internationale, la Côte d’Ivoire s’est décidée à intervenir et livrer le couple en vue d'une extradition.


Les fuyards, qui ont un enfant ensemble, ont été tirés du lit à l’aube par la police après une cavale de 23 ans durant laquelle ils ont exercé diverses professions (pilote, femme de ménage, chef d’entreprise,...) notamment en Afrique du Sud (où Lacote a été incarcéré pour d’autres faits mais s’est enfui avec l’aide de Hilde Van Acker, déguisée en agent de police) puis en Côte d’Ivoire. Ils y vivaient modestement, séparément mais non loin l’un de l’autre afin de se partager la garde de leur fille, une adolescente désormais confiée à des proches sur place.


“Nous allons donner notre vraie version de l’histoire”


Leur procès belge devra probablement avoir lieu une nouvelle fois, aux assises. “Ma cliente a été condamnée en son absence et va se pourvoir en cassation”, a commenté sur avocat, Kris Vincke. “Si cela est recevable, nous irons à ce nouveau procès et nous donnerons enfin notre version de l’histoire”, réagit Hilde Van Acker. Jean-Claude Lacote devrait avoir recours à la même défense pour échapper, peut-être, à la perpétuité prononcée en 2011.


Hilde Van Acker a été amenée à la prison de Berkendael (Forest) et Jean-Claude Lacote à Saint-Gilles. Ils seront rapidement transférés à la prison de Bruges, où Hilde Van Acker bénéficiera des soins nécessaires pour son cancer dans l’aile médicalisée de la prison. “Espérons que ça se fasse très prochainement, car elle est à bout de forces”.


Source: Het Laatste Nieuws, VTM le 19 février 2020


Retourner vers « Les Services Spéciaux et leurs outils »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité